L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    "Il faut le protéger ainsi que tous les innocents"    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Le tournant    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara Occidental … Une ONG américaine accuse des fonctionnaires de l'ONU de corruption
Publié dans Le Maghreb le 16 - 10 - 2018

Le Maroc a dépensé d'importantes sommes d'argent pour corrompre des fonctionnaires de l'ONU afin qu'ils bloquent la tenue du référendum d'autodétermination, a accusé l'ONG américaine, Defense Forum Foundation, décriant l'échec de l'organisation onusienne à organiser ce vote promis depuis 27 ans. "L'échec répété de l'ONU à tenir sa promesse de référendum, à cause de la corruption, a conduit à de nombreux événements tragiques" , a accusé la présidente de cette ONG, Suzanne Scholte, lors de son audition à la quatrième commission de l'ONU chargée de la décolonisation. La lauréate du prix de la paix de Séoul a jugé " inacceptable que le vote promis depuis longtemps n'ait pas lieu parce que le Maroc a versé des millions de dollars dans des activités de lobbying pour empêcher le bon déroulement du référendum, en soudoyant des responsables et des législateurs de l'ONU". Ces actes de corruption ont été révélés au grand jour par "les nombreux rapports ayant fait l'objet d'une fuite, dont l'un établi par le département des opérations de maintien de la paix de l'ONU", a indiqué Mme Scholte également présidente de l'ONG US-Western Sahara Foundation. Dans une tribune publiée en août dernier par le quotidien américain "The Daily Caller", Suzanne Sholte, avait évoqué les témoignages de plusieurs responsables américains ayant dénoncé la corruption à laquelle s'adonne le Maroc pour saborder le processus onusien.
Parmi ces responsables, figurent l'ancien ambassadeur sous l'administration Reagan, Frank Ruddy, des observateurs militaires à l'instar du commandant Doug Dryden de la marine américaine et Scott Tate de l'armée de l'air ainsi que l'avocate américaine des droits de l'homme Katlyn Thomas, basée à New York et qui était en charge des questions juridiques à la Minurso. "L'ONU envoie un message épouvantable en récompensant le royaume du Maroc pour son invasion, son agression et sa violence, alors qu'elle punit les Sahraouis qui ont placé leur confiance en vous ", a-t-elle déclaré dans ce vibrant plaidoyer en faveur de l'autodétermination du peuple sahraoui. "En toute bonne foi, les Sahraouis ont déposé les armes et ont accepté un cessez-le-feu lorsque vous, les Nations Unies, leur avez promis la seule chose qu'ils demandaient: le droit de voter pour l'autodétermination ", a-t-elle tenu à rappeler. Pour les sahraouis, "la confiance placée en l'ONU les a obligés à voir leurs enfants grandir dans des camps de réfugiés et leurs proches battus, torturés et disparus dans des prisons marocaines ". La militante des droits de l'homme a soutenu que le règlement de la question sahraouie aura " des avantages considérables : Il en résulterait l'établissement d'une démocratie musulmane africaine au Sahara Occidental qui respecte les libertés et les droits consacrés dans la Déclaration universelle des droits de l'homme".
La résolution de ce conflit contribuera à apporter la stabilité nécessaire dans la région du Maghreb et à envoyer un signal fort au monde musulman et africain sur l'engagement de l'ONU en faveur du combat pacifique et de l'Etat de droit, a-t-elle estimé. "Si l'ONU ne tient pas ce référendum, libre, équitable et transparent, elle doit demander au roi du Maroc de mettre fin à l'occupation illégale du Sahara occidental ", a-t-elle affirmé, précisant qu'il était temps pour le souverain marocain d'investir dans le peuple marocain et cesser de persécuter le peuple sahraoui et de piller ses richesses naturelles. Selon Mme Scholte, l'ancien secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "est celui qui a le mieux résumé la situation des territoires occupés", décrivant " une tragédie humanitaire oubliée " et "une occupation inacceptable".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.