réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sous-traitance en Algérie : L'implication des entreprises nationales est incontournable
Publié dans Le Maghreb le 21 - 10 - 2013

Hier, le président du Conseil national consultatif pour la promotion de la PME, Zaïm Bensaci a indiqué sur les ondes de la Radio nationale que l'émergence d'un tissu de sous-traitants industriels algériens demeure tributaire du degré d'implication des entreprises nationales, grands donneurs d'ordres, et non pas de leurs partenaires étrangers qui recourent systématiquement à des équipementiers internationaux.
Pour M. Bensaci, il est temps de " cesser de parler des partenaires étrangers qui viennent avec leur stratégie de développement bien arrêtée. Occupons-nous des grandes entreprises nationales donneurs d'ordres ". Il a insisté sur le fait que l'investisseur étranger, qui se fait toujours accompagner par des équipementiers étrangers " n'apportera rien en matière de sous-traitance nationale à part sa contribution à la formation d'une deuxième génération de sous-traitants à long terme ".
Selon le contrat de l'usine Renault en Algérie, signé en 2012, le taux d'intégration de la production nationale sera de 42% pour monter graduellement à 80%. M. Bensaci a plaidé pour l'instauration d' " une véritable relation de confiance entre grands donneurs d'ordres nationaux et les sous-traitants locaux " pour développer un réseau national de sous-traitance. Ce responsable a préconisé, à ce titre, le recensement des sous-traitants nationaux qui avaient travaillé par le passé pour la Société nationale du véhicule industriel (SNVI) en vue de les aider à constituer le noyau du réseau national de la sous-traitance mécanique. Le président du CNC de la PME a regretté que des entreprises comme Sonatrach ou Sonelgaz qui importent plusieurs centaines de millions de dollars de pièces de rechange annuellement, préféraient dans le passé, importer que de recourir aux sous-traitants algériens. Le groupe Sonatrach consacre à lui seul quelque 100 milliards de DA (environ 1 milliard d'euros) pour importer les pièces de rechange et les organes de machines nécessaires à ses activités. Il importe annuellement un demi-million d'articles de pièces, dont 1% seulement est produit localement. Autre sujet abordé par M. Bensaci est celui de la mise en place prochainement d'une cartographie des entreprises algériennes. Une carte qui, d'après le responsable, permettra une meilleure visibilité aux grandes entreprises et leur facilitera ainsi la prise de décision en la matière. Il a, en outre, avancé que les appels d'offres pour la réalisation de cette carte seront lancés incessamment. Il a fait savoir que l'Algérie compte actuellement près de 700 000 PME et seulement 200 grandes entreprises.
La quasi-totalité du tissu industriel est composée de très petites entreprises (TPE), dont les limites en matière de management et de financement réduisent leurs chances d'accès aux commandes publiques. Concernant l'objectif d'atteindre 2 millions de PME d'ici 2014, fixé par le gouvernement, semble encore loin de la réalité, selon M. Bensaci.
Tout en ajoutant que "nous avons certes assisté à la création de nouvelles PME dans le secteur du BTPH notamment, mais ce n'est pas le cas pour l'industrie ". Le tissu national de la sous-traitance industrielle, regroupant quelque 800 entreprises en 2012, reste bien en deçà des normes internationales qui tournent autour de 30 PME pour 30 000 habitants, selon la Bourse algérienne de la sous-traitance et du partenariat (BASTP). La production industrielle représente actuellement 0,8% de la production nationale et elle ne participe qu'à hauteur de 5% du PIB.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.