Real : Une offre à venir pour Cavani ?    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Ces quatre nouveaux joueurs convoqués par Belmadi pour le prochain stage de l'EN    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Coronavirus: 197 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    5e rassemblement de solidarité avec Khaled Drareni    Eau: une commission pour développer le renouvelable au niveau des équipements énergivores    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Une opportunité de relance économique du secteur    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Boukaroum exclu de l'AG    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    La répression israélienne s'intensifie    Les états-Unis se mettent à dos la communauté internationale    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le Sébaou, un fleuve spolié    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Les femmes en force à Jijel    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    ECORCHURE    Les comportements-barrières d'antan    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chine Xi Jinping amorce une nouvelle ère à la tête du pays
Publié dans Le Maghreb le 20 - 11 - 2017

Le 19e congrès du Parti communiste chinois (PCC) a surtout marqué les esprits par le grand succès politique de Xi Jinping. Formellement, ce succès a été fixé dans la nouvelle rédaction de la Charte du PCC qui comporte une annexe sur l'"Idée de Xi Jinping sur la nouvelle ère du socialisme avec une spécificité chinoise", a écrit jeudi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.
Aucun de ses prédécesseurs n'avait eu l'honneur de voir son nom accolé à un tel texte, même si théoriquement les élaborations datant de leur règne continuent de figurer dans la charte. Le nom de l'architecte de la réforme chinoise Deng Xiaoping a été inscrit dans la charte après sa mort en 1997 pendant le 15e congrès du PCC.
Ce faisant, Xi Jinping a pratiquement égalé Deng Xiaoping dans la succession des dirigeants du PC et s'est rapproché autant que possible du statut de Mao Zedong. En octobre 2016, le 6e plénum du Comité central a proclamé Xi Jinping "noyau du CC" et "noyau du parti".
Ce dernier a tenté de matérialiser son succès politique au congrès en promouvant ses partisans aux postes clefs de l'appareil du parti. Les changements et les remaniements au sommet de la direction du parti et de l'Etat se poursuivront jusqu'au printemps prochain.
Un accent a été mis sur la nécessité de développer les systèmes de régulation juridique. A ces fins sera créé un autre groupe dirigeant du CC pour l'administration générale de l'Etat sur la base des lois. Il sera très probablement présidé par Xi Jinping en personne et ses compétences incluront la législation, l'application de la loi, le suivi constitutionnel et le fonctionnement du système judiciaire. Pendant le congrès, le président chinois a réaffirmé la ligne visant à poursuivre la lutte contre la corruption qui, selon lui, est la principale menace pour le parti, et a accentué son idée d'institutionnaliser le mécanisme de lutte contre ce fléau. A cet effet, il a été décidé de créer un nouvel organe de contrôle appelé à réunir les fonctions de contrôle des commissions du parti pour vérifier la discipline et les organes de contrôle public. Cela transformera le système de contrôle actuel à deux voix - séparément pour les membres du parti et séparément pour tous les autres - en créant un réseau commun d'organes de contrôle sur toute la verticale du pouvoir, du niveau des districts au Centre. La situation critique dans le domaine de l'environnement, qui demeure un puissant élément social irritant et suscite beaucoup de colère, a soulevé la question de la mise en place d'un autre méga-régulateur pour un contrôle global de l'exploitation rationnelle du terrain et d'autres ressources naturelles.
En qualité de leader incontestable du parti, Xi Jinping s'efforce d'agir habilement, de ne pas abuser de ses pouvoirs et d'éviter de prendre des décisions hâtives. Il fait à la fois preuve d'une attention particulière pour la continuité et le respect des traditions et du cérémonial. Le congrès a montré que le système de gouvernance collective mis en place par Deng Xiaoping était révolu. Il cède aujourd'hui la place à un système modifié compte tenu des réalités actuelles, qui pourrait être qualifié de système d'autoritarisme doux avec une spécificité chinoise. De ce point de vue, la Chine entre effectivement dans une nouvelle ère. Le parti de type dirigeant la mènera sur la voie de la construction d'une puissance socialiste modernisée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.