Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Colonisation. Bugeaud peut bien tomber de haut    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    Coronavirus : 413 nouveaux cas, 490 guérisons et 9 décès durant les dernières 24h    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    DEFENSE NATIONALE : Vers la réalisation de deux hôpitaux militaires    413 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Constantine/Covid-19 : des spécialistes face à un agent émergent et des agents propagateurs    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Sétif : 19 décès dus au coronavirus ce jeudi    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Benlarbi et Hamitouche remis en liberté provisoire    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réévaluation du yuan, solution aux soucis financiers mondiaux, selon Washington
La monnaie chInoise au menu de la rencontre entre Barack Obama et Hu Jintao
Publié dans Le Maghreb le 20 - 01 - 2011

Les Etats-Unis maintiennent leur pression sur la Chine afin qu'elle réévalue sa monnaie, mais Pékin n'entend pas se laisser dicter de calendrier. Barack Obama a recu Hu Jintao pour une visite d'Etat mercredi 19 janvier et la Maison blanche met les petits plats dans les grands. Au menu, le yuan, dont Washington aimerait voir la flexibilité du taux de change augmenter. La question des monnaies est récurrente dans les relations entre les deux puissances. "Nous pensons qu'ils doivent en faire plus", déclarait encore Robert Gibbs, le porte-parole de la présidence américaine, à la veille de cette rencontre. "Ils ont pris quelques mesures limitées (...) nous pensons que davantage doit être fait", a-t-il insisté. La politique de change de la Chine est en permanence critiquée par les Etats-Unis, qui accusent Pékin d'être responsable de leur déficit commercial colossal et ne cessent de demander la réévaluation du yuan. Pour les Américains, le renminbi (du nom officiel de la monnaie chinoise) est sous-évalué, un élément qui donne un large avantage de compétitivité aux entreprises chinoises en matière d'exportation. Dans un contexte où l'offre internationale excède la demande, la Chine devrait stimuler sa consommation intérieure au lieu de continuer à augmenter sa capacité d'exportation, estiment les experts américains. Pour eux, la Chine est considérée à tort comme un élément stabilisateur de l'économie mondiale, car le statut international du dollar américain est souvent remis en cause par l'endettement énorme du pays. Or, la devise chinoise est loin d'être prête à prendre la relève. Autant l'une que l'autre ont un effet déstabilisateur. La première en raison de son programme de stimulation économique, qui est axé non pas sur une augmentation de la consommation intérieure, mais plutôt sur des investissements dans les infrastructures (routes, réseaux électriques ou ferroviaires) et sur l'augmentation des limites globales de prêts que peuvent consentir les banques chinoises. En fait, des montants importants sont destinés au financement de l'augmentation de la capacité productive du pays, alors que le reste est investi dans les actifs financiers. Cette démarche mène à une hausse de la capacité d'exportation notamment vers les Etats-Unis et l'Europe. Outre leur capacité de production, les chinois achètent beaucoup de matières premières, de sociétés qui en produisent et d'équipements pour leurs nouvelles infrastructures, un moyen de se préparer à la reprise. A court terme et à l'échelle internationale, l'impact de ce programme de stimulation économique est d'augmenter la croissance au profit des fournisseurs mondiaux d'équipements et de matières premières.
La Chine devrait plutôt privilégier des mesures qui accroîtront la demande intérieure de consommation et réduiront le taux d'épargne de ses habitants, au lieu d'augmenter son offre, car si la consommation compte pour 70% du PIB américain, elle ne représente que 35% du PIB en Chine. L'arrivée de l'euro a considérablement réduit le nombre de grandes monnaies internationales et les rapports entre les trois grandes zones monétaires que sont l'Asie avec le yen et le yuan, l'Amérique avec le dollar et l'Europe avec l'euro se compliquent davantage, constatent des analystes. En effet, le yuan est dévalué de 40 % environ par rapport au dollar, qui s'est lui-même dévalué de 30 % par rapport à l'euro depuis un an. En revanche, le yuan détient l'avantage monétaire qui donne lui une valeur inférieure de 70 % environ par rapport à l'euro. La seconde politique déstabilisatrice est reliée à la faiblesse de la devise chinoise. Dans le cadre d'une politique d'exportation, le yuan continue d'être fixé face au dollar américain, mais celui-ci se déprécie, ce qui fait que la devise chinoise se déprécie aussi face aux autres devises asiatiques, à l'euro et au dollar canadien. De plus, le gouvernement chinois, par sa politique de diversification de ses énormes réserves en devises étrangères, achète des euros massivement, de telle sorte que cela fait apprécier la valeur de la monnaie unique face au yuan.
Dans une situation de fort surplus commercial, cette politique est comparable aux dévaluations compétitives des devises de nombreux pays pendant les années 30, alors qu'on connaissait aussi une période de surplus d'offre dans le monde. L'ambassadeur de Chine en Algérie, Liu Yuhe, a affirmé mardi que Pékin a engagé des réformes dans sa politique de change et que "la valeur du yuan a augmenté de 25% depuis 2005".
La Chine est pressée depuis des mois par ses partenaires commerciaux, dont les Etats-Unis, de laisser s'apprécier sa monnaie par rapport au dollar. Ceux-ci font valoir que la faiblesse du yuan confère un large avantage de compétitivité aux produits chinois. Mais Pékin a catégoriquement, et de nombreuses fois, rejeté toute éventualité de réévaluation brutale de sa monnaie, affirmant que cela mettrait en péril ses industries exportatrices et des millions d'emplois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.