Présidentielle du 12 décembre: Taux de participation global de 39,93%    Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pétrole : L'AIE revoit en baisse la demande mais prévoit des cours élevés
Publié dans Le Maghreb le 15 - 10 - 2018

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a estimé vendredi que la demande de pétrole serait moins forte que prévu en 2018 et 2019, avec l'essoufflement de l'économie, tout en jugeant que les cours resteront élevés.

Son estimation de la croissance de la demande mondiale a été sensiblement revue en baisse de 110 000 barils par jour pour chacune des deux années.
Cette croissance est désormais attendue à 1,3 million de barils par jour (mbj) en 2018, puis à 1,4 mbj l'an prochain.
Ce changement s'explique par "une combinaison de cours élevés, de perspectives moins optimistes pour l'économie mondiale et une révision à la baisse des données sur la Chine", relève l'AIE dans son rapport mensuel sur le pétrole.
Cette publication intervient au lendemain d'une mise en garde similaire de l'Opep. Dans son propre rapport mensuel publié jeudi, le cartel a déjà revu à la baisse son estimation de la hausse de la demande de brut cette année et pour 2019.
L'AIE observe de son côté que "l'énergie chère est de retour" et que cela est susceptible de peser sur la croissance économique, en particulier pour les pays en développement.
Les cours du pétrole s'étaient hissés la semaine dernière à des niveaux plus vus depuis la fin 2014, à 86,74 dollars le baril de Brent en séance.
Elle souligne aussi le risque posé par les guerres commerciales, allusion notamment aux tensions entre les Etats-Unis et la Chine.
Le Fonds monétaire international (FMI) vient ainsi d'abaisser ses perspectives de croissance économique pour 2018 et 2019.

"Hausse des cours"
L'AIE souligne aussi que la demande et l'offre sont toutes deux proches de nouveaux pics historiques de 100 mbj. Elle les appelle des pics "jumeaux" ou "Twin Peaks" en anglais, en référence à une célèbre série télévisée américaine à l'atmosphère étrange.
Or cette situation se traduit par des "tensions" du côté de l'offre, dont l'augmentation s'effectue au prix d'une réduction des capacités de réserve.
"Cette tension pourrait être là pour un moment et sera probablement accompagnée d'une hausse des cours, même si nous déplorons cette situation et ses effets négatifs potentiels sur l'économie mondiale", indique l'AIE.
Cette agence basée à Paris, qui conseille des pays développés sur leur politique énergétique, alerte régulièrement sur les risques pesant sur l'offre.
Elle reconnaît pourtant l'effort des pays producteurs, à commencer par l'Arabie saoudite, pour approvisionner le marché de manière adéquate.
L'Opep a ainsi augmenté sa production le mois dernier, grâce en particulier au royaume saoudien, qui a plus que compensé la chute de la production iranienne, affectée par le retour des sanctions américaines.
Mais l'AIE préfère voir le verre à moitié vide: "les exportations iraniennes devraient probablement chuter significativement plus que les 800 000 barils par jour déjà perdus".
Après s'être retirés en mai de l'accord de 2015 sur le nucléaire, les Etats-Unis doivent en effet rétablir début novembre une deuxième série de sanctions contre Téhéran, visant spécifiquement le secteur énergétique.
Un sujet qui s'ajoute à la "menace toujours présente d'une perturbation de l'offre en Libye et d'un effondrement du Venezuela", deux pays affectés par de graves troubles intérieurs.
"Nous ne pouvons pas être complaisants et le marché signale clairement son inquiétude sur le fait qu'un supplément d'offre pourrait être nécessaire", juge l'AIE.

Fin d'une rude semaine
Les cours du pétrole ont regagné un peu de terrain vendredi à la fin d'une semaine difficile, marquée par les signes d'un éventuel ralentissement de la demande d'or noir sur le marché mondial.
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a gagné 17 cents pour terminer à 80,43 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).
Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de novembre a pris 37 cents pour finir à 71,34 dollars.
"Comme le marché des actions, qui a eu tendance ces derniers temps a donner le tempo aux matières premières, le marché du pétrole tente de rebondir un peu après s'être fait massacrer au cours des deux séances précédentes", a avancé Robert Yawger de Mizuho.
Sur la semaine les cours du brut ont en effet encaissé des pertes marquées, le Brent reculant de 4,4% et le WTI de 4,0%, alors qu'ils avaient atteint en début de mois leurs plus hauts niveaux en quatre ans.
Les prix de l'or noir ont particulièrement pâti de signaux avant-coureurs d'un éventuel relâchement de la demande dans les mois à venir.
L'Agence internationale de l'Energie (AIE) a ainsi estimé vendredi que la demande de pétrole serait moins forte que prévu en 2018 et 2019, avec l'essoufflement de l'économie mondiale.
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avait également revu la croissance de la demande à la baisse dans son rapport mensuel jeudi.
"La combinaison de prix du pétrole plus élevés, du repli des devises des pays émergents face au dollar, et d'éventuels barrières douanières, a alimenté les risques de voir s'affaisser la croissance de la demande en brut, plutôt solide ces dernières années", ont souligné les analystes de Schneider Electric.
Ces chiffres seraient en tout cas "l'occasion pour l'Arabie saoudite (premier exportateur mondial) de dire que tout est sous contrôle et qu'une augmentation de la production n'est pas nécessaire si la demande n'est pas là", a commenté Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.
La disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul, qui a déclenché des critiques de Washington, pourrait toutefois selon lui changer le ton adopté par le Royaume.
"L'Arabie saoudite a particulièrement besoin du soutien de la Maison Blanche, et ne peut pas se permettre de déplaire au président américain, qui réclame des prix du pétrole plus bas", a ajouté M. Jakob.
Alors que le coût élevé de l'essence aux Etats-Unis pourrait peser sur les élections législatives en novembre, Donald Trump a récemment multiplié ses attaques contre l'Opep, dont l'Arabie saoudite est la figure de proue.
par ailleurs, les cours du pétrole rebondissaient en Asie vendredi sous l'effet d'achats à bon compte après avoir dégringolé à cause des craintes pour la demande mondiale et la hausse des stocks de brut américain.
Vers 02H20 GMT, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en novembre, progressait de 20 cents à 71,17 dollars dans les échanges électroniques en Asie.
Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en décembre, gagnait 26 cents à 80,52 dollars.
La veille, les investisseurs avaient "pris leurs jambes à leur cou" du fait du rapport mensuel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) révisant à la baisse ses prévisions sur la demande mondiale et des chiffres officiels sur le brut américain, a relevé Stephen Innes, analyste chez Oanda.
Selon l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), la production à grimpé à un nouveau record lors de la semaine achevée le 5 octobre, le pays extrayant en moyenne 11,2 millions de barils d'or noir par jour. Les stocks de brut ont progressé de 6 millions de barils, soit bien plus que prévu.
"Il est difficile d'enjoliver le tableau après les stocks hebdomadaires mais pour les haussiers perpétuels comme moi, et en cas d'apaisement des risques relatifs aux tensions entre les Etats-Unis et la Chine, il y a moyen de faire des affaires" sur le marché pétrolier, a poursuivi M. Innes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.