La Juventus Turin perd 11% à la bourse    Oran abrite le championnat régional    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    «Nécessité de perfectionner les formateurs de demain»    Arrestation de 12 narcotrafiquants et saisis de 11 qx de kif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Fonds documentaire de Djemâa Djoghlal et Amar Nagadi    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    La CAF rejette le recours de la FAF    Bouteflika demain à Genève    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Plus de 11.000 infractions en 2018    13 communes d'Alger seront touchées    L'UNPEF maintient son appel à la grève    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    Sellal les somme de respecter tous les candidats    Bilel Naïli suspendu pour dopage    Affluence sur l'exposition de photos de la presse mondialede 2018    Catastrophes naturelles Indemnisations de 7 milliards de dinars    Contestation à Sidi Lahcèn.. La liste des 327 logements sociaux gelée    Air Algérie.. Les vols vers l'étranger à moitié prix    Il y passera un «court séjour» médical.. Bouteflika demain à Genève    Conseil constitutionnel.. Belaiz prête serment devant Bouteflika    Produits algériens à destination du Sénégal.. Concrétisation de la première opération d'exportations    «1990-1995, Algérie, Une chronique photographique».. Un beau livre de Ammar Bouras    «La guerre d'Algérie dans le roman français» de Rachid Mokhtari.. L'histoire vue autrement    Colloque Abdelhamid Benhadouga.. L'impact du roman sur la culture souligné    La main cachée du FIS    Inde et pakistan.. Le spectre d'une guerre au Cachemire    Espionnage économique.. Un franco-algérien condamné    Déradicalisation et de lutte contre le terrorisme.. Messahel vante les efforts de l'Algérie    Blida.. Plus de 11 quintaux de kif traité saisis    MASCARA : Un homme s'immole à Tighennif    TIARET : Crash d'un avion militaire à Rechaiga    EMPLOI : 50.000 nouveaux postes pour les affaires sociales    HAUT COMMISSARIAT DE L'AMAZIGHITE : Vers une réconciliation de tous les Algériens    Manifestations contre le 5e mandat à Sétif et Bougaa (vidéo)    Le joueur Bilel Naïli de l'USMH suspendu pour dopage    La CAF confirme les sanctions de Bahloul et Fertoul    Ligue 2 : Magra veut prendre le large    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance mondiale : Quand la Chine ralentit, l'économie mondiale s'essouffle
Publié dans Le Maghreb le 21 - 01 - 2016

Pays émergents frappés par l'effondrement des cours des matières premières, commerce mondial perturbé et risque de déflation: l'économie mondiale, soutenue par le colossal essor de la Chine ces dernières années, est aujourd'hui menacée par son ralentissement.
Le Fonds monétaire international (FMI) n'y va pas par quatre chemins: il a exprimé mardi son inquiétude sur les "répercussions" de l'essoufflement du géant asiatique "sur d'autres pays par la voie du commerce et du recul des cours des produits de base", peu après la publication des chiffres de la croissance chinoise en 2015.
Avec une croissance qui a reculé à 6,9% l'an dernier, le niveau le plus bas depuis 25 ans, l'économie chinoise s'essouffle et ce sont les pays émergents qui en subissent d'abord les conséquences.
"Les pays producteurs de matières premières sont déjà en train de payer le prix fort" de la chute des cours provoquée par la chute de la demande chinoise, a expliqué Christine Rifflart, auteur d'une récente étude de l'OFCE intitulée "Pays émergents: la fin de la très grande illusion".
"Ce ralentissement marqué en Chine engendre des dégâts collatéraux qui se traduisent par des récessions très marquées dans les pays exportateurs de matières premières" qui se retrouvent avec des dettes importantes accumulées en période de croissance, quand il leur était facile de se financer sur les marchés, a-t-elle ajouté.
"Nous sommes beaucoup plus inquiets sur les perspectives des pays émergents hors Chine et, en particulier, les pays producteurs de matières premières" que par le ralentissement du géant asiatique, a reconnu Jean-Michel Six, le chef économiste de l'agence de notation Standard and Poor's pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique.

Des marges de manœuvre très faibles
"Leurs marges de manœuvre sont très faibles", admet Mme Rifflart. D'autant que les Etats-Unis ont commencé en décembre à resserrer leur politique monétaire.
Par conséquent, ces pays font face "en même temps à une dégradation continue du côté chinois et à un resserrement de la politique monétaire américaine", ce qui pénalise leur capacité d'emprunter sur les marchés financiers pour combler la chute de leurs revenus. L'économiste de l'OFCE est pessimiste. "Le ralentissement chinois se produit à un moment où la situation des émergents est déjà très dégradée. Je ne vois pas les ressorts de la croissance à moyen terme pour les pays producteurs de pétrole ou exportateurs de matières premières", a-t-elle expliqué.
Avec la croissance chinoise qui recule et les pays émergents qui se retrouvent sous la menace de la récession, le commerce mondial est également pénalisé. "Il y un effet domino, via des effets réels comme le ralentissement de la demande et donc baisse du commerce", juge Mme Rifflart.
Les pays développés ne sont pas épargnés. En Europe, par exemple, l'Allemagne se retrouve dans une situation inquiétante: Berlin expédie en effet près de 7% de ses exportations vers la Chine. Une situation qui, par ricochet, expose aussi les pays voisins.
En outre, pour faire face à la chute de la demande interne, l'industrie chinoise cherche à écouler sur le marché mondial ses excédents à des prix défiant toute concurrence, bénéficiant d'une devise qui s'affaiblit face au dollar.
"Avec ses surcapacités, la tentation existe pour le géant asiatique de vouloir vendre davantage de produits à l'étranger. C'est un risque déflationniste pour le reste du monde", assure Olivier Garnier, chef économiste groupe à la Société générale.
Cette tendance n'arrange pas les affaires de la Banque centrale européenne (BCE), qui aura bien du mal à atteindre son objectif de 2% d'inflation cette année avec la chute des prix des importations chinoises, couplée à l'effondrement des prix du pétrole et des matières premières.
Dans des secteurs industriels, comme la sidérurgie, l'Europe et les Etats-Unis ont déjà commencé à sentir les effets du ralentissement chinois, comme l'a récemment dénoncé le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui a demandé la mise en place de mesures pour protéger l'industrie européenne.

La chute des marchés jugée "extrême"
L'économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI) a jugé "extrême" la chute des marchés depuis le début de l'année au vu des perspectives de l'économie mondiale.
"Les marchés financiers sont connus pour réagir de façon excessive. (...) Ils réagissent de façon très vigoureuse à quelques points particuliers en période d'aversion au risque. Leur réaction est très extrême", a expliqué Maurice Obstfeld mardi lors d'une conférence de presse à Londres.
Les places boursières mondiales ont dévissé depuis le début de l'année, inquiètes du ralentissement de la croissance chinoise, de la chute des cours des matières premières, notamment du pétrole, et du resserrement monétaire en cours aux Etats-Unis.
"Paradoxalement, les investisseurs craignant le risque se focalisent sur l'impact négatif potentiel de ces développements, mais chacun d'entre eux comporte un côté positif qui devrait faire voir les perspectives de la croissance mondiale de façon moins sombre que ce que le marché semble percevoir actuellement", a estimé M. Obstfeld.
"Le rééquilibrage de la Chine est essentiel pour sa transition vers un modèle de croissance plus durable et résistant basé sur la consommation. Les prix bas des matières premières profitent aux consommateurs et diminuent les coûts de production. Et l'augmentation bien communiquée des taux d'intérêt de la Fed en décembre reflète une performance relativement robuste de l'économie américaine", a-t-il énuméré.
Dans des propos introductifs au rapport du Fonds sur les perspectives de l'économie mondiale, M. Obstfeld a néanmoins prévenu que le monde pourrait emprunter "un chemin cahoteux cette année", particulièrement dans les pays émergents.
L'indice de référence européen Eurostoxx 50 a perdu plus de 8% depuis le début de l'année, tout comme le Dow Jones de Wall Street.
La première semaine d'ouverture du marché cette année a été marquée par deux jours de très fortes baisses, entraînées par des plongeons des places financières chinoises, sur fond d'inquiétude pour la croissance de l'Empire du milieu et face à la baisse continue de sa monnaie, le renminbi.
"La gestion de la monnaie est un domaine où les autorités chinoises pourraient communiquer davantage avec les marchés. Il y a moyen d'améliorer la transparence", a noté M. Obstfeld sur ce point.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.