REVISION DE LA CONSTITUTION : La campagne électorale s'achève aujourd'hui    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    Le Président ne sera pas présent à la Grande Mosquée    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortir plus forte    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    AGO de la FAF: Les bilans moral et financier approuvés    Real : Kroos n'a jamais douté de Zidane    Juventus : Ronaldo toujours incertain pour le match face au Barça    Rahmoun Yazid en renfort    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Actucult    Lutte antiterroriste : Reddition d'un terroriste à Tamanrasset    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Ghazaouet : Sensibilisation sur le cancer du sein    Coupe de la CAF : Renaissance Berkane remporte le titre    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Festival du film franco-arabe de Noisy-Le-Sec : Une dizaine de films algériens en compétition    Erdogan appelle au boycott des produits français    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    Boukadoum s'entretient avec le Secrétaire général des Nations unies    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    L'Algérie en passe d'opérer un changement sérieux le 1er novembre prochain    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    8 décès et 276 nouveaux cas    Les agglomérations africaines brillent par leur absence    La 13e édition du Siol 2020 reportée    Un seul bureau de poste pour 11 cités et quartiers    Le projet d'amendement de la Constitution préserve les constantes nationales    Rue Marcel-Bigeard remplacée par rue Maurice-Audin    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    MC Saïda: Un effectif chamboulé    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Détroit d'Ormuz : Les Etats-Unis ont envoyé une lettre à l'Iran
Publié dans Le Maghreb le 16 - 01 - 2012

Les Etats-Unis ont envoyé une lettre à l'Iran à propos du détroit d'Ormuz, a affirmé, hier, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, cité par la presse officielle.
"L'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, Suzanne Rice, a remis une lettre à Mohammad Khazaie, le représentant de l'Iran à l'ONU, l'ambassadrice suisse à Téhéran a transmis le message et enfin le président irakien Jalal Talabani a également transmis aux responsables de la République islamique son contenu", a déclaré M. Mehmanparast, sans le dévoiler. La Suisse représente les intérêts américains en Iran depuis la rupture des relations entre les deux pays en 1980. "Nous sommes en train d'examiner la lettre et si nécessaire nous y donnerons une réponse", a ajouté M. Mehmanparast. Vendredi, le quotidien américain New York Times, avait affirmé que les Etats-Unis avaient utilisé un canal secret pour mettre en garde le guide suprême iranien l'ayatollah Ali Khamenei contre une fermeture du détroit d'Ormuz, passage stratégique pour le trafic pétrolier. Fin décembre, Téhéran avait menacé de fermer le détroit si les pays occidentaux adoptaient des sanctions contre ses exportations pétrolières en raison de son programme nucléaire controversé. La Maison Blanche est entrée en contact avec le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, l'avertissant qu'une éventuelle fermeture du détroit conduirait à une réponse des Etats-Unis, affirmait le quotidien, citant des responsables américains sous couvert d'anonymat. Ces responsables n'ont pas fourni de détails sur le canal secret utilisé, indiquant simplement qu'il ne s'agissait pas de la voie employée habituellement par Washington pour communiquer avec Téhéran, à savoir l'ambassade de Suisse. La tension est vive entre l'Iran et les Etats-Unis avec les mises en garde répétées de l'Iran contre la présence de la marine américaine dans le Golfe, relançant les craintes d'une éventuelle fermeture du détroit d'Ormuz, par lequel transite 35% du pétrole brut transporté par voie maritime dans le monde. En dépit de ces menaces, Washington a promis de maintenir ses navires de guerre déployés dans le Golfe mais aussi assurer que le trafic maritime pétrolier par le détroit d'Ormuz ne soit pas perturbé par une intervention militaire iranienne.
L'Iran met en garde les pays du Golfe
L'Iran a lancé, hier, un avertissement aux monarchies du Golfe, les pressant de ne pas compenser ses exportations pétrolières en cas de nouvelles sanctions occidentales contre son programme nucléaire controversé. Si les pays pétroliers du Golfe Persique donnent le feu vert pour remplacer le pétrole iranien (en cas de sanctions) et coopèrent avec les pays aventuriers (occidentaux), ils seront responsables des incidents qui se produiront et leur geste ne sera pas amical, a déclaré le représentant de l'Iran auprès de l'Opep, Mohammad Ali Khatibi.
Plusieurs responsables occidentaux ont affirmé ces dernières semaines que des pays pétroliers du Golfe, en particulier l'Arabie saoudite, allaient remplacer le pétrole iranien en cas de sanctions pour convaincre les pays asiatiques, en particulier le Japon et la Corée du Sud, de se joindre aux sanctions occidentales contre les exportations pétrolières de l'Iran. Si les pays du Golfe proclament clairement leur intention de ne pas compenser le pétrole iranien en cas de sanctions, les pays aventuriers ne seront pas enclins à prendre de telles décisions, a encore déclaré le responsable iranien, dont le pays est accusé de développer l'arme atomique par le biais de son programme nucléaire. Cité dimanche par le quotidien saoudien al-Watan, le ministre saoudien du Pétrole, Ali al-Nouaïmi, a en revanche déclaré que son pays était capable de produire 12,5 mbj, de répondre aux besoins du marché mondial et de satisfaire toute augmentation de la demande des pays consommateurs. L'Arabie Saoudite produit actuellement quelque 10 millions de barils de pétrole par jour.
L'Union européenne (UE) doit finaliser le 23 janvier les modalités d'un embargo sur le pétrole iranien, qui pourrait être mis en place progressivement sur six mois. L'Iran, deuxième producteur de l'Opep, produit 3,5 millions de barils de pétrole par jour et tire 80% de ses devises de ses exportations pétrolières. Téhéran vend quelque 450 000 barils par jour (18% de ses exportations) à l'Union européenne, essentiellement à l'Italie (180 000 b/j), à l'Espagne (160 000 b/j) et à la Grèce (100 000 b/j), trois pays en mauvaise posture économique du fait de la crise de la dette. Les principaux clients asiatiques du pétrole iranien, la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l'Inde et la Turquie, ont rejeté les sanctions occidentales ou se sont montrés réticents.
Le chef de la diplomatie nippone Koichiro Gemba, a estimé vendredi qu'un tel embargo pourrait avoir des effets négatifs non seulement sur l'économie japonaise, mais aussi sur l'économie mondiale. Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, avait réagi en affirmant qu'il y a des possibilités pour certains pays producteurs de pétrole de prendre la relève de ce que l'Iran ne mettrait plus sur le marché, en faisant référence à l'Arabie saoudite. Les Etats-Unis et les pays européens veulent imposer des sanctions unilatérales pétrolières et financières contre l'Iran pour l'amener à renoncer à son programme nucléaire controversé.
Ce que Téhéran refuse. Nous ne nous inquiétons pas des sanctions américaines, nous avons suffisamment de clients pour notre pétrole, a déclaré de son côté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast.
Il a ajouté que l'objectif des Etats-Unis est d'affaiblir ses futurs rivaux économiques qui sont la Japon, la Chine et l'Inde en déstabilisant le marché pétrolier international. Ces dernières semaines, l'Iran a soufflé le chaud et le froid en affirmant qu'il avait la capacité de fermer le détroit d'Ormuz, par où transite 35% du trafic pétrolier maritime mondial, avant de revenir sur ces menaces.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.