Man United : Solskjaer ne facilitera pas la tâche à Man City    Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prise de pouvoir par la force en Centrafrique: Vives condamnations de la communauté internationale
Publié dans Le Maghreb le 26 - 03 - 2013

Plusieurs pays et organisations internationales dont l'Union africaine (UA) ont condamné la prise de pouvoir par la force par les rebelles du Séléka en Centrafrique, et appelé au "rétablissement rapide de l'ordre constitutionnel" dans ce pays. Se disant profondément préoccupée par les derniers développements à Bangui, tombée dimanche aux mains des rebelles du Séléka, la présidente de la Commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, a réitéré dans un communiqué "la ferme condamnation de l'organisation panafricaine de la reprise injustifiée des hostilités par le Séléka". La décision des dirigeants du Séléka de recourir à nouveau à la force "constitue un sérieux défi à l'autorité individuelle et collective des chefs d'Etat de la région, qui se sont activement investis dans la recherche d'une solution politique,... et éloigne encore davantage les perspectives de retour à la paix en RCA", selon le texte. Dlamini-Zuma a souligné que cette prise de pouvoir par la force "constitue une violation caractérisée de l'Acte constitutif de l'UA, de la Déclaration de Lomé sur les changements anticonstitutionnels de Gouvernement et de la Charte africaine de la Démocratie, des élections et de la Gouvernance, ainsi que des décisions de l'UA sur le rejet absolu du recours à la rébellion armée pour faire valoir des revendications politiques". Pour sa part, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a, lui aussi, condamné dimanche la prise de pouvoir "anticonstitutionnelle" intervenue à Bangui et s'est déclaré "inquiet" des rapports faisant état de "sérieuses" violations des droits de l'homme, selon son porte-parole Martin Nesirky. M. Ban "appelle au rétablissement rapide de l'ordre constitutionnel", et "réitère que les accords de Libreville restent le cadre le plus viable pour assurer une paix durable et la stabilité dans le pays". L'évolution négative de la situation en Centrafrique a également suscité la préoccupation des Etats-Unis qui ont appelé les rebelles Séléka à "respecter les accords de Libreville sur une sortie de crise", affirmé dimanche la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland, dans un communiqué. Washington se dit également "très inquiet" par la dégradation de la situation humanitaire et par "les informations crédibles et nombreuses faisant état d'atteintes aux droits de l'homme, à la fois par les forces de sécurité et par les rebelles Séléka".
La FOMAC appelée à aider à sécuriser Bangui
Au Tchad, pays qui fait partie de Force multinationale d'Afrique centrale (FOMAC), déployée en Centrafrique, le président Idriss Déby Itno a appelé cette force à aider à "sécuriser Bangui". Pour le chef de l'Etat tchadien et président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale (CEEAC), l'accord de Libreville "doit continuer à servir de base au règlement de la crise centrafricaine jusqu'à la tenue d'élections libres et transparentes". La CEEAC est disposée à appuyer tous les efforts faits dans ce sens", a-t-il ajouté, avant d'appeler, au nom des membres de la CEEAC, l'Union africaine,, les Etats-Unis et la France à "soutenir cette démarche, seule susceptible de conduire la République centrafricaine aux élections dans la paix et la sérénité". Les rebelles centrafricains de la coalition Séléka ont pris le contrôle de Bangui dimanche dans la matinée, au terme d'une offensive éclair lancée pour renverser le président François Bozizé au pouvoir depuis 2003. Ce dernier a fui le pays peu avant la chute de la capitale, vers une destination qui reste inconnue. La rébellion avait lancé une première offensive le 10 décembre dans le nord du pays avant de stopper sa progression sous la pression internationale à 75 km au nord de Bangui. Le président centrafricain François Bozizé et l'opposition avaient signé le 11 janvier à Libreville (Gabon) un accord prévoyant un cessez-le-feu immédiat et une transition d'un an avec un gouvernement d'union nationale composé de représentants du camp Bozizé, de l'opposition et de la rébellion. Mais arguant du non-respect des accords par le clan Bozizé, les rebelles du Séléka ont déclenché à nouveau les hostilités vendredi et déclaré vouloir mettre en place un "gouvernement de transition". Quant à l'Afrique du Sud, elle a déploré la mort d'au moins 13 de ses militaires dans des combats en Centrafrique. "Nos soldats ont payé le prix ultime au service de leur pays, l'Afrique. Nous leur rendons honneur", a déclaré ,hier, le président Jacob Zuma ajoutant que ces hommes déployés en soutien au président Bozizé avaient combattu des "bandits".
Situation humanitaire critique à Bangui
Peu après la chute de Bangui aux mains des rebelles, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a lancé un appel pour pouvoir déployer son personnel dans la capitale où "beaucoup de blessés" affluent dans les hôpitaux et centres médicaux. Aussi, l'organisation humanitaire basée à Genève a lancé un appel "pour que le personnel médical et les secouristes puissent avoir accès aux blessés et mener leur travail sans être inquiétés". Elle a appelé, par ailleurs, au respect de la population civile, des personnes ne participant pas ou plus aux combats, des blessés, des structures médicales et du personnel de la Croix-Rouge. "Nous avons constaté des scènes de pillage et demandons à toutes les parties au conflit de respecter les biens de la population", déclare le chef de la délégation du CICR en Centrafrique, Georgios Georgantas.
Près de 300 soldats français envoyés en renfort
Près de 300 soldats français ont été envoyés ces deux derniers jours en renfort à Bangui (capitale de la Centrafrique) après l'offensive des rebelles du "Seleka" pour assurer la protection des ressortissants français et étrangers, a indiqué dimanche soir l'état-major des armées françaises."Deux compagnies, totalisant environ 300 militaires, sont arrivés du Gabon par plusieurs rotations de Transall et de Hercules C130, portant les effectifs militaires français en République Centrafricaine à environ 550 hommes", a indiqué le porte-parole de l'état-major, le colonel Thierry Burkhard."Deux cent cinquante soldats français étaient déjà stationnés en Centrafrique", a-t-on précisé. Ces renforts avaient été déployés à Bangui en décembre, lors de la première offensive du Séléka.Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, qui avait confirmé plus tôt, le départ du président centrafricain François Bozizé de Bangui, a renouvelé les "consignes de prudence" aux ressortissants français présents dans la capitale centrafricaine, les invitant à "rester chez eux" . Les soldats français "sécurisent" aussi l'aéroport de Bangui, selon une source diplomatique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.