Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    L'argent informel représente 34 % de la masse monétaire globale    Le Président ordonne la création d'un outil de contrôle    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    Le youtubeur "Fekrinho" retrouvé mort à la plage Cap-Roux    Texte intégral de la réunion du Conseil des ministres    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Barça : Bartomeu passera la nuit au commissariat    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    La démonstration de force d'Ennahdha    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Le décret publié au "Journal officiel"    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Congrès international sur les énergies renouvelables : L'Algérie doit relever le triple défi
Publié dans Le Maghreb le 02 - 04 - 2018

Les travaux du 1er Congrès international sur les énergies renouvelables, la sécurité énergétique et alimentaire ont débuté dimanche à Alger sous le thème "les piliers dans le cadre d'un développement national durable''.
Les travaux de cette rencontre ont été ouverts par le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, en présence des ministres, respectivement, des Finances, Abderrahmane Raouya, de l'Environnement et des énergies renouvelables, Fatma Zohra Zarouati, de l'Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, et de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, ainsi que de responsables d'organismes énergétiques et d'experts nationaux et internationaux
Dans son allocution d'ouverture, M. Guitouni a affirmé que l'Algérie devrait relever le triple défi de la sécurité dans les domaines de l'énergie, de l'eau et de l'alimentaire, qui sont, selon lui, "trois thème interdépendants et cruciaux pour l'Algérie"
Cette première conférence sur la sécurité énergétique, alimentaire et hydrique, a-t-il poursuivi, est "une opportunité pour rappeler l'interdépendance entre ces trois défis majeurs et leur impact sur la croissance économique et le développement du pays".

Intensifier les efforts d'exploration du domaine minier national
Ainsi le ministre a indiqué que le secteur de l'énergie s'attèle à l'élargissement de la base des réserves de pétrole et de gaz à travers l'intensification des efforts d'exploration du domaine minier national qui demeure sous-exploité. "Il nous revient, et le secteur s'y attèle, d'élargir cette base de réserves de pétrole et de gaz à travers l'intensification des efforts d'exploration du domaine minier national qui demeure encore sous-exploité", a relevé M Guitouni à l'ouverture de ce Congrès.
Selon lui, l'Algérie dispose de ressources conventionnelles d'hydrocarbures d'un "niveau appréciable" dont une partie seulement a été traduite en réserves prouvées récupérables.
Il a aussi souligné que l'objectif du secteur est d'assurer une exploitation optimale des réserves prouvées par l'augmentation du taux de récupération des gisements afin d'en accroître la production et/ou d'allonger leur durée de vie.
Il s'agit également, a soutenu le ministre, d'évaluer les ressources non conventionnelles d'hydrocarbures du pays afin de pouvoir définir les conditions optimales pour leur exploitation à long terme, et ce, sur les plans technique, économique et en protection de l'environnement.
Selon M. Guitouni, ces perspectives commencent dès à présent à être confrontées par les ressources énergétiques non fossiles, soit les renouvelables, et singulièrement, le solaire, qui sont progressivement mobilisées en vue de leur déploiement à plus grande échelle à moyen terme.
Toutes ces ressources, a-t-il poursuivi, vont contribuer à la sécurité énergétique du pays sachant que leur mobilisation contribuera à la diversification du mix énergétique avec des retombées positives en matière de protection de l'environnement dont la réduction de la pollution et des émissions de gaz à effet de serre.
Un des autres effets et non des moindres sera leur apport pour l'industrialisation du pays et sa diversification et modernisation économiques, a avancé le ministre.
L'Algérie doit relever les défis de la sécurité dans les domaines énergétique, alimentaire et hydrique, vu leur impact sur la croissance économique et le développement du pays, a indiqué le ministre.
Concernant la sécurité énergétique, M. Guitouni a avancé, que son secteur s'attelait à l'élargissement de la base des réserves de pétrole et de gaz à travers l'intensification des efforts d'exploration du domaine minier national, qui demeure "sous-exploité".
L'Algérie "dispose de ressources conventionnelles d'hydrocarbures d'un niveau appréciable dont une partie seulement a été traduite en réserves prouvées récupérables", a-t-il relevé.
Toutes ces ressources, selon lui, vont contribuer à la sécurité énergétique et leur mobilisation contribuera à la diversification du mix énergétique avec des effets positifs en matière de protection de l'environnement, dont la réduction de la pollution et des émissions de gaz à effet de serre.

La sécurité énergétique dépend de la maîtrise de la demande
Le ministre a cependant affirmé que la sécurité énergétique ne pourrait pas seulement compter sur le volet offre mais également sur la demande.
"Le volet offre ne pourra pas, à lui tout seul, assurer la sécurité énergétique si la question de la demande n'est pas traitée et que libre cours est laissé à la consommation de s'emballer dans la durée", a prévenu le ministre.
Par ailleurs, il s'agit d'évaluer les ressources non conventionnelles d'hydrocarbures du pays afin de pouvoir définir les conditions optimales pour leur exploitation à long terme, aussi bien technique, économique qu'en terme de protection de l'environnement, a-t-il ajouté.
Selon le ministre, une autre dimension de la sécurité énergétique est d'assurer une mise à disposition du produit et un service de qualité pour les ménages ou les activités économiques.
Il s'agit aussi d'assurer un approvisionnement régulier en tout point du pays avec les qualités requises pour les besoins des consommateurs, a précisé M. Guitouni.
Ceci renvoie, poursuit-il, à la nécessité de poursuivre le développement des infrastructures de transformation, de stockage, de transport et de distribution, qui requiert d'importants investissements pour leur extension et leur consolidation pour l'immédiat et pour répondre aux besoins présents et futurs.
Concernant le défi relatif à l'eau, le ministre a fait valoir que les besoins en eau potable en Algérie sont caractérisés par une croissance forte dépassant celle de la démographie de par l'évolution du mode et de la qualité de vie, en plus des besoins agricoles.
A cela s'ajoutent les besoins des activités industrielles pouvant constituer de sérieuses contraintes pour le développement faute de disponibilité, notamment les industries grosses consommatrices d'eau, a-t-il observé.
Dans ce cadre, il a rappelé que dès l'année 2000, un vaste programme pour la réalisation de 13 stations de dessalement d'eau de mer pour satisfaire les besoins des populations, a été lancé pour une capacité de 2,5 millions de m3/jour.
Selon lui, 11 projets de dessalement d'eau de mer, aujourd'hui en service, contribuent à la satisfaction de 20% des besoins de la population et de l'agriculture.
S'agissant du défi de la sécurité alimentaire, il a souligné que la balance commerciale alimentaire de l'Algérie fait ressortir que le pays est largement déficitaire et dépendant des importations pour sa nourriture, notamment pour les produits de base tels les céréales et le lait.
Ces importations accaparent une bonne partie des revenus d'exportation du pays, a-t-il poursuivi en ajoutant que l'Algérie dispose, pourtant, d'un potentiel réel d'amélioration de sa production agricole, de rationalisation de son système de chaîne alimentaire et de maîtrise de sa consommation, notamment grâce au recours à la recherche et l'innovation.
Par ailleurs, il a soutenu que le triple défi de la sécurité dans les domaines de l'énergie, de l'eau et de l'alimentation doit être relevé en accordant aussi la priorité à la formation des ressources humaines pour disposer des compétences et de l'expertise dans ces filières.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.