L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Un long combat pour l'émancipation    La conjoncture impose des solutions structurelles    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Une récolte de plus de 2 millions de quintaux attendue    Explosion de la consommation de gaz en Algérie    Premiers incidents post-congrès    La procédure enclenchée à l'APN    Large vague de dénonciation    Le président Keïta prépare le dialogue politique inclusif    Ben Badis aurait-il été le 23e ?    Karim Ziani raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs    L'intruse    L'état interpellé à s'impliquer… dans les affaires du club    L'USM Alger fait appel    Qui a demandé à la potiche de parler ?    Quand Bouchareb bloque le FLN    1 281 morts et 12 914 blessés en 5 mois    Un fonctionnaire arrêté en flagrant délit de corruption    Arrestation du voleur de téléphones portables qui semait la peur dans la ville    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    EN : Bounedjah remercie les supporteurs et leur fait une promesse    Ammal : Une cinquantaine de familles oubliées du relogement    Habitat: L'agrément des promoteurs immobiliers désormais du ressort des walis    Abderrahmane Hadj-Nacer: Les contours d'une sortie de crise «acceptable par l'armée et le Hirak»    Sept plaquettes de kif saisies, quatre arrestations    La commission de contrôle à pied d'œuvre dans les communes côtières: Les infrastructures touristiques passées au peigne fin    Tlemcen: «Plaidoyer» pour les personnes handicapées    Tlemcen: L'ex-PDG d'Algérie Télécom devant le parquet général jeudi    Les papys font de la résistance    Avec une croissance à la peine : Le marché pétrolier s'inquiète de la demande    Sahara occidental : Des eurodéputés interpellent le Maroc sur le sort de militants sahraouis    L'Algérie et la ZLECAF : Une occasion pour conquérir le marché africain    Police aux frontières : Des instructions pour fournir les meilleures prestations sécuritaires au citoyen    Entretien : La Tunisie et Naïm Sliti veulent "passer un cap"    "La banqueroute de Lehman Brothers paraîtra une simple gaminerie": Deutsche Bank lutte pour sa survie ?    Bourses : L'Europe termine en baisse avec les tensions USA-Iran    Reddition d'un terroriste    Mandat de dépôt pour 18 manifestants    Les Houthis affirment avoirabattu un avion militaire saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grèce : Athènes souhaite l'extension du financement européen
Publié dans Le Maghreb le 19 - 02 - 2015

Le gouvernement grec envisage de demander l'extension du financement européen, qu'elle distingue clairement du mémorandum - le programme d'aide imposé depuis 2010 à la Grèce, comprenant des mesures d'austérité très rigoureuses -, a annoncé avant-hier soir à Athènes une source gouvernementale.
Cette déclaration très brève est intervenue 24 heures après l'ultimatum lancé lundi soir par la zone euro à la Grèce, lui intimant de demander d'ici à vendredi une extension de ce programme d'aide. Selon la télévision publique Nerit Athènes a adressé hier une lettre Jeroen Dijsselbloem, le chef de l'Europe, pour demander une extension de six mois de l'accord de financement, qui pourra prendre la forme d'un programme intermédiaire.
Selon la Nerit et d'autres médias grecs, les autorités grecques s'engageraient pendant cette période de six mois à s'abstenir d'une action unilatérale, et à œuvrer avec leurs partenaires européens et internationaux en faveur de l'assainissement de l'économie. La Grèce et la zone euro essaient depuis la semaine dernière de trouver une solution sur la poursuite de l'aide au pays, qui prend fin le 28 février.
Lors d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe) lundi à Bruxelles, Athènes n'a pas accepté un texte proposé par ses partenaires lui demandant de rester à l'intérieur du programme qui comprend la poursuite d'une série de mesures d'austérité imposées au pays depuis cinq ans en échange des prêts internationaux.
Le gouvernement de gauche radicale Syriza, issu des élections législatives du 25 janvier, s'est engagé à mettre fin aux mesures d'austérité qui, selon lui, ont provoqué une crise humanitaire, et n'aident pas à la relance de l'économie.

Vote du Parlement dès vendredi
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a annoncé le vote par le Parlement de mesures sociales en faveur des Grecs dès vendredi, alors que c'est la date-butoir donnée par l'Eurogroupe à Athènes pour demander une extension de son programme d'aide. Ces mesures vont conforter les salariés, les chômeurs, les petites et moyennes entreprises et vont relancer l'économie, a expliqué M. Tsipras. Les mesures sociales voulues par le gouvernement vont à l'encontre des préconisations du programme d'aide, qui recommandent à la Grèce au contraire de faire un maximum d'économies, pour mériter les 240 milliards d'euros de prêts qui lui ont été consentis ou promis depuis 2010 par la troïka de ses créanciers internationaux, BCE, UE et FMI.
La Grèce n'accepte pas les conditions et les ultimatums, elle dit non, a lancé M. Tsipras, devant les parlementaires de son parti de gauche radicale Syriza.
Nous ne cèderons pas un pouce de nos promesses au peuple, a martelé le Premier ministre devant les parlementaires de son parti de gauche radicale Syriza. Il a également accusé le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaüble d'avoir perdu son sang-froid et de s'être adressé de manière humiliante à la Grèce lors des discussions entourant l'Eurogroupe de lundi à Bruxelles. Au passage, le Premier ministre a cependant qualifié de malheureux un dessin particulièrement agressif représentant M. Schaüble en nazi voulant faire du savon avec le gras des Grecs il y a une dizaine de jours dans le quotidien “Avgi” proche de Syriza. Cela ne représente pas le peuple grec, a-t-il dit.
Avec l'Europe, a-t-il assuré, nous voulons une solution, pas une rupture. Il a à son tour accusé le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem d'avoir remplacé lundi par un nouveau texte un autre, manifestement plus acceptable pour le gouvernement grec, qu'il a prêté au commissaire européen aux Finances Pierre Moscovici et qui faisait allusion à l'extension de l'accord de prêt (à la Grèce) et non au mémorandum, le plan d'aide BCE-FMI-UE. Dès l'élection du président de la République, -- cette élection doit avoir lieu mercredi soir, et M. Tsipras pense réunir sur le nom de son candidat Prokopis Pavlopoulos, venu du parti conservateur, les 180 voix sur 300 nécessaires -- dès jeudi matin, nous présenterons en urgence la première d'une série de lois de salut public, contenant des mesures pour protéger les habitations des Grecs (de la saisie) et interdire la vente des créances (douteuses) à des fonds spéculatifs.
Le gouvernement veut aussi faire passer rapidement un projet de loi permettant de rembourser en cent mensualités des remboursements de prêts bancaires pour les personnes les plus défavorisées. Autant d'ajustements qui feront relever la tête à des millions de nos concitoyens, a déclaré M. Tsipras. Selon lui, ces mesures amèneront de nouveaux revenus dans les caisses de l'Etat et donneront l'élan nécessaire à l'économie.
Dans la période à venir, a ajouté M. Tsipras, nous prévoyons une deuxième loi qui mettra fin à la dérégulation du marché du travail, qui mettra fin aux conditions de travail moyen-âgeuses créées par la troïka pour servir les intérêts de l'oligarchie, qui ont fait grimper le chômage en flèche, à près d'un tiers de la population active. Le chômage est actuellement à 25,8%, après avoir approché 30%. M. Tsipras veut aussi restaurer la négociation collective dans les entreprises, inséparable des institutions européennes mais qui a été violée par la troïka en Grèce.

La Grèce n'acceptera pas d'ultimatum
Le gouvernement grec n'acceptera pas d'ultimatum mais maintient son engagement à trouver une solution mutuellement utile avec ses partenaires européens par la poursuite des négociations, selon une source gouvernementale grecque. Le gouvernement grec est déterminé à honorer le mandat populaire et l'histoire de la démocratie en Europe, a indiqué cette source, alors que la Grèce et ses partenaires de la zone euro ont brutalement interrompu leurs discussions lundi soir, le texte proposé aux Grecs mentionnant la poursuite du programme actuel d'aide de l'UE.
Selon la source gouvernementale grecque, le texte présenté lundi soir lors de la réunion des ministres des Finances de la zone euro comprenait des points qu'Athènes ne pouvait pas accepter, comme l'extension technique de six mois du programme actuel, qualifiée d'étape transitoire. Selon cette source, le texte proposé par Athènes lors de cette réunion comprenait des mesures visant à adopter un système d'imposition plus juste, à limiter les répercussions de la crise humanitaire ainsi que des mesures pour l'allègement de la dette.
Ces points, assure la source, sont les bases pour une extension de l'aide actuelle qui pourrait prendre la forme d'un programme intermédiaire de quatre mois, qui sera une phase transitoire vers un accord qui va conduire à la croissance en Grèce.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.