AZZEDINE MIHOUBI AFFIRME : Le Hirak a rebattu les cartes politiques en Algérie    TELEVISION : Belhimer souligne "l'urgence" de réguler les chaînes privées    MINISTERE DU COMMERCE : Rezig reçoit une délégation du FMI    LAGHOUAT : Deux sœurs meurent asphyxiées    DEMANTELEMENT D'UN IMPORTANT RESEAU DE TRAFIC DE DROGUE : La police saisit plus d'un kilo de kif à Mostaganem    Plus de 356 kg de cannabis et plus de 162.000 comprimés psychotropes saisis à Alger en 2019    L'Algérie présente au Salon international de l'Agriculture de Paris    Ajax : Le successeur de Ziyech a signé    Actes racistes en Europe, inquiétude face à la montée de l'extrême droite    Aviron: le président de la Fédération internationale en visite de travail à Alger    Ligue 1 (Classement des buteurs): Abid revient à un but de Belhoucini    Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Sidi Bel-Abbes    Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Révolution Le nouvel élan    L'angoisse monte en Italie    La Chine progresse dans le traitement des patients atteints du nouveau coronavirus «Covid-19»    De Yalta au monde unipolaire et à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire -1re partie-    Gros risques sur les banques    Des potentialités inexploitées    Rencontre algéro-française à Alger    Le Chabab, un leader bien fragile    Le Targui    À tout jamais…    Un samedi sur un air de vendredi à Tizi Ouzou    Le chef rebelle Riek Machar investi vice-président du Soudan du Sud    Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève    Burkina Faso : plus de 700 000 déplacés en 2019    Le saviez-vous… ?    L'Algérie en quatrième position    ...sortir ...sortir ...sortir ...    "La poésie d'Anna Gréki répond à notre actualité"    Amour et oppression dans la Chine du VIIIe siècle    Un bon, devenu une brute et un truand !    Mes fausses notes    Le Nigeria réaffirme sa position constante sur la juste cause du peuple sahraoui    Coronavirus: la propagation du virus inquiète l'OMS, l'Europe menacée    Une exposition collective d'arts plastiques sur le patrimoine historique algérien à Alger    Ligue 2 : Pas de boycott de la 20e journée    Agriculture: une convention de soutien et d'accompagnement des startups dans le Secteur    Mouvements de grèves sauvages: Le ministère de l'Education met en garde    Le Hirak boucle sa première année    Regards opposés    Tébessa: Un mort dans une collision    BARRICADES INOPERANTES    "C'est le peuple qui a sauvé le pays"    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    Samsung prépare sa DexBook : Transformer son smartphone en PC    Victoire impérative des Verts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chine : Le premier réacteur nucléaire EPR dans le monde entre en service commercial
Publié dans Le Maghreb le 19 - 12 - 2018

Pour la première fois au monde, un réacteur nucléaire EPR a été mis en service, dans le sud de la Chine --la démonstration, pour ses constructeurs, que cette technologie française de troisième génération "est une promesse d'avenir", malgré ses déboires.
Raccordé en juin avec succès au réseau électrique chinois, le premier des deux réacteurs EPR construits à Taishan, dans la province du Guangdong, a depuis passé toute une phase d'essais et de simulations d'incidents.
A l'issue d'un dernier test de fonctionnement en continu et à pleine puissance pendant 168 heures, achevé jeudi à 17h00 (09H00 GMT), il a été déclaré prêt à entrer en service, ont annoncé vendredi le français EDF et le chinois CGN lors d'une conférence de presse.
EDF est actionnaire à hauteur de 30% de la coentreprise chargée de construire et d'exploiter le réacteur. Les groupes chinois CGN et Yuedian ont des participations respectives de 51% et 19%. Le réacteur "a réuni l'ensemble des conditions de sa mise en service commerciale. C'est un jalon majeur de la coopération d'EDF avec CGN ; cela démontre la maturité de la technologie EPR qui est une promesse d'avenir pour l'ensemble des technologies nucléaires", a estimé Fabrice Fourcade, président d'EDF Chine.
"Le succès du projet montre la performance technologique de l'EPR. C'est une technologie totalement fiable", a renchéri Guo Limin, directeur général de la coentreprise franco-chinoise, Taishan Nuclear Power Joint-Venture Company.
Le second réacteur de Taishan devrait être opérationnel en 2019.
L'EPR, pour "European Pressurized Water Reactor", d'une puissance de 1750 MW, se fonde sur la technologie des réacteurs à eau sous pression, la plus utilisée dans le monde.
Le président du conseil d'administration de la coentreprise, Gao Ligang, s'est pour sa part félicité de 40 ans de coopération entre EDF et CGN, concrétisée avec la construction dans les années 80 de la première centrale chinoise, Daya Bay.
Troisième EPR mis en chantier dans le monde, Taishan avait vu sa construction démarrer en 2009, quatre ans donc après le tout premier chantier, celui d'Olkiluoto en Finlande... dont la mise en service n'est désormais prévue qu'en 2019, avec 10 ans de retard.

Taishan: un 'modèle
"Nous avons beaucoup bénéficié des retours d'expérience en Finlande et en France", a souligné Guo Limin. A l'inverse, alors que l'EPR a essuyé surcoûts, retards et déboires, notamment en Finlande et à Flamanville (France), les partenaires estiment que "le succès" de Taishan peut aujourd'hui servir de leçon. Un succès établi en particulier grâce à la "synergie des industries françaises et chinoises" et une "coordination de haut niveau" entre les neuf entreprises principales impliquées dans le projet, ont-ils souligné. "Le succès de Taishan peut aujourd'hui aider d'autres opérateurs EPR", a déclaré M. Guo. "En tant que premier EPR au monde, Taishan 1 apportera une pierre importante à la construction des réacteurs du même type dans le monde et servira de modèle pour le projet commun de Hinkley Point C en Grande-Bretagne porté par CGN et EDF", a aussi commenté dans un communiqué le président de China General Nuclear Power Group (CGN). L'année dernière EDF évoquait un risque de retard (15 mois) et de surcoût (+1,7 milliard d'euros) pour les deux réacteurs d'Hinkley Point. En ce qui concerne Taishan, ni EDF ni son partenaire chinois n'ont précisé le coût du projet. "Les travaux ne sont pas totalement terminés", a avancé M. Guo pour expliquer l'absence de chiffrage. Mais le responsable a aussi souligné que "les coûts de l'EPR pourraient être réduits, pour plus de rentabilité". Aucune indication n'a non plus été donnée sur le prolongement de la coopération sur Taishan, au-delà des deux premiers réacteurs. "Nous serions très heureux de poursuivre la coopération. Mais la décision n'appartient pas à EDF. Elle relève de CGN et du gouvernement chinois", a souligné Fabrice Fourcade. "Nous pouvons encore travailler ensemble pour conquérir plus de marchés à l'international", a suggéré de son côté M. Guo.
Mais la Chine construit aussi aujourd'hui son propre réacteur de 3e génération, Hualong, un projet dont CGN est partenaire, et a aussi mis en chantier l'AP1000 de l'américain Westinghouse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.