Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tiddis, la mémoire oubliée
Constantine
Publié dans Le Maghreb le 13 - 12 - 2006


Tiddis, que les Constantinois appelaient autrefois "Qsentina El Qdima" (vieux Constantine), mémoire oubliée de Constantine est une cité à prédominance, romaine qui s'étale sur une superficie de 41 hectares, à une trentaine de km au Nord-Ouest de la ville du Vieux Rocher. Appelée aussi "Castellum Tidditanorum" qui signifie le vieux fort, Tiddis occupe une position fortifiée très semblable à celle de Cirta. Elle n'a été classée site historique national qu'en 1992. Cette forteresse qui assurait la protection du territoire environnant de l'antique Cirta vient de renaître et s'ajouter aux merveilleux ensembles de Timgad et Djemila grâce à son trésor archéologique. Elle est en fait un livre à ciel ouvert qui raconte la vie et l'oeuvre des civilisations qui se sont succédé sur ce site et dont certaines remontent loin dans la préhistoire. Tiddis était tout d'abord un village berbère qui s'est développé dès l'époque néolithique représentée par des dolmens et d'autres vestiges encore présents aujourd'hui. Des grottes, des "bazinas" (cimetières) et des fossiles sont les témoins de la préhistoire, cet âge au cours duquel la vaste prairie de Tiddis a servi de terre d'accueil, d'abri et de lieu de protection, voire de survie face à un environnement hostile et impitoyable. Des inscriptions libyques, des stèles phéniciennes et des monnaies numides sont, entre autres, les témoins d'une existence bien antérieure à la civilisation de Rome pendant laquelle l'agglomération se transforma suivant les méthodes romaines d'urbanisme et devint alors "la Respublica Castelli Tidditanorum" (République de l'antique Fort) comme le précise un document d'archives qui se trouve au niveau de la circonscription archéologique, document basé sur la transcription d'une inscription trouvée sur les lieux. La civilisation phénicienne qui devenait plus tard punique, c'est-à-dire un peuple issu d'un croisement entre les Phéniciens et les Nord-africains originaires des lieux, est représentée notamment par une muraille et des échantillons de poterie, de bijoux, de teintures et autres produits qui distinguaient les activités des phéniciens, un peuple commerçant épris d'aventures marines originaire de l'actuel Liban et dont la particularité était la pratique du troc avec les agglomérations et cités qui longeaient les rives du bassin méditerranéen. Les merveilles de Tiddis qui ne doit pas son existence à Rome seule, constituent un panorama qui n'existe nulle part ailleurs, un panorama aussi complet des civilisations qui se sont succédé en Afrique du Nord: Libyque, Punique, Romaine, Byzantine et Musulmane. Le caractère original du site mérite amplement d'être réhabilité et protégé afin qu'il soit un jour classé patrimoine universel ainsi que les monuments historiques qui existent ça et là à travers l'Algérie. Les ruines de ce site plusieurs fois millénaire étaient totalement enfouies sous terre avant d'être découvertes par des spécialistes français avec le concours de la société d'archéologie du musée Gustave Mercier, présentement appelé musée national Cirta, a indiqué Nouar Sahli, un expert en histoire ancienne auprès de la circonscription archéologique de Constantine. M. Sahli, également président de l'association des Amis du palais Hadj Ahmed Bey et de la protection du patrimoine, rappelle que les premières fouilles sérieuses ont été réalisées en 1941, sous la direction d'André Berthier, archéologue et directeur du musée Mercier.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.