L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie: Jets de pierres contre les dirigeants à Sidi Bouzid
Publié dans Le Maghreb le 18 - 12 - 2012

Des manifestants ont jeté des pierres, hier, contre le chef de l'Etat tunisien Moncef Marzouki, et le président du Parlement Mustapha Ben Jaafar, à Sidi Bouzid, où se déroulaient les célébrations du deuxième anniversaire du début de la révolution tunisienne. Les jets ont commencé après un discours de M. Marzouki, et alors que M. Ben Jaafar s'apprêtait à prendre la parole. Le service d'ordre a rapidement évacué les deux dirigeants vers le siège de la préfecture de cette région marginalisée du centre-ouest de la Tunisie. En scandant le peuple veut la chute du gouvernement, les manifestants ont aussi envahi le parvis sur lequel était montée la tribune où le chef de l'Etat s'était exprimé. La police n'est pas intervenue, alors que les heurts entre manifestants et policiers se multiplient dans le pays depuis plusieurs mois. Lorsque le président tunisien a pris la parole, une grande partie des 5 000 personnes réunies sur la place ont scandé : “Dégage, dégage” l'un des cris de ralliement du soulèvement qui a provoqué la chute du régime de Zine El Abidine Ben Ali.
Promesses
Copieusement sifflé, M. Marzouki a promis des progrès économiques aux habitants de Sidi Bouzid, alors que la misère et le chômage étaient déjà au cœur des causes de la révolte de l'hiver 2010/2011. "Je comprends cette colère légitime, mais le gouvernement a diagnostiqué le mal. Dans six mois, un gouvernement stable sera en place et livrera les médicaments pour guérir le mal du pays", a-t-il assuré. Pour la première fois, nous avons un gouvernement qui ne vole pas le peuple, a-t-il encore dit, hué par les manifestants.
Le président chahuté sur la tombe de Bouazizi
M. Marzouki, avait déjà été chahuté quelques heures plus tôt, lorsqu'il s'était rendu sur la tombe de Mohamed Bouazizi, le vendeur ambulant qui s'était immolé par la feu le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid, donnant le coup d'envoi au Printemps arabe. M. Marzouki a déposé dans la matinée une gerbe de fleur sur la sépulture du vendeur ambulant, qui s'était immolé pour dénoncer les brimades policières et la pauvreté. Le chef de l'Etat, un laïc allié aux islamistes d'Ennahda qui dirigent le gouvernement, a été pris à parti peu après par les habitants de la ville. "Vous êtes venus il y a un an et vous aviez promis que les choses allaient changer sous six mois, mais rien n'a changé!", a lancé un manifestant. "On ne veut pas de vous ici", s'est exclamé un autre. M. Marzouki a répliqué que le pouvoir tunisien "n'avait pas de baguette magique". Il devait ensuite prononcer un discours devant le siège du gouvernorat, là où Bouazizi s'était immolé. Les revendications économiques et sociales étaient au cœur de la révolution tunisienne. Le chômage et une croissance anémique, deux ans après le début de la révolte, continuent toutefois de miner le pays. Les manifestations, émaillées de violences, se sont multipliées ces derniers mois.
Impasse politique
La Tunisie est aussi déstabilisée par une impasse politique, faute de compromis sur la future Constitution, 14 mois après l'élection de la Constituante. Des groupuscules islamistes radicaux ont mené plusieurs coups d'éclats, parfois sanglants. Deux ans après la révolution, les journaux et les médias tunisiens ont relevé que la colère et l'amertume dominent à Sidi Bouzid. "Sidi Bouzid, l'éternelle étincelle", a titré ainsi le quotidien francophone "La Presse". "Seuil de pauvreté creusé, taux de chômage multiplié, infrastructures économiques et industrielles au point zéro, terres hypothéquées, agriculture déprimée", a ajouté le journal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.