Gaïd Salah réitère: L'Armée n'a aucune ambition politique    Les «Forces de l'alternative démocratique» appellent à un dialogue «sérieux»    En rangs dispersés    Adrar: Deux complexes gaziers bloqués par des chômeurs    Groupe C : Sénégal - Algérie, aujourd'hui à 18h00: Une rude bataille tactique en vue    Une étude pour un nouveau plan de circulation: Le projet d'extension du tramway vers l'aéroport relancé    Groupe C : Kenya - Tanzanie, aujourd'hui à 21h00: Faux pas interdit pour les deux équipes    Syndicat autonome du secteur de la Solidarité nationale: «On est les prisonniers du système»    Le wali insiste sur l'application du principe de la gratuité des plages: Démantèlement des solariums illicites à la plage «Les Dunes»    Route nationale n°13: Saisie de plus de 7 tonnes de chocolat impropre par les gendarmes    Les héritiers de la lumière    Une grande école du ballon rond    Le Caire, ville sous haute sécurité    Le chef de l'Etat examine avec le Premier ministre les mécanismes de relance du processus électoral    La justice suit son cours    Benbitour suggère la création de 15 pôles de développement    Les trois auteurs du cambriolage d'une bijouterie neutralisés à Yellel    L'évolution de la consommation de drogue est «préoccupante»    Le Cameroun toujours là pour le titre... le Ghana accroché    Nécessité de donner une base académique à la musique Malouf    Sort des Groupes appartenant aux hommes d'affaires emprisonnés    Des experts pour enquêter sur les causes de la mort de poissons au Lac Oum Guellaz    Proposition d'un plan de paix    Plaidoyer pour une «présidentielle libre et transparente»    Un rituel ancré dans l'histoire de la région    USA : La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell    En franchissant les 11 milliards de dollars de ventes : Chanel réaffirme son indépendance    Algérie : L'inflation à 3,6% sur un an en mai 2019    Attention à l'anarchie profitable aux conservateurs    Sahara occidental : Le Polisario saisit le Conseil de sécurité sur l'expulsion d'avocats    Inventions Serge Armel Njidjou, inventeur d'une couveuse made in Cameroon interactive    Khamenei assure : L'Iran ne capitulera jamais devant les Etats-Unis    CA Bordj Bou Arreridj : El Hadi Belaâmiri, cinquième recrue    Djellab depuis Dakar : "La création de la ZLECAF érigera l'Afrique en force économique mondiale par excellence"    Hommages à celui qui a eu à accomplir quatre grandes missions durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Il y a 27 ...    Les 3 supporteurs en détention provisoire    Pas de révision des prix    La justice ordonne l'arrestation de l'ex-Président Kotcharian    Le gouvernement appelé à penser une législation spéciale    Le tapis de Babar au Salon international du tourisme de Berlin    La 55e édition du Festival international de Carthage du 11 juillet au 20 août 2019    AHMED GAID SALAH : ‘'L'armée accompagnera le peuple au sens propre du terme''    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Hanane Ashrawi dénonce    Heurts entre policiers et manifestants à Nouakchott    Pèlerinage au village natal de Matoub Lounès    Lutte contre la criminalité : Saisie de plus de 1100 comprimés de psychotropes    Le HCA plaide pour la suppression de l'aspect facultatif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





France : Les "gilets jaunes" veulent un nouveau départ de leur mobilisation
Publié dans Le Maghreb le 06 - 01 - 2019

Le mouvement des "gilets jaunes", qui a montré un certain essoufflement, veut faire de sa mobilisation de samedi (Acte 8) un nouveau départ afin de montrer au président Emmanuel Macron qu'ils sont "toujours là, plus nombreux et motivés que jamais".

La mobilisation de ce mouvement apolitique, affecté par les fêtes de fin d'année, a montré samedi passé un recul et n'a pu réunir les foules d'il y a quelques semaines.
Suite aux interpellations de plusieurs membres actifs du mouvement, dont notamment un des porte-paroles Eric Drouet, le groupe des "gilets jaunes" dénommé "La France en colère" a adressé jeudi une lettre ouverte au président Macron lui annonçant qu'ils iront "plus loin".
Appelant à manifester pour samedi, ce groupe de mécontents qui réunit sur Facebook près de 300.000 membres, a indiqué qu'il refusait de participer au "grand débat national" annoncé par le chef d'Etat français, le considérant comme un "piège politique pour tenter de noyer le sujet", à savoir la mise en place du référendum d'initiative populaire.
Le collectif revendique "la mise en place d'une baisse significative de toutes les taxes et impôts sur les produits de première nécessité" et "une baisse significative de toutes les rentes, salaires, privilèges et retraites courantes et futures des élus et hauts fonctionnaires d'Etat", soulignant au président Macron que "la colère va se transformer en haine si vous continuez, de votre piédestal, vous et vos semblables, à considérer le petit peuple comme des gueux".
Depuis le début de cette crise sociale, le président Macron et son gouvernement tentent, en annonçant des mesures sociales, d'apaiser la situation et calmer les esprits mais en vain.
Les "gilets jaunes" refusent ce qu'ils ont appelé les "miettes" et demandent la réforme du système de la gouvernance par la mise en place d'un référendum d'initiative citoyenne (RIC). Se sentant abusés par la verticalité du pouvoir, ils veulent instaurer un modèle démocratique plus participatif, à travers le RIC, et obliger les gouvernants à écouter les cris de la population française.
Dans cette situation de tension, le gouvernement a multiplié des déclarations pour discréditer le mouvement des "gilets jaunes", pourtant soutenu par la majorité des Français, l'accusant de "raciste" et d'"antisémite". A l'issue du Conseil des ministres de ce vendredi, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a indiqué que les derniers mobilisés étaient des "agitateurs qui veulent l'insurrection".
Pour lui, le gouvernement a apporté des réponses "concrètes et rapides" aux demandes portées par le mouvement, notamment sur le pouvoir d'achat, soulignant que "depuis ces annonces, le mouvement pour ceux qui restent encore mobilisés, est devenu le fait d'agitateurs qui veulent l'insurrection et au fond renverser le gouvernement".
"C'est désormais dans un combat politique qu'ils sont engagés pour contester la légitimité du gouvernement et du président de la République", a-t-il ajouté, réitérant que le gouvernement va agir avec fermeté.
Pour ce samedi, le mouvement a appelé, à travers les réseaux sociaux, à manifester sur "les places symboliques" à Paris, à Lyon, Bordeaux, Toulouse, Strasbourg, Besançon, Clermont-Ferrand ou encore Nice. A Paris, un rassemblement est prévu à 14h00 en face de l'hôtel de ville à 14h, où la lettre ouverte sera lue.
Les manifestants se dirigeront par la suite jusqu'au siège de l'Assemblée nationale française. Cette nouvelle mobilisation est considérée par nombre d'observateurs comme une démonstration de force pour montrer au gouvernement et aux médias, dont ces derniers sont jugés partiaux, que le mouvement n'a pas connu un affaiblissement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.