Affaire Ali Ghediri : Le parquet requiert 7 ans de prison    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    La justice se saisit du dossier    Mustapha Bendjama de nouveau devant la justice d'Annaba    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    Saïed maintient les mesures d'exception    Les prix poursuivent leur hausse    877 employeurs concernés à M'sila    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mois sacré de ramadhan : Tout pour rassurer les consommateurs
Publié dans Le Maghreb le 16 - 05 - 2018


Dossier réalisé par : Saïd B.

A quelques jours du mois de Ramadhan, Le Maghreb (quotidien de l'économie) présente à ses lecteurs un dossier complet sur les préparatifs de ce mois sacré avec les dernières mesures des pouvoirs publics pour aider les consommateurs à le passer dans de bonnes conditions.
Cela va de l'ouverture, samedi dernier, de près de 150 marchés de proximité au niveau national, au Guide du consommateur algérien pour éviter les arnaques, au nouveau système d'information pour relever les prix de certains produits en temps réel en passant par les mesures pour assurer l'approvisionnement régulier en produits de base.

Mercredi ou jeudi premier jour de Ramadhan
Il est évident qu'avant d'évoquer les préparatifs de ce mois sacré, il va falloir connaître son début.
Le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs a annoncé que le mardi 17 avril 2018 coïncide avec le 1er du mois de chaâbane de l'année 1439 de l'Hegire.
A cet effet, la nuit du doute pour l'observation du croissant lunaire annonçant le premier jour du mois sacré de Ramadhan 1439/2018 est prévue le mardi 29 chaâbane qui coïncidera avec le 15 mai 2018.
C'est donc avec, entre autres, la Commission nationale de l'observation du croissant lunaire qui est bien indépendante dans l'exercice de ses missions qu'on suivrait l'observation du croissant lunaire.
La Commission nationale de l'observation du croissant lunaire est indépendante dans l'exercice de ses missions, notamment pour fixer les horaires propres à la pratique religieuse et ne reçoit d'instructions d'aucune partie.
Les horaires relatifs à la pratique religieuse en Algérie sont fixés suivant les préceptes de la Chariaâ et les règles des différentes spécialités scientifiques.
Outre les savants en jurisprudence islamique (Fiqh), la Commission nationale de l`observation du croissant lunaire compte des experts du Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG). D'ailleurs, une équipe d'experts relevant du CRAAG a présenté des données scientifiques et techniques observées notamment pour fixer les horaires de prières, la direction de la Qibla, l'observation du croissant lunaire, du début du mois sacré et du mois Dhou El Hidja et autres occasions religieuses.
Et donc c'est mardi soir qu'on saura avec exactitude qui du mercredi ou jeudi serait le premier jour du mois sacré de Ramadhan 1439 de l'Hégire.

Les horaires de travail applicables durant le mois de Ramadhan
Les horaires de travail applicables dans les institutions et les administrations publiques durant le mois de Ramadhan ont été fixés par la Direction générale de la Fonction publique et de la Réforme administrative.
Concernant les wilayas du sud du pays, à savoir Adrar, Tamanrasset, Illizi, Tindouf, Béchar, Ouargla, Ghardaïa, Laghouat, Biskra et El Oued, ces horaires sont fixés de 07h30 à 14h30, alors que pour les autres wilayas, ils sont fixés de 9h00 à 16h00.
A noter enfin que les horaires habituels de travail reprendront après l'Aïd El Fitr.

Ouverture des marchés de proximité
Près de 150 marchés de proximité au niveau national sont ouverts depuis samedi derier en prévision de ce mois sacré de Ramadhan, qui permettront aux producteurs de vendre directement aux consommateurs, ce qui permettra aussi de proposer des produits alimentaires et agricoles de grande consommation à prix réduits.
Il s'agit de pas moins de quatre (4) marchés de proximité pour chaque wilaya, une démarche de nature à garantir la disponibilité des produits de large consommation à des prix raisonnables, relevant que ce nombre devrait s'élever pour atteindre 8 à 9 marchés au niveau des grandes wilayas.
Ces marchés connaîtront cette année "une augmentation sensible" à travers l'ensemble du territoire national, dont la wilaya d'Alger qui verra l'ouverture de 9 marchés contre 3 l'année écoulée.
Ces structures sont dédiées à la vente de produits de large consommation et à des prix raisonnables, à l'image notamment des produits agroalimentaires, les fruits et légumes, les viandes, le lait en sachet, la semoule, l'huile de table, le sucre ...etc.
Pour ce qui est des régions du Sud et des zones enclavées, des caravanes se chargeront de transporter ces produits aux habitants de ces régions avec les mêmes prix appliqués ailleurs.
Parmi aussi les mesures devant permettre d'assurer la disponibilité des produits de large consommation, à des prix abordables durant le mois de Ramadhan, il y a lieu de citer l'organisation des marchés spécifiques, et ce, en coordination avec l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), les Chambres de commerce et d'industrie (CII) et les chambres de l'agriculture.
Le ministère du Commerce a sollicité le ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire pour mettre en place des marchés itinérants, à raison de deux (2) à cinq (5) marchés par wilayas.

Des produits disponibles et des prix stables
Les prix des fruits et légumes au niveau du marché de gros des Eucalyptus (Alger) demeureront stables durant le mois de Ramadhan grâce à la disponibilité des produits, a indiqué recement le directeur général de l'Etablissement de gestion des abattoirs et de la poissonnerie d'Alger, Rédha Attab.
M. Attab a précisé que le problème de la "rareté ou de la cherté" des fruits et légumes ne se posera pas au niveau du marché durant le mois de Ramadhan, car il intervient en plein saison de cueillette des fruits et légumes, et de ce fait les prix baisseront avant de se stabiliser selon les besoins du marché local, a-t-il dit. Le marché de gros des Eucalyptus connaît une grande affluence des commerçants de détail des différentes communes de la wilaya d'Alger et des commerçants des wilayas limitrophes, a fait savoir le responsable, estimant que cette structure commerciale de gros était l'une des meilleures au niveau national en termes de gestion, de sécurité et de respect des règles d'hygiène.
Le commerce des fruits représente la majeure partie de l'activité de ce marché de gros par rapport au commerce de légumes, a indiqué M. Attab assurant que ces produits seront disponibles durant le mois de Ramadhan. Le contrôle du respect des conditions de vente est assuré par le système de facturation en vigueur au niveau du marché de gros des fruits et légumes des Eucalyptus ouvert en 1994 et s'étendant sur une superficie de 6,4 hectares.

Un Guide du consommateur
Si vous êtes victime d'une arnaque lors d'un achat d'un produit (alimentaire ou électroménager) ou d'un service (un voyage touristique, une réparation à domicile ou un contrat d'assurance) et vous ne savez pas quoi faire !
Allez sur le site web du ministère du Commerce, vous y trouverez un Guide du consommateur algérien, en cliquant sur la rubrique consommateur, située dans la barre des menus.
Vous y trouverez des informations utiles et des conseils pratiques qui vous aideront à connaître vos droits et à vous défendre, notamment :
- Une liste de 10 règles d'or du consommateur averti ;
- Des lettres-types pour rédiger, par exemple, une réclamation auprès d'une autorité de contrôle ou une déclaration de sinistre à la compagnie d'assurance;
- Les démarches à suivre pour éviter ou régler un litige commercial ;
- Et enfin, une liste d'association de défense des consommateurs, avec adresses et téléphones.
Les informations fournies et les conseils prodigués permettront au consommateur de mieux s'armer pour éviter de se faire arnaquer. " Nous estimons que le premier contrôleur sur le marché c'est le consommateur lui-même ", souligne, à ce propos, Samy Kolli, directeur de la qualité et de la consommation, au ministère du Commerce.
M. Kolli recommande aux consommateurs "de mieux lire les contrats d'achat, particulièrement les passages écrits en petites lettres, pour se prémunir contre tous les abus possibles et imaginables ".

Assurer l'approvisionnement régulier en produits de base
Le ministère du Commerce a pris toutes les mesures nécessaires pour assurer l'approvisionnement régulier du marché en produits de base durant le Ramadhan prochain.
Ainsi, le ministère a précisé que les stocks actuellement disponibles de matières premières destinées à la fabrication du lait pasteurisé subventionné et de blé dur et tendre ainsi que de produits agricoles de saisons (légumes et fruits) et de viandes rouges et blanches permettront une large couverture des besoins des citoyens, assurant que tous les intervenants (institutions officielles, offices de régulation et opérateurs économiques) se sont engagés à prendre toutes les mesures afin d'assurer la disponibilité des produits alimentaires à forte demande durant le mois sacré.
Le ministère du Commerce soutient, dans ce contexte, que "ses services ne ménageront aucun effort pour veiller à l'approvisionnement large et régulier du marché en produits alimentaires et à la stabilité des prix" notamment à travers le suivi quotidien du marché et de l'évolution des prix, et "en accordant une extrême importance à la qualité des denrées, aux conditions de leur conservation et à la transparence et la régularité des transactions commerciales".
De plus, une commission mixte est en charge du suivi et de la facilitation de l'approvisionnement du marché en produits de large consommation.

Relever les prix de certains produits en temps réel
Le ministère du Commerce a mis en place, un nouveau système d'information relatif au suivi de la tendance des prix au niveau des marchés de gros et de détail, permettant d'intervenir en cas de pics enregistrés, et ce, dans le cadre de la préparation du mois de Ramadhan 2018, a annoncé le ministre du Commerce, Said Djellab. "Au titre du mois de Ramadhan 2018, nous avons mis en place un nouveau système d'information aux stades du gros et du détail, permettant de relever les prix, en temps réel, et ce, pour les principaux produis d'épicerie, des fruits et légumes, des viandes rouges et blanches", a indiqué M. Djellab lors d'une rencontre nationale avec les directeurs régionaux et de wilaya. Selon lui, en cas de pics des prix sur certains produits, une enquête sera déclenchée par une cellule d'analyse devant permettre d'identifier les causes.
Ce nouveau dispositif se veut ainsi un système d'alerte en cas de pics des prix, a souligné le ministre selon lequel, à partir de ce mardi, les services du commerce commenceront déjà à relever les prix de certains produis.
nnn

Du contrôle
"Durant le mois de Ramadhan, je ne veux aucun agent de contrôle assermenté dans son bureau" a lancé le ministre du Commerce, M. Djellab à l'adresse des directeurs régionaux et de wilaya.
Selon lui, les 8.000 agents de contrôle existants doivent être ainsi mobilisés, durant ce mois, pour assurer le contrôle des prix.
Djellab a également donné des orientations aux cadres de son secteur pour le gel des congés des responsables et des agents de contrôle, sauf cas exceptionnel, et ce, à partir du 6 mai.
Des orientations ont été aussi données pour suivre la mise en œuvre de la permanence et de la reprise des activités commerciales conformément aux nouvelles dispositions régissant les congés durant les fêtes nationales et religieuses.
En outre, le ministre a donné des orientations aux responsables de son secteur pour identifier, les acteurs économiques de chaque wilaya, et ce, pour aller, selon lui, vers une décentralisation des mesures et des instruments du commerce.
Selon lui, une réflexion est, à ce titre, engagée. Le ministère va ainsi revisiter tous les instruments de la politique commerciale pour aller vers une décentralisation de ces instruments et mesures.
Outre la mobilisation de 8.000 agents d'inspection et de contrôle qui seront présents au niveau des marchés, il a été mis en place un nouveau système d'information permettant aux services du ministère d'accéder quotidiennement, à travers les différentes wilayas, aux informations concernant les prix avant 10:00. En vertu de ce système qui sera lancé prochainement, le ministère pourra intervenir en cas de doute sur une spéculation sur un produit donné.

Le marché approvisionné suffisamment en produits nécessaires
Le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a assuré que toutes les mesures ont été prises pour l'approvisionnement du marché national en produits nécessaires et en quantités suffisantes durant le mois de Ramadhan.
Intervenant à l'ouverture d'une rencontre avec les cadres du ministère et les directeurs du secteur, consacrée au suivi de l'application des recommandations des Assises nationales de l'Agriculture, M. Bouazghi a indiqué que "toutes les mesures nécessaires ont été prises, en coordination avec les services du ministère du Commerce, pour approvisionner le marché national en produits nécessaires et en quantités suffisantes afin de permettre au citoyen de passer le mois sacré dans les meilleures conditions". Par ailleurs, le directeur de la régulation et du développement de la production agricole au ministère de l'Agriculture, Cherif Omari, a précisé en marge de cette rencontre que "le gouvernement a pris toutes les mesures nécessaires pour garantir les produits de première nécessité, notamment agricoles et alimentaires, comme les céréales, le lait, les fruits et légumes et les viandes rouge et blanche". M. Omari a ajouté que le système de régulation a permis aux offices relevant du secteur, tels l'Office national interprofessionnel des céréales (ONIC) et l'Office national interprofessionnel du lait et des produits laitiers (ONIL) d'injecter des quantités supplémentaires sur le marché pour assurer leur disponibilité durant le mois sacré, en sus d'une meilleure organisation en termes de prix et de distribution sur les marchés.
Pour ce qui est des viandes, le même responsable a souligné que l'Algérie produit jusqu'à 10 millions de quintaux de viandes, dont 5 millions de quintaux de viandes rouges et 5 millions de quintaux de viandes blanches, ajoutant que des mesures spéciales seront également prises à l'occasion par les offices de viande pour soutenir le marché et injecter des quantités supplémentaires importées au niveau des points de distribution pour alléger la pression de la demande sur le produit local.
Concernant les quantités de viandes importées, M. Omari a fait état de près de 40.000 tonnes susceptibles, selon lui, de favoriser "la stabilité du marché et partant, les viandes seront à la portée de tous", précisant que cette démarche s'inscrivait dans le cadre des mesures prises par le gouvernement pour assurer la stabilité du marché.

Le lait bien disponible
Pour ce qui est du lait, le ministre du Commerce a affirmé que le problème d'approvisionnement avait été "entièrement réglé" grâce à l'augmentation des importations de la poudre de lait et aux mesures prises par le ministère de l'Agriculture, ajoutant que cette amélioration n'empêchera pas son ministère d'examiner la chaîne de distribution pour pouvoir déterminer les dysfonctionnements éventuels.
Le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazgui a annoncé que le gouvernement a décidé de produire une quantité de 50 millions de litres supplémentaires de lait à travers le pays au mois de Ramadhan.
Le ministre a indiqué qu'une quantité de 4.500 tonnes de lait en poudre sera réservée à la production laitière dont 3.000 t destinées aux laiteries publiques et 1.500 tonnes aux laiteries privées.
Bouazgui a signalé que son département ministériel œuvre à élaborer une feuille de route pour satisfaire les besoins des citoyens en ce produit en se concentrant sur les éléments de production et de distribution du lait.
D'autre part, affiliée à l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), la Fédération nationale des distributeurs de lait qui a tenu recement son 1er Congrès national, œuvre à définir les causes de la pénurie du lait sur le marché, à parvenir à un accord avec les parties concernées sur la marge bénéficiaire au profit des distributeurs de lait et à garantir le droit de rendre à l'usine les marchandises endommagées en vue de contribuer à l'organisation du marché et de barrer la route aux intrus.
Le président de la Fédération, Farid Oulmi a fait savoir que le nombre des distributeurs de lait au niveau national est estimé à 1500 distributeurs collaborant avec 119 laiteries, dont 15 publiques, ajoutant que certaines ont à leur actif plus de 35 ans d'ancienneté. Il a exhorté les parties concernées à faire obligation aux laiteries de respecter "la transparence et l'équité" dans l'octroi des quantités de lait aux distributeurs et à mettre un terme à la cacophonie caractérisant les déclarations des responsables du secteur de l'agriculture affirmant la disponibilité de la matière première et les déclarations des directeurs des laiteries qui parlent de quantités limitées de poudre de lait.
Par ailleurs, M. Oulmi a appelé les inspections existantes au niveau des laiteries à faire leur travail en enquêtant sur l'identité et les registres de commerce des distributeurs et à déterminer la quantité de lait accordée à chaque distributeur en vue de s'assurer que le lait subventionné parvient aux bénéficiaires réels.
Le même responsable a indiqué que les représentants de la Fédération se réunissent, deux fois par semaine, avec le Directeur général du complexe de Birkhadem pour examiner les solutions pour réguler le marché et en finir avec le problème de manque de matière première (poudre du lait).
Pour sa part, le Secrétaire général de l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), Salah Souilah a indiqué que la constitution de cette Fédération est venue faire face aux défis induits en matière de commercialisation du lait et les efforts visant l'organisation du marché, notamment à l'approche du mois de Ramadhan.
Il a estimé que cette démarche est à même de garantir l'approvisionnement en cette matière durant le mois de Ramadhan et réunir la corporation des distributeurs du lait afin de leur permettre de soulever leurs préoccupations.

15 milliards de centimes consacrés aux familles démunies à Alger
Les services de la wilaya d'Alger ont affecté, dans le cadre des opérations de solidarité initiées en prévision du mois de Ramadhan, une enveloppe de près de 15 milliards de centimes au profit des familles démunies de 30 communes classées parmi les collectivités pauvres de la wilaya, selon le directeur du budget, de la comptabilité et de l'équipement à la wilaya d'Alger, Khaled Bilal. Une enveloppe de 14,6 milliards de centimes, avait été affectée par la wilaya d'Alger dans le cadre du budget de 2018 au titre des aides accordées aux familles démunies de 30 communes pauvres de la capitale, relevant que ces aides seront distribuées sous formes de colis alimentaires.
Il a rappelé, en outre, les conditions d'éligibilité à ces aides destinées essentiellement aux ménages dont le revenu ne dépasse pas le salaire minimum garanti, les familles des personnes aux besoins spécifiques n'ayant d'autres ressources que la pension versée aux handicapés, outre les personnes âgées et les veuves.

Capacité de 5000 têtes ovines et 480 têtes bovines à l'abattoir d'Hussein-Dey
M. Kheir Merouane, chargé de l'organisation au bureau exécutif de la viande et produits carnés de la wilaya d'Alger, a appelé les citoyens à ne pas acheter les viandes en grande quantité durant les premiers jours du mois sacré pour éviter une augmentation des prix, vu que la forte demande entraîne une hausse des prix. Il a ajouté que la capacité d'abattage peut aller au quotidien jusqu'à 5000 têtes ovines et 480 têtes bovines, alors que celle de stockage peut atteindre 300 tonnes/jour, affirmant que le prix de la viande de mouton est fixé en fonction de la qualité du mouton local et oscille entre 1000 Da et 1300 Da, alors que le prix de la viande bovine est de 1050 Da et 1100 da, selon la qualité. Le coût de la viande importée est de 950 da, a-t-il précisé.
Concernant la chaîne de froid, le responsable a affirmé que l'abattoir comptait 8 chambres froides, insistant sur la qualité de la viande et le respect de la chaîne d'abattage jusqu'à la conservation dans les chambres froides.

L'alimentation en eau sera renforcée dans toutes les communes
Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, a affirmé que l'alimentation en eau potable (AEP) "sera renforcée et meilleure dans toutes les communes du pays pour le mois de Ramadhan et l'été 2018".
Le ministre des Ressources en eau a révélé que l'alimentation des citoyens en eau potable durant le mois de Ramadhan sera "nettement meilleure que l'année précédente". M.Necib a affirmé que son secteur veille à réceptionner plusieurs projets, en cours de réalisation dans plusieurs régions du pays, "avant le mois de juin prochain".

Des mesures préventives au niveau des restaurants d'Iftar collectif
La direction de la santé de la wilaya d'Alger a pris toutes les dispositions préventives contre des cas d'intoxication alimentaire au niveau des restaurations d'Iftar collectif, en prévision du mois de Ramadhan, a révélé Mohamed Miraoui Directeur de la Santé de wilaya.
"Ces mesures concernent en particulier la main-d'œuvre de la restauration collective à travers le contrôle médicale de tous les travailleurs chargés de la préparation des repas afin de protéger la santé publique et d'éviter les intoxications alimentaires, a précisé M. Miraoui dans une déclaration à l'APS.
Dans ce sens, les mêmes services s'attèlent à la mise en place, avant le mois de Ramadhan, d'un contrôle périodique des denrées alimentaires et des viandes utilisées dans la restauration collective, notamment par les restaurants de la Rahma, ouverts par la wilaya en direction des catégories démunies, et ce, dans le cadre du travail des bureaux communaux d'hygiène (BCH).
Outre l'inspection des centres et restaurants de l'Iftar collectif, il sera également procédé au contrôle des commerces et marchés pour vérifier notamment les dates de péremption des produits proposés à la vente ainsi que la qualité de l'eau et l'hygiène des lieux, a souligné, à ce titre, M. Miraoui. Un schéma sanitaire a été mis en place au niveau des services des urgences pour le mois de Ramadhan en vue de prendre en charge les malades, et les équipes médicales et paramédicales seront intensifiées au niveau de 86 polycliniques, dont 43 unités sanitaires de proximité qui constitueront une ceinture sanitaire pour la capitale travaillant 24/24h avec un système de permanence afin de renforcer les services sanitaires de 8 établissements hospitaliers, 5 CHU, 12 établissements hospitaliers et 10 établissements de proximité que compte la capitale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.