L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance mondiale : Quand la Chine ralentit, l'économie mondiale s'essouffle
Publié dans Le Maghreb le 21 - 01 - 2016

Pays émergents frappés par l'effondrement des cours des matières premières, commerce mondial perturbé et risque de déflation: l'économie mondiale, soutenue par le colossal essor de la Chine ces dernières années, est aujourd'hui menacée par son ralentissement.
Le Fonds monétaire international (FMI) n'y va pas par quatre chemins: il a exprimé mardi son inquiétude sur les "répercussions" de l'essoufflement du géant asiatique "sur d'autres pays par la voie du commerce et du recul des cours des produits de base", peu après la publication des chiffres de la croissance chinoise en 2015.
Avec une croissance qui a reculé à 6,9% l'an dernier, le niveau le plus bas depuis 25 ans, l'économie chinoise s'essouffle et ce sont les pays émergents qui en subissent d'abord les conséquences.
"Les pays producteurs de matières premières sont déjà en train de payer le prix fort" de la chute des cours provoquée par la chute de la demande chinoise, a expliqué Christine Rifflart, auteur d'une récente étude de l'OFCE intitulée "Pays émergents: la fin de la très grande illusion".
"Ce ralentissement marqué en Chine engendre des dégâts collatéraux qui se traduisent par des récessions très marquées dans les pays exportateurs de matières premières" qui se retrouvent avec des dettes importantes accumulées en période de croissance, quand il leur était facile de se financer sur les marchés, a-t-elle ajouté.
"Nous sommes beaucoup plus inquiets sur les perspectives des pays émergents hors Chine et, en particulier, les pays producteurs de matières premières" que par le ralentissement du géant asiatique, a reconnu Jean-Michel Six, le chef économiste de l'agence de notation Standard and Poor's pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique.

Des marges de manœuvre très faibles
"Leurs marges de manœuvre sont très faibles", admet Mme Rifflart. D'autant que les Etats-Unis ont commencé en décembre à resserrer leur politique monétaire.
Par conséquent, ces pays font face "en même temps à une dégradation continue du côté chinois et à un resserrement de la politique monétaire américaine", ce qui pénalise leur capacité d'emprunter sur les marchés financiers pour combler la chute de leurs revenus. L'économiste de l'OFCE est pessimiste. "Le ralentissement chinois se produit à un moment où la situation des émergents est déjà très dégradée. Je ne vois pas les ressorts de la croissance à moyen terme pour les pays producteurs de pétrole ou exportateurs de matières premières", a-t-elle expliqué.
Avec la croissance chinoise qui recule et les pays émergents qui se retrouvent sous la menace de la récession, le commerce mondial est également pénalisé. "Il y un effet domino, via des effets réels comme le ralentissement de la demande et donc baisse du commerce", juge Mme Rifflart.
Les pays développés ne sont pas épargnés. En Europe, par exemple, l'Allemagne se retrouve dans une situation inquiétante: Berlin expédie en effet près de 7% de ses exportations vers la Chine. Une situation qui, par ricochet, expose aussi les pays voisins.
En outre, pour faire face à la chute de la demande interne, l'industrie chinoise cherche à écouler sur le marché mondial ses excédents à des prix défiant toute concurrence, bénéficiant d'une devise qui s'affaiblit face au dollar.
"Avec ses surcapacités, la tentation existe pour le géant asiatique de vouloir vendre davantage de produits à l'étranger. C'est un risque déflationniste pour le reste du monde", assure Olivier Garnier, chef économiste groupe à la Société générale.
Cette tendance n'arrange pas les affaires de la Banque centrale européenne (BCE), qui aura bien du mal à atteindre son objectif de 2% d'inflation cette année avec la chute des prix des importations chinoises, couplée à l'effondrement des prix du pétrole et des matières premières.
Dans des secteurs industriels, comme la sidérurgie, l'Europe et les Etats-Unis ont déjà commencé à sentir les effets du ralentissement chinois, comme l'a récemment dénoncé le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui a demandé la mise en place de mesures pour protéger l'industrie européenne.

La chute des marchés jugée "extrême"
L'économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI) a jugé "extrême" la chute des marchés depuis le début de l'année au vu des perspectives de l'économie mondiale.
"Les marchés financiers sont connus pour réagir de façon excessive. (...) Ils réagissent de façon très vigoureuse à quelques points particuliers en période d'aversion au risque. Leur réaction est très extrême", a expliqué Maurice Obstfeld mardi lors d'une conférence de presse à Londres.
Les places boursières mondiales ont dévissé depuis le début de l'année, inquiètes du ralentissement de la croissance chinoise, de la chute des cours des matières premières, notamment du pétrole, et du resserrement monétaire en cours aux Etats-Unis.
"Paradoxalement, les investisseurs craignant le risque se focalisent sur l'impact négatif potentiel de ces développements, mais chacun d'entre eux comporte un côté positif qui devrait faire voir les perspectives de la croissance mondiale de façon moins sombre que ce que le marché semble percevoir actuellement", a estimé M. Obstfeld.
"Le rééquilibrage de la Chine est essentiel pour sa transition vers un modèle de croissance plus durable et résistant basé sur la consommation. Les prix bas des matières premières profitent aux consommateurs et diminuent les coûts de production. Et l'augmentation bien communiquée des taux d'intérêt de la Fed en décembre reflète une performance relativement robuste de l'économie américaine", a-t-il énuméré.
Dans des propos introductifs au rapport du Fonds sur les perspectives de l'économie mondiale, M. Obstfeld a néanmoins prévenu que le monde pourrait emprunter "un chemin cahoteux cette année", particulièrement dans les pays émergents.
L'indice de référence européen Eurostoxx 50 a perdu plus de 8% depuis le début de l'année, tout comme le Dow Jones de Wall Street.
La première semaine d'ouverture du marché cette année a été marquée par deux jours de très fortes baisses, entraînées par des plongeons des places financières chinoises, sur fond d'inquiétude pour la croissance de l'Empire du milieu et face à la baisse continue de sa monnaie, le renminbi.
"La gestion de la monnaie est un domaine où les autorités chinoises pourraient communiquer davantage avec les marchés. Il y a moyen d'améliorer la transparence", a noté M. Obstfeld sur ce point.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.