CAN : Mido prévient Liverpool pour Salah    Barça : Des négociations compliquées pour Ter Stegen    Fonction publique: Toucher son salaire sans se déplacer    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    Vers une saison blanche ?    Tebboune salue l'équipe médicale du CHU de Tizi-Ouzou    1.171 cas confirmés et 105 décès enregistrés    Le Président fixe les conditions    L'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Trois journalistes du quotidien Sawt El Akher sous contrôle judiciaire !    RAPATRIEMENT DES ALGERIENS BLOQUES EN TURQUIE : Plusieurs hôtels affectés à l'accueil    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 1171 cas confirmés et 105 morts    Bengrina dénonce l'attaque d'une chaîne tv française contre l'Algérie    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    MOSTAGANEM : Des TPE livrés gratuitement aux commerçants dans deux mois    Coronavirus: le ministre de la jeunesse et des sports rassure les athlètes    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Quelles alternatives à la crise sanitaire, économique et financière ?    Mines antipersonnel: Tahar Salhi, une des victimes de la barbarie du colonisateur français    Recul de l'activité de Naftal de 50% depuis la deuxième quinzaine de mars    Des pluies, parfois orageuses, annoncées ce vendredi, au Centre du pays    Ligue 1-USM Alger: "les discussions avec Anthar Yahia ont bien avancé"    Covid19-compte spécial de solidarité: la LFP fait don de 10 millions de dinars    Coronavirus: l'Opep+ va se réunir lundi par vidéoconférence    Le numérique au secours de la culture à l'heure du confinement sanitaire    FMI: des mesures à engager assurant la reprise économique après le confinement    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    Le temps à l'émergence des start-up ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Frappés par la crainte d'un pétrole trop abondant : Les cours dégringolent
Publié dans Le Maghreb le 22 - 11 - 2018

Les prix du baril de pétrole ont plongé mardi à leur plus bas niveau depuis fin 2017, touchés de plein fouet par la prudence généralisée des marchés financiers au moment où s'intensifie la crainte d'une surabondance de brut dans le monde.
Le baril de WTI pour livraison en janvier, la référence aux Etats-Unis, a chuté de 6,6% pour clôturer à 53,43 dollars. Le baril de Brent pour la même échéance, coté sur le marché londonien, a de son côté dégringolé de 6,4%, à 62,53 dollars. Cette glissade accompagne la déroute des indices boursiers à Wall Street et sur le reste des places financières, avance Phil Flynn, analyste chez Price Futures Group.
"Le marché se retrouve dominé par la peur de voir la croissance mondiale ralentir considérablement" et faire baisser par ricochet la demande en énergie, explique-t-il.
De nombreux investisseurs ayant déserté les salles de marché à l'approche de la célébration de Thanksgiving jeudi aux Etats-Unis, le repli des prix est aussi, selon lui, probablement accentué par des algorithmes se déclenchant automatiquement lorsque les cours atteignent certains niveaux.
Reste que si l'ampleur de l'effondrement des cours est étonnante, elle n'est pas non plus "totalement incohérente avec la situation", rappelle James Williams, de WTRG Economics.
Les acteurs du marché du pétrole s'inquiètent en effet depuis plusieurs semaines de la récente hausse de l'offre d'or noir dans le monde, faisant chuter ses cours d'environ 25% depuis début octobre.
Les sanctions américaines sur le pétrole iranien entrées en vigueur en début de mois ont d'une part été fortement adoucies au dernier moment, amoindrissant nettement leur impact.
Comme l'Arabie saoudite et la Russie avaient fortement augmenté leurs extractions dans l'anticipation de la mise en œuvre de ces sanctions, le pétrole y coule désormais à flot.
Et, d'autre part, la production aux Etats-Unis est à un niveau record.
Résultat: "les réserves de produits raffinés dans le monde sont désormais au-dessus de la moyenne des cinq dernières années", souligne M. Williams.

Trump évite d'accuser Ryad
Tous les regards sont désormais tournés vers l'Organisation de pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires, dont la Russie, qui doivent se réunir à Vienne les 6 et 7 décembre et décider ou non de restreindre leurs extractions.
L'issue de la rencontre reste à ce stade incertaine.
L'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep, a récemment plaidé pour une réduction de l'offre mondiale d'un million de barils par jour afin d'équilibrer le marché.
Mais quand le président américain a affirmé mardi que l'éventuelle implication du prince héritier Mohammed ben Salmane dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi ne menacerait pas la relation "inébranlable" entre les deux pays, la chute des cours du brut s'est accélérée.
Ces remarques du locataire de la Maison Blanche, qui a plusieurs fois reproché à l'Opep d'alimenter la hausse des prix du carburant à la pompe, pourraient en effet inciter Ryad à ne pas trop insister pour faire remonter les cours de l'or noir.
La Russie, de son côté, n'a pour l'instant pas donné d'indications claires, affirmant attendre une analyse plus approfondie sur l'offre et la demande.
Et lors d'une conférence en Slovaquie, le directeur exécutif de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a, pour sa part, déclaré qu'une "diminution significative de la production des principaux producteurs aujourd'hui pourrait avoir des conséquences négatives pour les marchés".
L'écroulement des cours ravive en tout cas les interrogations sur les futures dépenses d'investissements des producteurs de pétrole.
"Si les prix continuent de tomber, l'Opep va sûrement décider de freiner sa production. Mais aux Etats-Unis, les producteurs de pétrole de schiste vont aussi devoir freiner leurs ardeurs", estime Phil Flynn.
Même si le prix de revient du baril diffère d'un puits de pétrole à l'autre, les producteurs font face ces derniers mois à des dépenses croissantes liées à une certaine pénurie de main d'œuvre, au manque d'oléoducs ou à l'augmentation du coût du sable nécessaire à leurs opérations, avance-t-il.
Nombre de sociétés ont toutefois sans doute pris leur précaution et se sont couvertes, quand les prix étaient plus hauts, pour les mois à venir, tempère Andrew Lebow, de Commodity Research Group.
Et les progrès dans les techniques d'exploitation du pétrole de schiste permettent, selon lui, de mieux faire face aux éventuelles chutes sporadiques des cours du brut.

Baisse en Asie
Les cours du pétrole sont repartis à la baisse mardi en Asie, le marché restant plombé par les inquiétudes sur la hausse de la production en amont d'une réunion de l'Opep.
Vers 03h00 GMT, le baril de "light sweet crude"(WTI), référence américaine du brut, pour livraison en janvier et dont c'est le premier jour comme contrat de référence, perdait sept cents à 57,13 dollars dans les échanges électroniques en Asie.
Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier également, cédait 18 cents à 66,61 dollars.
Les cours ont perdu plus de 20% depuis des sommets de quatre ans atteints début octobre.
Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et d'autres producteurs comme la Russie se retrouvent à Vienne les 6 et 7 décembre sous la pression de la surabondance de l'offre qui a fait reculer les cours.
Ils avaient convenu de réduire leur production pour soutenir le marché qui avait plongé début 2016 à des plus bas de 13 ans, avec un baril sous les 30 dollars. Cet accord expire à la fin d'année mais de nouvelles restrictions sont peut-être dans les tuyaux.
Les producteurs augmentent leurs extractions depuis le mois de juin afin de pallier le manque de brut vénézuélien et anticiper le rétablissement des sanctions américaines contre l'Iran.
Mais l'impact des sanctions américaines contre Téhéran a été limité par les dérogations accordées à de gros importateurs de brut iranien comme la Chine.
Benjamin Lu, analyste chez Phillip Futures à Singapour, relève que l'Opep et l'Agence internationale de l'Energie ont mis en garde contre "les fondamentaux plus faibles des marchés du brut au-delà de 2018".
"L'augmentation de la production de l'Opep Plus, la hausse des stocks américains, l'éventualité d'une demande plus faible et les exemptions américaines sur les sanctions iraniennes ont exacerbé les influences à la baisse", a-t-il dit.
Le terme Opep Plus fait référence aux membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et d'autres producteurs comme la Russie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.