Election des rédacteurs de la nouvelle Constitution    Le pays affiche une croissance négative de 3% au premier Trimestre 2021 : La Tunisie au creux de la vague    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Evocation innovante de la mémoire meurtrie    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    Alger: 1047 affaires liées à la drogue élucidées durant le mois du Ramadhan    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Atlético : Suarez a une préférence pour son avenir    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les (mauvaises) manières du «discours»    Nouvelle opération de déstockage    L'Anie sous haute surveillance    Le coup est jouable    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Les causes d'une déconfiture    L'ouverture des frontières au menu    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Réception de 3.400 doses    "La situation épidémiologique est maitrisée"    Nos villes devenues de nouveau,«fantômes»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les ouvrages sont présentés au SILA
Les éditions Sédia traduisent la trilogie dibiènne du français à l'arabe
Publié dans Le Maghreb le 25 - 09 - 2011

Il fallait attendre 2011 pour voir sur quelques unes de nos librairies, la traduction de la trilogie dibiènne, comportant le fabuleuse, " Grande maison", "L'incendie" et "Le métier à tisser." Presque un quart de siècle après la publication aux éditions du Seuil de ces trois ouvrages, le public algérien et notamment les arabophones, peuvent enfin accéder aux trois textes majeurs de l'écrivain, Mohamed Dib, un auteur que certains considèrent comme le précurseur du roman algérien, ignorant ainsi qu' Apulée de Madaure, un berbère qui a vécu à Souk Ahras, a bien écrit vers 150 avant Jésus-Christ, le célèbre roman, "La métamorphose ou l'âne d'or." Ouvrages qui nous replongent dans l'ambiance terrifiante de la colonisation avec ses corollaires de misères et d'humiliations, ces ouvrages successifs sont un témoignage saisissant du contexte historique d'avant le soulèvement populaire. Bien avant l'Algérie, Le Liban puis la Syrie, ont procédé à la traduction en langue arabe de cette trilogie référentielle qui aide à mieux comprendre une phase historique et même sociologique d'une contrée écrasée par l'envahisseur français. En pleine fête du livre (Salon international du livre d'Alger, SILA -du 22 septembre au premier octobre-) et à la faveur de "Tlemcen capitale de la culture arabe 2011", les éditions Sédia proposent de redécouvrir les trois ouvrages phares de l'un des écrivains algériens, le plus marquant de la fin du 20ème siècle. Traduite du français à l'arabe par Ahmed Ben Mohamed Bakelli et financée par le commissariat de "Tlemcen capitale de la culture arabe ", cette trilogie qui sera visible au stand Sédia du SILA, vient de paraître dans la collection Mosaïque de cette même maison. Une collection qui a quelques années déjà, et qui s'intéresse surtout aux écrivains algériens, qui vivent et écrivent, Outre-mer. Les dialogues ont été traduits en langue dialectale, un choix du traducteur qui estime que cela renforcerait, " l'algérianité ", ou si l'on veut, l'ambiance hautement algérienne, du texte dibien. Un choix émanant sans doute de l'influence qu'a dû susciter chez le traducteur, l'excellent, " El Harik ", (L'incendie) du réalisateur Mustapha Badie. Un film d'une éthique et d'un pathétisme sans pareil dans les annales de la cinématographie algérienne, également riche de l'authentique, "Bataille d'Alger", du cinéaste italien, Gillo Pontecorvo. Pour traduire cette trilogie, il a fallu à Sédia négocier puis acheter chez la réputée maison libanaise, Dar El Farabi, les droits pour l'Algérie. La trilogie côtoiera dans le salon du livre, au stand Sédia, deux autres ouvrages de Dib, également traduits vers l'arabe, " l'Infante maure " et "La Nuit sauvage".


Mohamed Dib, un écrivain réhabilité
2011, c'est sans doute l'année Dib. L'écrivain révolté résidait en France depuis 1959 et n'était plus retourné en Algérie depuis 1983, date à laquelle il s'était rendu à l'enterrement de sa mère. L'écrivain rendait l'âme, en 2003 à son domicile de la Celle-Saint-Cloud, près de Paris, à l'âge de 82 ans. Ayant fréquenté les administrations publiques algériennes, Mohamed Dib, savait mieux que quiconque les arcanes d'une bureaucratie étouffante. Il coupait ses liens avec son Algérie natale et vécu comme exilé volontaire, dans l'Hexagone, d'où il écrivait la quasi-totalité de ses ouvrages. Les pouvoirs publics ont-ils voulu réhabiliter cet enfant de Tlemcen en consacrant pour sa mémoire ainsi que son œuvre, moult rencontres ? D'autant que dans le sillage de "Tlemcen capitale de la culture islamique 2011", une halte fut faite autour de l'écrivain à la faveur d'un colloque qui lui était consacré du 14 au 16 mai dernier dans sa ville natale de Tlemcen. Plusieurs thèmes dont, Dib et la bilangue, le texte dibien et l'invention de la bilangue, Analyse des pratiques de traduction de la littérature algérienne, etc….., étaient proposés lors de ce rendez- vous, où il est également question de la mise en scène d'un extrait de Simorgh, que proposerait l'atelier de théâtre de l'association La Grande maison. Cette manif était aussi l'occasion de l'ouverture du Prix Mohamed Dib aux autres langues à savoir, l'arabe, français, amazigh. "Dans ce voyage multidirectionnel, Dib restera une figure majeure, lui qui mettait à profit ses nombreux séjours en Finlande s'est imprégné de la langue et de la culture de ses hôtes au point d'être en mesure de superviser le numéro spécial que la revue Europe consacra à la littérature finnoise." avait-t-on indiqué auprès des organisateurs, tout en précisant que l'objectif étant de réfléchir sur la problématique de l'écriture plurielle, du métissage, de l'intertextualité et de l'échange entre les langues, induit, à la fois, par les choix d'écriture propres à tel ou tel écrivain et par les stratégies (plus ou moins concertées) de la traduction d'une langue vers une autre. Plusieurs chercheurs avaient pris part à cette manif qui ouvrirait un débat avec des auteurs, des critiques littéraires, des traducteurs et des chercheurs universitaires, sur plusieurs thèmes, notamment le texte dibien (maghrébin) de langue française ou la "traduction en marche" : analyse d'effets de réalité produits par l'invention de cette "bilangue", " Les pratiques de traduction de la littérature algérienne (maghrébine)" : étude de cas concrets et propositions pour une critique de la "politique" de traduction. Le menu comportait également des tables rondes pour débattre le thème "Dib et les écrivains de la bilangue à l'épreuve de la traduction… Plusieurs spécialistes se sont rendus à cette rencontre, dont notamment le Palestinien Elias Sanbar, l'Algérien M. Smail Abdoun, le Pr Omar Lardjane de l'université d'Alger, Nadjat Khedda… et bien d'autres encore. En mars dernier, des chercheurs et universitaires ont tenté de décortiquer l'œuvre dibiènne via l'espace " Echo de plume " qu'a instauré il y a quelques années, le Théâtre national algérien(TNA). Ce rendez-vous s'était déplacé d'Alger jusqu'a Tlemcen, ville natale de l'écrivain Mohamed Dib pour un hommage posthume à l'auteur de la fabuleuse, "Grande maison." Comme dans toute rencontre du genre, des professionnels à l'image de Sabeha Benmansour, présidente de l'association "La Grande maison " ainsi que des chercheurs tels Said Ramdane de l'université de Grenoble, ont longuement disserté, au Centre international de presse de Tlemcen, autour de l'œuvre dibiènne. "Notre association vise d'abord à faire découvrir l'ensemble des textes et livres de Mohamed Dib aux lecteurs, notamment aux jeunes élèves, lycéens et universitaires en plus d'essayer de mettre en valeur l'immensité et la variété de l'œuvre de ce symbole de la littérature algérienne", avait souligné Mme Benmansour. "Mohamed Dib qui fut un grand lecteur d'Ibn Arabi et des productions littéraires européennes et américaines est une conjugaison qui s'est faite entre sa culture d'origine et les autres cultures", avait-elle ajouté, en déclarant: "Notre souci est d'assurer une relève sur la base d'une figure majeure de la littérature algérienne, c'est pourquoi un prix littéraire portant le nom de cet écrivain a été institué et est actuellement à sa 4ème édition". De son côté, le chercheur Said Ramdane a fait une lecture d'un poème intitulé "La danseuse bleue" tiré du texte "l'Aube Ismael" de Mohamed Dib. Il a en outre présenté à l'assistance les recherches qu'il a effectuées sur le patrimoine littéraire algérien, notamment les contes populaires. A signaler que la manifestation "Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011" verra la présentation d'une pièce théâtrale réalisée par ce chercheur et le président de la coopérative théâtrale "l'astuce", Ali Abdoun, intitulée "Au café Romana" adaptée de l'œuvre de Mohamed Dib "au café".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.