L'Algérie plaide pour une «vision commune»    Vers l'exclusion de Bouhadja    Louh élude les sujets qui fâchent    L'inquiétude des céramistes    Le changement climatique, c'est maintenant    L'impératif d'installer une industrie dans le pays    Khashoggi a peut-être été tué par des «éléments incontrôlables»    Douze personnes appréhendées pour tentative de migration clandestine    Dussuyer et ses joueurs déterminés    47 athlètes en stage à Tlemcen    La grande musique au rendez-vous    17 octobre 61 : il pleuvait ce jour-là, mais le soleil scintillait à l'horizon…    APN: la solution est-elle dans la dissolution?    MC Alger: Courbis lâche le Mouloudia    Hai El Makkari et Toumiat: Relogement demain de 268 familles    1.800 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Hadj 2019: Début des inscriptions au tirage au sort ce jeudi    L'effet octobre    Fertial: l'Etat exercera son droit de préemption    Il y a 57 ans, des Algériens ont été massacrés à Paris    Une instance chargée du développement des zones frontalières sera créée prochainement    4éme session de la commission mixte bilatérale algéro-nigériane    Muhend U Yehya : Le premier fils de la Toussaint    «Hzem El Ghoula» pour le lever de rideau    Projection d'«Ech Chebkha» de Ghouti Bendedouche    «Une AGEx dans les plus brefs délais pour l'élection d'un président»    Athlétisme : Kip Keino et six dirigeants kenyans inculpés pour corruption    Mondial 2006 : La justice allemande abandonne les poursuites pour fraude fiscale    Sahara Occidental … Une ONG américaine accuse des fonctionnaires de l'ONU de corruption    Commerce : L'excédent chinois se rit des menaces de Trump    Allemagne : La coalition de Merkel meurtrie après l'échec électoral bavarois    Le ministère procède à l'examen des recours    949 associations activent sur le terrain    La gendarmerie neutralise un dangereux gang    Les phrases qui tuent    L'Algérie et son racisme    Remboursement des 20% des frais de médicaments non pris en charge par la CNAS    Installation d'un nouveau président de la commission de wilaya du parti FLN    On vous le dit    Les confrontations des promesses des sélectionneurs, qui aura raison ?    Le souci de son département de faire des maisons de jeunes des espaces d'éclosion des talents    «Corps et Mouvements», l'Espaco rouvre ses portes    5 députées du FLN affichent leur ralliement à Said Bouhadja    Renault Algérie prolonge les remises sur la Clio 4 et la Symbol    Menace sur 2 millions de diabétiques !    Citroën rend hommage à la mythique 2CV, qui célèbre ses 70 ans    Un arsenal judiciaire contre le harcèlement    2e Salon de la bande dessinée de Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malgré le tollé politique aux Etats-Unis : Le chinois ZTE reprend ses activités
Publié dans Le Maghreb le 17 - 07 - 2018

Le dossier empoisonnait depuis des mois les relations entre Washington et Pékin, l'administration Trump a donné son feu vert à la reprise totale des activités de la société de télécommunications chinoise ZTE, en dépit du tollé parmi les sénateurs américains.

Le département au Commerce a annoncé vendredi avoir levé toutes les restrictions à l'exportation visant le groupe, ce dernier s'étant acquitté d'une amende d'un milliard de dollars et du dépôt de garantie de 400 millions de dollars conformément à un accord annoncé début juin.
Les Etats-Unis avaient interdit à la mi-avril toutes les ventes de composants électroniques américains à ZTE pour sanctionner le groupe chinois d'avoir violé des embargos contre l'Iran et la Corée du Nord.
Ainsi privé de puces électroniques américaines, ZTE avait dû cesser la majeur partie de ces activités, mettant en péril ses quelque 80.000 emplois.
Mais la Maison Blanche avait ensuite consenti, à la demande du président chinois Xi Jinping, à revenir sur cette décision qui pénalisait aussi les entreprises américaines.
"Bien que l'interdiction sur ZTE soit levée, le département (au Commerce) restera vigilant en surveillant étroitement les mesures prises pour se mettre en conformité avec les législations et la réglementation américaines", a déclaré le secrétaire au Commerce Wilbur Ross, cité dans le communiqué.
Le ministre de Donald Trump rappelle en particulier que ZTE doit mettre en place une cellule de surveillance qui sera sous la tutelle de son administration.
Sélectionnée par le département au Commerce, l'équipe, dont le rôle sera de "surveiller en temps réel" les agissements de ZTE, rendra compte au Bureau chargé de l'industrie et de la sécurité (BIS) dépendant du département au Commerce, et ce, pendant dix ans, a souligné Wilbur Ross. Lors de l'annonce de l'accord début juin, ZTE avait aussi accepté la refonte complète de sa direction. La décision de lever des sanctions sur ZTE suscite un tollé parmi les sénateurs américains. Nombre d'entre eux, y compris du parti républicain, estiment que le groupe chinois représente un danger pour la sécurité nationale des Etats-Unis.

Discussions rompues
Ils s'inquiètent du fait que l'utilisation de sa technologie aux Etats-Unis puisse permettre à la Chine de "voler" plus facilement des secrets industriels américains.
Ils arguent également que l'amende de 892 millions de dollars, infligée au groupe lors d'un précédent jugement de mars 2017, ne l'avait pas empêché de violer une nouvelle fois la législation.
Le Sénat a approuvé le 18 juin un projet de loi pour annuler la levée des sanctions contre ZTE. Et jeudi, des sénateurs républicains et démocrates ont une nouvelle fois demandé au gouvernement de rétablir les pénalités sur ZTE.
Après le compromis obtenu début juin, ZTE avait, lui, reconnu une culture d'entreprise "fautive" et promis d'en "tirer les leçons", selon une note interne dévoilée par la presse locale.
Le feu vert à la reprise d'activité de ZTE intervient alors que les Etats-Unis et la Chine ont basculé dans la guerre commerciale.
Il y a tout juste une semaine, les deux pays se sont en effet mutuellement imposé des droits de douane de 25% sur 34 milliards de dollars d'importations annuelles.
Cette semaine, la Maison Blanche a annoncé qu'elle comptait taxer, à partir de septembre, 200 milliards d'importations chinoises supplémentaires à hauteur de 10%.
La question ZTE s'était invitée au printemps au menu des âpres pourparlers que menaient alors ldes deux premières puissances économiques pour tenter d'éviter une guerre commerciale.
Malgré la perspective de la levée des sanctions sur ZTE, jeudi, le gouvernement chinois a fait savoir qu'aucune discussion avec les Etats-Unis ne se profilait pour tenter d'arrêter la guerre commerciale avec la Chine, faute de confiance entre les deux pays.
"Comme la Chine l'a dit à plusieurs reprises, la confiance est indispensable aux négociations. Les deux parties n'ont eu aucun contact pour reprendre les pourparlers", a déclaré devant la presse le porte-parole du ministère chinois du Commerce, Gao Feng.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.