1541 magistrats chargés de présider les commissions électorales    Le MCO et la JSS se neutralisent    Le CHT Oran, un modèle de réussite du sport scolaire    Installation du groupe parlementaire d'amitié «Algérie-Cuba»    «La politique de réconciliation nationale est exposée»    Une réunion pour renforcer davantage les relations    Chine La croissance du PIB au 4e trimestre au plus bas depuis 2009    Aviation : La production d'Airbus sur les terres de Boeing va monter en flèche    Quatorze propositions aux futurs candidats à l'élection présidentielles du 18 avril 2019    L'Autorité palestinienne va refuser toute aide américaine    La force et la volonté du peuple sahraoui briseront les projets de l'occupant marocain    Flambée de violence dans le Nord-Est, des milliers de déplacés    Face aux "menaces" : Macron et Merkel signent un traité de convergence    Sahel: Le changement climatique exacerbe les conflits intercommunautaires (CICR)    Forum économique de Davos : Messahel met en exergue les efforts de l'Algérie pour la stabilité régionale    Gaïd Salah : "L'ANP réunira tous les facteurs de la stabilité et de la sécurité en vue de l'élection présidentielle"    L'expert Ait Chérif plaide pour une transition énergétique urgente    Mehdi Abid Charef bientôt sur les terrains de football ?    Sit-in devant les directions de l'éducation    Par manque de professionnels, le poisson devient rare sur le marché    La criminalité générale en baisse    Les femmes encore reléguées au second plan    La confluence des poètes accroît le niveau de leur créativité    Une possible œuvre de Banksy émeut les Japonais    Le trafic aérien continue de baisser    Chutes de neige au centre et à l'est du pays    Ça se bouscule au portillon    Gaïd Salah revient sur l'attaque terroriste de Tiguentourine    Le DG annonce un retour à la stabilisation du déficit    Ce rivage, où on avance sur le silence* : Abdallah Benanteur    Gaïd Salah: la vigilance constitue “l'un des piliers intrinsèques de réussite”    BECHAR : Plus de 2,5 tonnes de kif saisies au sud-ouest    Plusieurs infractions enregistrées en 2018 à Relizane    Dame Coupe n'abandonne pas ses caprices    Le DEN/FAN explique sa démission    Le huis clos pour la JS Kabylie et l'ASMO    «Les élections en Algérie ne donnent ni légitimité, ni pouvoir»    Jusqu'à la fin des temps, de Yasmine Chouikh, en compétition au 26e Fespaco    Le mythe démonté    ELECTIONS, HARGA ET LE RESTE    Davos: Messahel s'entretient avec le chef du Gouvernement tunisien Youssef Chahed    Organisée par la SDA de Belouizdad : Une campagne de sensibilisation sur le monoxyde de carbone    Protestation au Soudan : Pourquoi Omar El Béchir n'est pas inquiété    L'autre inflation    Aïn Assel: Un ouvrier écrasé par un compacteur    En perspective des JM 2021: Vaste opération de réhabilitation du CREPS d'Aïn El Turck    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement
Publié dans Le Maghreb le 09 - 12 - 2018

L'Union européenne et la France vont prendre en charge la plus grande partie du financement de projets de développement, axés sur la prévention du djihadisme, de l'organisation G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), ont-elles annoncé lors d'une réunion de bailleurs de fonds à Nouakchott.

"Je suis heureux d'annoncer que le soutien de l'Union européenne au Programme d'Investissements Prioritaires (PIP) s'élève à présent à 800 millions d'euros. Cela comprend l'annonce aujourd'hui de 122 millions d'euros d'argent frais", a déclaré depuis la capitale mauritanienne le commissaire européen pour la Coopération internationale et le Développement, Neven Mimica.
La France de son côté va ajouter 220 millions d'euros de financements nouveaux à 280 millions d'euros déjà engagés, a-t-on précisé de source diplomatique française. De cette manière, "la France (...) investira 500 millions au profit des priorités" du G5 Sahel, a souligné le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.
"La moitié de cette somme concerne des projets déjà en gestation et en cours (...) L'autre moitié sera octroyée de manière accélérée dans les deux ans qui viennent pour vous permettre d'être au rendez-vous de vos priorités", a ajouté M. Le Drian.
Les cinq pays du Sahel comptaient sur cette réunion pour atteindre leur objectif de financement de ces projets, évalué à 1,9 milliard d'euros, dont ils prennent eux-mêmes en charge 13%.
Avec 1,3 milliard d'euros cumulés, la France et l'UE seront donc les principaux bailleurs des projets de développement présentés jeudi par les présidents du G5 Sahel à Nouakchott, où siège le secrétariat de cette organisation régionale. Pour des raisons "d'agenda" du président Ibrahim Boubacar Keïta, le Mali était représenté par son ministre de la Défense.
Ces projets, au nombre de 40, concernent en particulier les régions frontalières où les djihadistes tirent parti des carences des Etats pour s'implanter. En construisant des écoles, des centres de soins ou en offrant un accès à l'eau, les gouvernements espèrent fidéliser des populations déshéritées susceptibles de céder sinon aux sirènes djihadistes.
"La pauvreté, le chômage, l'analphabétisme, les sentiments d'injustice, d'impuissance et d'absence de perspectives, le laxisme à l'endroit du trafic de drogue et l'incapacité des Etats à assumer pleinement leurs responsabilités régaliennes génèrent des conditions optimales pour le règne de l'insécurité, laquelle facilite l'intrusion des terroristes et des extrémistes et leur permet de prospérer et de trouver des cibles potentiellement réceptives à leur discours idéologique ou religieux", a déclaré le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz.
"A elle seule, l'approche sécuritaire est insuffisante pour résoudre définitivement la question de la violence extrémiste", a-t-il souligné.
"Notre souhait, c'est d'asseoir vigoureusement le second pilier stratégique et décisif de notre action commune, le développement économique et social du G5 Sahel", a abondé le président en exercice du G5 Sahel, le Nigérien Mahamadou Issoufou.
Les groupes djihadistes, en grande partie chassés du nord du Mali par l'intervention militaire lancée par la France en 2013, ont depuis regagné du terrain, en particulier dans le centre du pays, et le phénomène s'étend au Burkina Faso et au Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits intercommunautaires.

Plus de 2 milliards d'aide pour les programmes de développement
Les bailleurs de fonds et partenaires internationaux du G5 Sahel ont dépassé les attentes jeudi à Nouakchott en promettant des aides de 2,4 milliards d'euros pour une quarantaine de projets de développement axés sur la lutte contre le djihadisme, selon leur communiqué final.
"Les partenaires du G5 Sahel ont fait des annonces de financement pour un montant total de 2,4 milliards d'euros, correspondant à 127 % de l'objectif de mobilisation initial", précise le communiqué publié dans la soirée à l'issue d'une conférence des donateurs dans la capitale mauritanienne.
Quelques heures plus tôt, un premier communiqué lu en public par les responsables du G5 avait estimé le montant des promesses d'aide à "près de deux milliards d'euros".
"Ces engagements de nos partenaires couvrent largement les besoins globaux du programme d'investissement prioritaire (PIP)", a commenté devant la presse le président en exercice du G5 Sahel, le Nigérien Mahamadou Issoufou.
Avant cette conférence, le G5 avait estimé à 1,9 milliard d'euros les fonds nécessaires pour financer son Programme d'investissements prioritaires (PIP) pour la période 2019-2021, qui vise en particulier les régions frontalières où les djihadistes tirent parti des carences des Etats pour s'implanter.
En construisant des écoles, des centres de soins ou en offrant un accès à l'eau, les gouvernements espèrent fidéliser des populations déshéritées susceptibles sinon de céder aux sirènes djihadistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.