Election des rédacteurs de la nouvelle Constitution    Le pays affiche une croissance négative de 3% au premier Trimestre 2021 : La Tunisie au creux de la vague    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Evocation innovante de la mémoire meurtrie    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    Alger: 1047 affaires liées à la drogue élucidées durant le mois du Ramadhan    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Atlético : Suarez a une préférence pour son avenir    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les (mauvaises) manières du «discours»    Nouvelle opération de déstockage    L'Anie sous haute surveillance    Le coup est jouable    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Les causes d'une déconfiture    L'ouverture des frontières au menu    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Réception de 3.400 doses    "La situation épidémiologique est maitrisée"    Nos villes devenues de nouveau,«fantômes»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mina Chouikh membre du jury
Festival international du court-métrage de Tanger (Maroc)
Publié dans Le Maghreb le 18 - 09 - 2011

Après avoir raflé dès sa sortie en 2003 une pluie de trophées pour son succulent long métrage, "Rachida", Mina Bachir Chouikh est honorablement invitée en 2011, à faire partie du jury du prochain festival international du court-métrage de Tanger au Maroc.
Un sacré crédit qu'offre à présent, l'organisation marocaine du festival, à cette réalisatrice qui fut ex-chef monteuse et qui a étonné son monde après être passée derrière la caméra pour réaliser et produire, ce qui fut son premier film, "Rachida", d'une incroyable force. Ce rendez-vous cinématographique s'ouvre le 03 octobre prochain et se poursuivra jusqu'au 08 du même mois, sous le thème sobre, du " Cinéma méditerranée." La réalisatrice algérienne, épouse de Mohamed Chouikh, lequel doit incessamment livrer une grande fresque historique sur la chute de Baghdad sous le titre, "L'andalou" dans ce jury que préside le critique marocain de cinéma Mohammed Bakrim, aux côtés de la journaliste et critique de cinéma libanaise, Mme Vicky Habib, du producteur français Emmanuel Prevost, du réalisateur ivoirien Kitia Touré, de la comédienne marocaine Saadia Ladib et du réalisateur marocain Jamal Belmejdoub, selon le Centre cinématographique marocain (CCM) dans un communiqué.

Deux algériens en compétition
Mina Chouikh n'ira pas seule à cette compétition cinématographique qui a sélectionné deux autre cinéastes algériens, Amine Sidi-Boumediène et Zakaria Saidani qui doivent montrer leurs deux films respectifs, "Demain, Alger ?" et "Un homme, face au miroir". Ces courts métrages font partie des 61 films visionnés par la commission de sélection pour la compétition officielle de ce festival, qui se veut une manifestation à caractère artistique, culturel et promotionnel. D'autre part, cinq films marocains ont été retenus par la commission de sélection des films de court métrage pour participer à la compétition officielle de ce rendez-vous qui en est à sa neuvième édition. Il s'agit des films " Sur la route du paradis " de Uda Benyamina, " Mokhtar " de Halima Ouardiri, "Les vagues du temps " de Ali Benjelloun, "Karkoubi " de Jaïss Zinoun et " Android " de Hicham Lasri. Cette manif annuelle mettra en compétition des productions de fiction d'une durée de 5 à 45 minutes en version originale, sous-titrées en arabe, en français, ou en anglais et réalisées par des cinéastes en 2010 et 2011 représentant 20 pays méditerranéens. Quatre prix seront décernés à la clôture du festival par un jury de sept membres désignés par les organisateurs. Il s'agit du Grand prix du festival, du Prix spécial du jury, du Prix de la réalisation et du Prix du scénario. "Le prix de la jeunesse" sera, par ailleurs, décerné par un jury de jeunes. Le festival du court-métrage méditerranéen de Tanger est l'un des quatre rendez-vous annuels du cinéma au Maroc, avec le festival du film de Marrakech, le festival du film méditerranéen de Tétouan et le Festival du cinéma féminin de Salé. Il a notamment pour objectif de créer un cadre de rencontres, de dialogue et d'échanges cinématographiques et de favoriser la connaissance et la diffusion des nouveaux films de court métrage des pays méditerranéens. Il faut dire que ce n'est la première fois que notre réalisatrice Mina Bachir Chouikh est invitée à siéger dans un jury à l'extérieur du pays, car chez nous, elle est devenue depuis sa prouesse cinématographique, une femme très influente dans le milieu du cinéma. En plus des algériens, il faut savoir que des tunisiens et des africains se joindront à cette rencontre qui se déroule dans un contexte social et politique qui favorise et réclame plus d'ouverture dans les pays arabes et méditerranéens. C'est aussi la première fois que des courts métrages hégémoniques comme, " Sektou" de Khaled Benaissa, " Khti" (ma sœur) de Anis Koussim, "Le dernier passage ", Mounes Khamar, ne feront pas partie du voyage à Tanger. En attendant, il est fort possible que les deux algériens qui y participent reviennent avec un petit quelque chose, alors qu'ils ne sont pas du tout connus sur notre arène culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.