Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La réévaluation du yuan, solution aux soucis financiers mondiaux, selon Washington
La monnaie chInoise au menu de la rencontre entre Barack Obama et Hu Jintao
Publié dans Le Maghreb le 20 - 01 - 2011

Les Etats-Unis maintiennent leur pression sur la Chine afin qu'elle réévalue sa monnaie, mais Pékin n'entend pas se laisser dicter de calendrier. Barack Obama a recu Hu Jintao pour une visite d'Etat mercredi 19 janvier et la Maison blanche met les petits plats dans les grands. Au menu, le yuan, dont Washington aimerait voir la flexibilité du taux de change augmenter. La question des monnaies est récurrente dans les relations entre les deux puissances. "Nous pensons qu'ils doivent en faire plus", déclarait encore Robert Gibbs, le porte-parole de la présidence américaine, à la veille de cette rencontre. "Ils ont pris quelques mesures limitées (...) nous pensons que davantage doit être fait", a-t-il insisté. La politique de change de la Chine est en permanence critiquée par les Etats-Unis, qui accusent Pékin d'être responsable de leur déficit commercial colossal et ne cessent de demander la réévaluation du yuan. Pour les Américains, le renminbi (du nom officiel de la monnaie chinoise) est sous-évalué, un élément qui donne un large avantage de compétitivité aux entreprises chinoises en matière d'exportation. Dans un contexte où l'offre internationale excède la demande, la Chine devrait stimuler sa consommation intérieure au lieu de continuer à augmenter sa capacité d'exportation, estiment les experts américains. Pour eux, la Chine est considérée à tort comme un élément stabilisateur de l'économie mondiale, car le statut international du dollar américain est souvent remis en cause par l'endettement énorme du pays. Or, la devise chinoise est loin d'être prête à prendre la relève. Autant l'une que l'autre ont un effet déstabilisateur. La première en raison de son programme de stimulation économique, qui est axé non pas sur une augmentation de la consommation intérieure, mais plutôt sur des investissements dans les infrastructures (routes, réseaux électriques ou ferroviaires) et sur l'augmentation des limites globales de prêts que peuvent consentir les banques chinoises. En fait, des montants importants sont destinés au financement de l'augmentation de la capacité productive du pays, alors que le reste est investi dans les actifs financiers. Cette démarche mène à une hausse de la capacité d'exportation notamment vers les Etats-Unis et l'Europe. Outre leur capacité de production, les chinois achètent beaucoup de matières premières, de sociétés qui en produisent et d'équipements pour leurs nouvelles infrastructures, un moyen de se préparer à la reprise. A court terme et à l'échelle internationale, l'impact de ce programme de stimulation économique est d'augmenter la croissance au profit des fournisseurs mondiaux d'équipements et de matières premières.
La Chine devrait plutôt privilégier des mesures qui accroîtront la demande intérieure de consommation et réduiront le taux d'épargne de ses habitants, au lieu d'augmenter son offre, car si la consommation compte pour 70% du PIB américain, elle ne représente que 35% du PIB en Chine. L'arrivée de l'euro a considérablement réduit le nombre de grandes monnaies internationales et les rapports entre les trois grandes zones monétaires que sont l'Asie avec le yen et le yuan, l'Amérique avec le dollar et l'Europe avec l'euro se compliquent davantage, constatent des analystes. En effet, le yuan est dévalué de 40 % environ par rapport au dollar, qui s'est lui-même dévalué de 30 % par rapport à l'euro depuis un an. En revanche, le yuan détient l'avantage monétaire qui donne lui une valeur inférieure de 70 % environ par rapport à l'euro. La seconde politique déstabilisatrice est reliée à la faiblesse de la devise chinoise. Dans le cadre d'une politique d'exportation, le yuan continue d'être fixé face au dollar américain, mais celui-ci se déprécie, ce qui fait que la devise chinoise se déprécie aussi face aux autres devises asiatiques, à l'euro et au dollar canadien. De plus, le gouvernement chinois, par sa politique de diversification de ses énormes réserves en devises étrangères, achète des euros massivement, de telle sorte que cela fait apprécier la valeur de la monnaie unique face au yuan.
Dans une situation de fort surplus commercial, cette politique est comparable aux dévaluations compétitives des devises de nombreux pays pendant les années 30, alors qu'on connaissait aussi une période de surplus d'offre dans le monde. L'ambassadeur de Chine en Algérie, Liu Yuhe, a affirmé mardi que Pékin a engagé des réformes dans sa politique de change et que "la valeur du yuan a augmenté de 25% depuis 2005".
La Chine est pressée depuis des mois par ses partenaires commerciaux, dont les Etats-Unis, de laisser s'apprécier sa monnaie par rapport au dollar. Ceux-ci font valoir que la faiblesse du yuan confère un large avantage de compétitivité aux produits chinois. Mais Pékin a catégoriquement, et de nombreuses fois, rejeté toute éventualité de réévaluation brutale de sa monnaie, affirmant que cela mettrait en péril ses industries exportatrices et des millions d'emplois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.