A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zone euro : La BCE devrait franchir le Rubicon en annonçant un rachat d'actifs
Publié dans Le Maghreb le 21 - 01 - 2015

L'annonce jeudi prochain d'un rachat massif de dette publique par la Banque centrale européenne (BCE), objet de spéculations depuis des mois et dernier recours pour faire repartir les prix et l'économie, est pour les spécialistes une affaire entendue.
La décision surprise jeudi de la Banque nationale suisse d'abolir le cours plancher de son franc face à l'euro est vue comme un signal clair de l'imminence d'un assouplissement quantitatif ("QE" selon son acronyme anglo-saxon) en zone euro. "Il ne fait pas de doutes que la BCE ouvrira jeudi prochain un nouveau chapitre, risqué", assurent les économistes de Commerzbank. "Il sera très difficile, voire impossible, pour la BCE de ne pas annoncer un QE" lors de sa prochaine réunion de politique monétaire, renchérit Carsten Brzeski, d'ING. Le "QE" désigne un programme de rachats d'actifs de grande ampleur, portant notamment sur de la dette publique. La Banque du Japon, et la Fed américaine jusqu'à l'automne dernier, ont déjà pratiqué l'exercice. Toutes les conditions semblent réunies pour que l'institution monétaire de Francfort (ouest de l'Allemagne) choisisse d'utiliser cette dernière cartouche dès maintenant. L'inflation dans la zone euro est passée en territoire négatif en décembre (-0,2%), une première depuis 2009. Si la chute des cours du pétrole y est pour beaucoup, l'inflation sous-jacente (hors alimentation et énergie), de 0,7% le mois dernier, n'en demeure pas moins très faible au regard de l'objectif de la BCE d'une hausse des prix légèrement inférieure à 2%. La déflation, spirale de baisse prolongée des prix et des salaires et ennemi à abattre pour la BCE, semble guetter.

Merkel informée
Cette semaine la justice européenne a aussi dégagé la voie à un nouvel assouplissement monétaire avec un avis favorable rendu à Luxembourg sur le petit frère du QE, le programme de rachat de dette OMT, jamais utilisé. Les marchés attendent l'assouplissement quantitatif avec impatience, et l'ont d'ailleurs déjà intégré, mais parmi les banquiers centraux le débat est vif. Le chef de la Bundesbank allemande Jens Weidmann est l'un des plus sceptiques. Et les membres du conseil se sont efforcés ces dernières semaines de rallier les soutiens. Le président de la BCE Mario Draghi lui-même est intervenu. "Ce n'est pas comme si nos possibilités étaient infinies", a-t-il fait valoir dans un entretien paru jeudi.
Il a présenté mercredi ses plans à la chancelière allemande Angela Merkel, a rapporté le magazine Spiegel. La chancellerie s'est contentée de confirmer une rencontre bilatérale. La BCE a déjà tenté d'enrayer la faiblesse de l'inflation et l'atonie de la croissance en abaissant son principal taux directeur à 0,05%, un plus bas historique. L'institution s'est aussi engagée à prêter massivement et à conditions très avantageuses aux banques, en espérant voir ces fonds alimenter l'économie réelle. Et elle rachète déjà certains actifs financiers. Mais les experts considèrent que ces efforts ne suffiront pas à atteindre son objectif: gonfler d'environ 1 000 milliards d'euros son bilan, c'est-à-dire injecter ce montant dans le circuit économique.
Première ébauche
D'où le caractère d'urgence d'un "QE", dont les détails pourraient toutefois n'être annoncés qu'ultérieurement. "La BCE présentera au moins une première ébauche du programme QE la semaine prochaine, même si elle pourrait garder certains détails pour (...) mars", estime M. Brzeski. La question de la pondération des rachats - qui rachète quelles obligations et en quelle quantité, qui supporte quel risque ? - est épineuse. Les contours du "QE" pourraient aussi être influencés par le scrutin législatif en Grèce prévu le 25 janvier, la gauche radicale anti-austérité étant donnée favorite.
"Pour que (le programme) soit efficace, il doit être vaste", a plaidé vendredi Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, dans une interview. Le chiffre de 500 milliards d'euros a circulé. Les économistes de BNP Paribas tablent sur un QE de 600 milliards d'euros pour la première année. "Une fois que la BCE achètera des obligations publiques, elle aura franchi le Rubicon. C'est comme arrêter de croire au Père Noël: il n'y a pas de retour possible", selon eux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.