Ouargla-Covid19: distribution de 100 000 bavettes aux citoyens    Le journaliste Drareni reste en prison    L'approche fiscale adoptée face au recul des recettes pétrolières (PLFC 2020): des députés émettent des réserves    ALGERIE-TURQUIE : Le président Tebboune s'entretient par téléphone avec Erdogan    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : L'accès à l'information relève du "droit au service public"    Une anesthésiste contamine 6 membres de sa famille à Sétif    LUTTE CONTRE LE COVID-19 : Une équipe médicale chinoise en visite à Ain Defla    Accidents de la route en zones urbaines: 6 morts et 263 blessés en une semaine    OUVERTS SUR FOND DE PREVENTION SANITAIRE CONTRE LE COVID-19 : 43 plages autorisées à la baignade à Mostaganem    Le HCA plaide pour l'élaboration d'"une carte linguistique de Tamazight" en Algérie    Covid19: 160 nouveaux cas, 211 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    Plan d'annexion israélien en Cisjordanie : "une telle décision ne peut pas rester sans réponse"    Sport-Coronavirus: le contrôle médical des athlètes d'élite impératif avant la reprise    Crise libyenne: Boukadoum exprime la "profonde" préoccupation de l'Algérie et sa disposition à abriter le dialogue libyen    Massacres du 8 mai 1945: des crimes revêtant une dimension génocidaire    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    2 500 écoles fermées et 350 000 élèves privés de cours    Ottawa veut renforcer sa coopération avec les pays africains    Porsche décline la 911 Targa    The mask    Il y a 30 ans, un drame affligeait le handball algérien    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    "La reprise du championnat mérite une profonde réflexion"    Banque Africaine de Développement : Augmenter les budgets agricoles pour éviter d'autres pandémies    Un nouveau baby-boom algérien    La 3e édition du Salon Almoto Expo reportée    Des prévisions rassurantes    organisée dans cette ville Vive tension à Kherrata    L'Arav sévit, la police ouvre une enquête    Pr Jamal Mimouni. Département de physique de l'université Constantine 1 : «Cette crise a été révélatrice des défauts systémiques»    Irresponsables !    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Idir déterritorialisé ou la culture mondialisée par l'immigration    La valorisation de la ville archéologique de Tobna au programme    Recueillement sur la tombe de Tahar Djaout à Oulkhou    Embarek Houcinat n'est plus    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    Logements sociaux en cours de réalisation: Plus de 50 milliards pour l'achèvement des travaux de VRD    WA Tlemcen: Le Widad caresse le rêve de l'accession    Amar Belhimer: La presse nationale «présente des faiblesses structurelles»    Les raisons d'un malaise    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    Mutation et promotion de cadres de la wilaya    FAUSSES EVIDENCES    Guerre de libération nationale: Djanina Messali Benkalfat raconte Messali Hadj    France: Comment sont enterrés les musulmans isolés et sans ressources ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grèce : Athènes souhaite l'extension du financement européen
Publié dans Le Maghreb le 19 - 02 - 2015

Le gouvernement grec envisage de demander l'extension du financement européen, qu'elle distingue clairement du mémorandum - le programme d'aide imposé depuis 2010 à la Grèce, comprenant des mesures d'austérité très rigoureuses -, a annoncé avant-hier soir à Athènes une source gouvernementale.
Cette déclaration très brève est intervenue 24 heures après l'ultimatum lancé lundi soir par la zone euro à la Grèce, lui intimant de demander d'ici à vendredi une extension de ce programme d'aide. Selon la télévision publique Nerit Athènes a adressé hier une lettre Jeroen Dijsselbloem, le chef de l'Europe, pour demander une extension de six mois de l'accord de financement, qui pourra prendre la forme d'un programme intermédiaire.
Selon la Nerit et d'autres médias grecs, les autorités grecques s'engageraient pendant cette période de six mois à s'abstenir d'une action unilatérale, et à œuvrer avec leurs partenaires européens et internationaux en faveur de l'assainissement de l'économie. La Grèce et la zone euro essaient depuis la semaine dernière de trouver une solution sur la poursuite de l'aide au pays, qui prend fin le 28 février.
Lors d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe) lundi à Bruxelles, Athènes n'a pas accepté un texte proposé par ses partenaires lui demandant de rester à l'intérieur du programme qui comprend la poursuite d'une série de mesures d'austérité imposées au pays depuis cinq ans en échange des prêts internationaux.
Le gouvernement de gauche radicale Syriza, issu des élections législatives du 25 janvier, s'est engagé à mettre fin aux mesures d'austérité qui, selon lui, ont provoqué une crise humanitaire, et n'aident pas à la relance de l'économie.

Vote du Parlement dès vendredi
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a annoncé le vote par le Parlement de mesures sociales en faveur des Grecs dès vendredi, alors que c'est la date-butoir donnée par l'Eurogroupe à Athènes pour demander une extension de son programme d'aide. Ces mesures vont conforter les salariés, les chômeurs, les petites et moyennes entreprises et vont relancer l'économie, a expliqué M. Tsipras. Les mesures sociales voulues par le gouvernement vont à l'encontre des préconisations du programme d'aide, qui recommandent à la Grèce au contraire de faire un maximum d'économies, pour mériter les 240 milliards d'euros de prêts qui lui ont été consentis ou promis depuis 2010 par la troïka de ses créanciers internationaux, BCE, UE et FMI.
La Grèce n'accepte pas les conditions et les ultimatums, elle dit non, a lancé M. Tsipras, devant les parlementaires de son parti de gauche radicale Syriza.
Nous ne cèderons pas un pouce de nos promesses au peuple, a martelé le Premier ministre devant les parlementaires de son parti de gauche radicale Syriza. Il a également accusé le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaüble d'avoir perdu son sang-froid et de s'être adressé de manière humiliante à la Grèce lors des discussions entourant l'Eurogroupe de lundi à Bruxelles. Au passage, le Premier ministre a cependant qualifié de malheureux un dessin particulièrement agressif représentant M. Schaüble en nazi voulant faire du savon avec le gras des Grecs il y a une dizaine de jours dans le quotidien “Avgi” proche de Syriza. Cela ne représente pas le peuple grec, a-t-il dit.
Avec l'Europe, a-t-il assuré, nous voulons une solution, pas une rupture. Il a à son tour accusé le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem d'avoir remplacé lundi par un nouveau texte un autre, manifestement plus acceptable pour le gouvernement grec, qu'il a prêté au commissaire européen aux Finances Pierre Moscovici et qui faisait allusion à l'extension de l'accord de prêt (à la Grèce) et non au mémorandum, le plan d'aide BCE-FMI-UE. Dès l'élection du président de la République, -- cette élection doit avoir lieu mercredi soir, et M. Tsipras pense réunir sur le nom de son candidat Prokopis Pavlopoulos, venu du parti conservateur, les 180 voix sur 300 nécessaires -- dès jeudi matin, nous présenterons en urgence la première d'une série de lois de salut public, contenant des mesures pour protéger les habitations des Grecs (de la saisie) et interdire la vente des créances (douteuses) à des fonds spéculatifs.
Le gouvernement veut aussi faire passer rapidement un projet de loi permettant de rembourser en cent mensualités des remboursements de prêts bancaires pour les personnes les plus défavorisées. Autant d'ajustements qui feront relever la tête à des millions de nos concitoyens, a déclaré M. Tsipras. Selon lui, ces mesures amèneront de nouveaux revenus dans les caisses de l'Etat et donneront l'élan nécessaire à l'économie.
Dans la période à venir, a ajouté M. Tsipras, nous prévoyons une deuxième loi qui mettra fin à la dérégulation du marché du travail, qui mettra fin aux conditions de travail moyen-âgeuses créées par la troïka pour servir les intérêts de l'oligarchie, qui ont fait grimper le chômage en flèche, à près d'un tiers de la population active. Le chômage est actuellement à 25,8%, après avoir approché 30%. M. Tsipras veut aussi restaurer la négociation collective dans les entreprises, inséparable des institutions européennes mais qui a été violée par la troïka en Grèce.

La Grèce n'acceptera pas d'ultimatum
Le gouvernement grec n'acceptera pas d'ultimatum mais maintient son engagement à trouver une solution mutuellement utile avec ses partenaires européens par la poursuite des négociations, selon une source gouvernementale grecque. Le gouvernement grec est déterminé à honorer le mandat populaire et l'histoire de la démocratie en Europe, a indiqué cette source, alors que la Grèce et ses partenaires de la zone euro ont brutalement interrompu leurs discussions lundi soir, le texte proposé aux Grecs mentionnant la poursuite du programme actuel d'aide de l'UE.
Selon la source gouvernementale grecque, le texte présenté lundi soir lors de la réunion des ministres des Finances de la zone euro comprenait des points qu'Athènes ne pouvait pas accepter, comme l'extension technique de six mois du programme actuel, qualifiée d'étape transitoire. Selon cette source, le texte proposé par Athènes lors de cette réunion comprenait des mesures visant à adopter un système d'imposition plus juste, à limiter les répercussions de la crise humanitaire ainsi que des mesures pour l'allègement de la dette.
Ces points, assure la source, sont les bases pour une extension de l'aide actuelle qui pourrait prendre la forme d'un programme intermédiaire de quatre mois, qui sera une phase transitoire vers un accord qui va conduire à la croissance en Grèce.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.