Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    9ème vendredi de marches pacifiques à travers les wilayas du pays : Les Algériens déterminés pour déloger le système en place    En soutien aux revendications du Hirak populaire : Les avocats poursuivent le boycott des audiences    Très ralentie au 1er trimestre : Danone attend une accélération au 2e trimestre    Bourses : L'Europe finit en légère hausse avant le week-end de Pâques    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    CAN-2019 (préparation): Algérie - Mali le 16 juin à Abu Dhabi    FAC : L'AG élective fixée pour le 27 avril    Création de zones de pêche réglementées : Pour une exploitation durable de la ressource halieutique    Ould Abbès obtient l'autorisation    Ouyahia acculé    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    Un gain pour le budget de l'Etat    Légère baisse des importations    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    13 présumés auteurs de crimes et délits interpellés    Un 39e anniversaire particulier    Elles sont de l'ordre de 17 %.. Les recettes douanières en hausse    Ouyahia et Loukal convoqués par le tribunal de Sidi Mhamed d'Alger    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    Championnat de France de natation.. Médaille de bronze pour Sahnoune sur le 100m    Annoncée par Bensalah pour demain.. La conférence de concertation aura-t-elle lieu ?    Commémoration du printemps berbère et du printemps noir.. Imposante marche contre l'oubli et le déni à Bouira    Annaba.. 26 kg de drogue saisis    Rassemblement des militants et cadres du RND pour exiger son départ.. Ouyahia charge Chihab    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    «Je ne laisserai personne détruire ce que nous construisons»    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    El Braya: Un homme mortellement poignardé    Mascara: Plus de 30 dealers arrêtés    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pétrole recule : L'or noir soumis aux craintes sur le commerce mondial
Publié dans Le Maghreb le 04 - 06 - 2018

Les cours du pétrole ont reculé vendredi, sous l'effet de craintes grandissantes quant aux conséquences qu'aurait une guerre commerciale entre les Etats-Unis et ses principaux partenaires sur la croissance et la demande.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, a fini à 76,79 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 77 cents par rapport à la clôture de jeudi.
Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de juillet a cédé 1,23 dollar à 65,81 dollars.
"Au vue des événements sur le front commercial, les courtiers se disent de plus en plus qu'ils ont affaire à un risque de plus en plus élevé de perturbation de la croissance économique américaine et de potentielle récession", a commenté Mike Lynch de SEER.
L'imposition jeudi par les Etats-Unis d'importantes taxes douanières sur l'acier et l'aluminium importés de l'Union européenne, du Mexique et du Canada, et les ripostes aussitôt promises, a ravivé le spectre d'une guerre commerciale ouverte entre Washington et ses alliés.
Sur la semaine, le cours du WTI a ainsi chuté de 3,23%.
Le recul du pétrole coté à New York a également été accéléré par les chiffres américains sur la production, à de nouveaux sommets.
Les Etats-Unis ont extrait en moyenne 10,77 millions de barils par jour (mbj) contre 10,73 mbj la semaine précédente, selon les statistiques hebdomadaires de l'Agence amérciaine d'information sur l'énergie (EIA) jeudi. Un record depuis que ces statistiques sont compilées, soit 1983.

Oléoducs
"Le prix du pétrole américain baisse car les marchés pensent que les oléoducs des Etats-Unis tournent déjà à plein régime", a estimé Stephen Brennock, analyste chez PVM.
L'une des conséquences est le creusement très net de l'écart entre le pétrole coté à Londres et celui coté à New York. La différence entre les deux a atteint vendredi 11,06 soit l'écart le plus élevé à la clôture depuis début 2015.
Pourtant, contrairement aux attentes des analystes, les réserves de brut des Etats-Unis ont reculé la semaine dernière, selon les chiffres de l'EIA jeudi.
"Les stocks de brut ont fait face à la fois à une baisse des importations, une hausse des exportations et une activité élevée des raffineries", a détaillé Sukrit Vijayakar, analyste chez Trifecta Consultants.
Quant au Brent, référence du pétrole dans le reste du monde, les acteurs du marché attendent d'en savoir plus sur l'avenir de l'accord de limitation de la production qui unit l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à dix autres pays, dans le but affiché de faire remonter les prix.
L'Arabie saoudite et la Russie ont signalé en fin de semaine dernière envisager de relever leur production, une piste qui sera explorée lors de la prochaine réunion de l'Opep fin juin à Vienne.
"Si la hausse de production proposée se limite à un demi-million de barils par jour, comme c'est le plus probable, les participants à l'accord (producteurs Opep et non-Opep) devraient l'accepter sans problème", ont estimé les analystes de Energy Aspects.
Publié chaque vendredi, le rapport hebdomadaire sur le nombre hebdomadaire de puits de pétrole actifs aux Etats-Unis, un indicateur avancé de la production américaine, a été plutôt neutre.
Le nombre de puits actifs a avancé de deux unités à 861 puits.

Baisse en Asie
Les cours du pétrole reculaient vendredi en Asie, les investisseurs accusant le coup de l'augmentation de la production américaine et redoutant la perspective d'un assouplissement des quotas de production de l'Opep.
Vers 04H35 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en juillet, cédait 19 cents à 66,85 dollars dans les échanges électroniques en Asie.
Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en août, dont c'est le premier jour comme contrat de référence, reculait de neuf cents à 77,47 dollars.
Selon les statistiques hebdomadaires de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) publiées jeudi, la production des Etats-Unis a pour la quatorzième semaine de suite atteint un record depuis que ces données ont commencé à être compilées en 1983, en atteignant 10,77 millions de barils par jour lors de la semaine achevée le 25 mai.
La croissance robuste de la production américaine, dopée par des puits de pétrole de schiste redevenus rentables avec la hausse des prix, a été compensée en 2017 et en 2018 par les efforts de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses dix partenaires pour limiter leurs extractions et rééquilibrer le marché.
Mais la Russie et l'Arabie saoudite, deux des trois plus grands producteurs mondiaux, viennent d'estimer qu'ils pourraient devoir augmenter leurs objectifs de production.
"Malgré le recul des stocks de brut américain annoncé par l'EIA, le marché ne semble pas très intéressé par les achats. Personne ne veut se retrouver pris en défaut si l'Opep augmente fortement sa production", a déclaré Stephen Innes, analyste chez Oanda.
"Sans parler du fait que la confusion règne parmi les investisseurs face aux courants contraires qui traversent l'Opep, où pas tout le monde est favorable à une augmentation de la production".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.