Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Epuration des eaux industrielles : Sonatrach lance un projet de recherche avec le CDER    Projet de la ville nouvelle de Hassi Messaoud : L'énergie passe le relais à l'habitat    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Bouira : 80 hectares de couvert végétal dévorés par les flammes près de Tikjda    Boudouaou : Engorgement au chef-lieu    Boumerdès : Négligence à la cité administrative    Rezki Hamdi : L'«historien du peuple» s'en est allé    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Cession des biens immobiliers de l'Etat: Plus de 747.000 dossiers régularisés    NA Husseïn Dey : Chaâbane Merzkane, le «messie» du Nasria    USM Bel-Abbès: Le wali à l'écoute des supporters    Lettres anonymes: Tebboune instruit les membres du gouvernement et responsables des corps de sécurité    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    Révision du code de l'information, Chaîne TV, publicité...: Les chantiers de Belhimer    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Bouira: Examens de rattrapage: plus de 600 étudiants concernés    Il chute du 1er étage    Libye, la rue imposera-t-elle sa solution?    L'INFORMEL    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DIPLOMATIQUE : Le président Tebboune opère un changement    BENBOUZID AFFIRME : ‘'La situation sanitaire en Algérie est stable''    REVISION EXCEPTIONNELLE DES LISTES ELECTORALES : Début de l'opération dimanche    Le général Medjahed quitte la Présidence de la République    Mali: appel à un retour rapide à l'ordre constitutionnel et une transition civile    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Libye: levée "sous conditions" du blocus sur les champs et ports pétroliers    Affaire Prince Ibara: l'interdiction de recrutement infligée à l'USMA levée    Parution du livre "Béjaïa, terre des lumières" de Rachik Bouanani    Ligue 1-USMA: l'entraîneur Ciccolini attendu dimanche à bord d'un vol spécial    CAN U17 et U20 (Qualifications): les sélections nationales en stage en septembre    Quelque 3300 habitations palestiniennes démolies les six dernières années    L'alopécie    Les 4 samedis    La Facebook-Solidarité !    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    Projet de musée dédié au costume traditionnel    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Paix et subterfuges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour régler le conflit du Sahara occidental : L'UE appelée à prendre "en urgence des mesures fermes"
Publié dans Le Maghreb le 22 - 10 - 2016

Le ministre sahraoui délégué pour l'Europe, Mohamed Sidati, a exhorté, jeudi à Bruxelles, l'Union européenne (UE) à prendre "en urgence des mesures fermes" pour régler le conflit du Sahara occidental conformément aux résolutions de l'ONU qui pourvoient à l'autodétermination du peuple sahraoui.
"J'appelle l'UE à prendre, en urgence, des mesures fermes pour la résolution du conflit conformément à la Charte des Nations-Unies", a déclaré M. Sidati lors d'une rencontre au Parlement européen sur "le Sahara occidental : Etats des lieux et perspectives". S'adressant aux députés européens de la Délégation pour les relations avec les pays du Maghreb (DMAG) qui a décidé de consacrer sa réunion à la question sahraouie, Sidati a estimé que l'UE, liée par un "partenariat privilégié" avec le royaume du Maroc, "doit faire pression sur le Maroc pour résoudre ce conflit". "Vous avez la responsabilité juridique et morale de mettre fin au conflit", a-t-il lancé à l'adresse des parlementaires européens. M. Sidati, également membre de la direction du Front Polisario, a regretté l'attitude de certains eurodéputés qui ont "fait crédit à la propagande de Rabat", soulignant que, par cette conduite, ils ont nuit aux réfugiés sahraouis dont les moyens de subsistance ont été sérieusement affectés par la réduction de l'aide humanitaire. Dénonçant les multiples tentatives marocaines pour faire obstruction au processus de paix mis en place par l'ONU, M. Sidati a affirmé que les dernières manœuvres marocaines, notamment la violation du cessez-le-feu dans la zone tampon d'El Guergarat et l'expulsion de la composante civile de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara Occidental (MINURSO) "menacent la paix dans la région".
Selon M. Sidati, la stabilité et la paix dans la région sont au prix d'une résolution juste du conflit du Sahara occidental, "une résolution qui garantisse le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination".
Le conflit du Sahara occidental est une question de décolonisation, a-t-il encore souligné, rappelant l'avis de la Cour internationale de justice (CIJ) rendu en 1975 dans lequel elle n'a constaté aucun lien de souveraineté territoriale qui pourrait entraver l'application du principe d'autodétermination.
L'annulation de l'accord de libéralisation réciproque UE-Maroc en matière de produits agricoles, de produits agricoles transformés, de poissons et de produits de la pêche, le 10 décembre dernier, par la Cour de justice de l'UE au motif qu'il inclut le territoire sahraoui, constitue "un rejet de toute prétention marocaine à la souveraineté sur le Sahara Occidental", a-t-il souligné, appelant l'UE à "respecter les décisions de ses propres institutions" et à ne pas se rendre complice de l'exploitation illégale des ressources naturelles du peuple sahraoui.
Les violations des droits de l'Homme doivent être dénoncées
Plaidant pour la mise en place d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme dans les territoires occupés du Sahara occidental, le ministre sahraoui a estimé que "l'UE doit faire plus pour dénoncer les violations des droits de l'homme" sur ces territoires. Le représentant permanent de l'Union africaine (UA) à Bruxelles, M. Ajay Kumar Bramdeo, présent à la réunion de la DMAG, a pour sa part réitéré le soutien de son organisation à la cause sahraouie, soutenant que celle-ci constitue "une question prioritaire pour l'UA qui continuera à œuvrer pour la résolution du conflit". L'UE n'a pas joué un rôle majeur dans la résolution du conflit, a-t-il estimé, regrettant qu'aucune avancée n'ait été réalisée en vue de l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental. Les eurodéputés, Fabio Castaldo et Florent Marcellesi ont déploré, de leur côté, la politique de deux poids, deux mesures de l'UE, regrettant la position de l'Union à l'égard de la question du Sahara occidental. "Tandis que les diamants des zones de conflit ne sont pas acceptés, les tomates du Sahara occidental sont acceptés ?", s'est insurgé Marcellesi, estimant que l'UE doit dénoncer l'occupation du Sahara occidental par le Maroc "comme elle l'a fait avec la Russie après l'annexion de la Crimée", a-t-il dit. Le président de la DMAG, Antonio Panzeri a plaidé pour la promotion de "nouvelles initiatives" pour contribuer à la résolution du conflit, exhortant les services diplomatiques de la chef de la diplomatie européenne Féderica Mogherini à "définir une stratégie" dans ce sens. Il a promis, à ce titre, de consacrer une nouvelle réunion de la DMAG à la décision de la CJUE qui devra rendre, prochainement, son jugement dans l'affaire opposant le Front Polisario au Conseil de l'UE dans l'affaire de l'accord de libéralisation réciproque UE-Maroc en matière de produits agricoles, de produits agricoles transformés, de poissons et de produits de la pêche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.