Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





France : Les "gilets jaunes" veulent un nouveau départ de leur mobilisation
Publié dans Le Maghreb le 06 - 01 - 2019

Le mouvement des "gilets jaunes", qui a montré un certain essoufflement, veut faire de sa mobilisation de samedi (Acte 8) un nouveau départ afin de montrer au président Emmanuel Macron qu'ils sont "toujours là, plus nombreux et motivés que jamais".

La mobilisation de ce mouvement apolitique, affecté par les fêtes de fin d'année, a montré samedi passé un recul et n'a pu réunir les foules d'il y a quelques semaines.
Suite aux interpellations de plusieurs membres actifs du mouvement, dont notamment un des porte-paroles Eric Drouet, le groupe des "gilets jaunes" dénommé "La France en colère" a adressé jeudi une lettre ouverte au président Macron lui annonçant qu'ils iront "plus loin".
Appelant à manifester pour samedi, ce groupe de mécontents qui réunit sur Facebook près de 300.000 membres, a indiqué qu'il refusait de participer au "grand débat national" annoncé par le chef d'Etat français, le considérant comme un "piège politique pour tenter de noyer le sujet", à savoir la mise en place du référendum d'initiative populaire.
Le collectif revendique "la mise en place d'une baisse significative de toutes les taxes et impôts sur les produits de première nécessité" et "une baisse significative de toutes les rentes, salaires, privilèges et retraites courantes et futures des élus et hauts fonctionnaires d'Etat", soulignant au président Macron que "la colère va se transformer en haine si vous continuez, de votre piédestal, vous et vos semblables, à considérer le petit peuple comme des gueux".
Depuis le début de cette crise sociale, le président Macron et son gouvernement tentent, en annonçant des mesures sociales, d'apaiser la situation et calmer les esprits mais en vain.
Les "gilets jaunes" refusent ce qu'ils ont appelé les "miettes" et demandent la réforme du système de la gouvernance par la mise en place d'un référendum d'initiative citoyenne (RIC). Se sentant abusés par la verticalité du pouvoir, ils veulent instaurer un modèle démocratique plus participatif, à travers le RIC, et obliger les gouvernants à écouter les cris de la population française.
Dans cette situation de tension, le gouvernement a multiplié des déclarations pour discréditer le mouvement des "gilets jaunes", pourtant soutenu par la majorité des Français, l'accusant de "raciste" et d'"antisémite". A l'issue du Conseil des ministres de ce vendredi, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a indiqué que les derniers mobilisés étaient des "agitateurs qui veulent l'insurrection".
Pour lui, le gouvernement a apporté des réponses "concrètes et rapides" aux demandes portées par le mouvement, notamment sur le pouvoir d'achat, soulignant que "depuis ces annonces, le mouvement pour ceux qui restent encore mobilisés, est devenu le fait d'agitateurs qui veulent l'insurrection et au fond renverser le gouvernement".
"C'est désormais dans un combat politique qu'ils sont engagés pour contester la légitimité du gouvernement et du président de la République", a-t-il ajouté, réitérant que le gouvernement va agir avec fermeté.
Pour ce samedi, le mouvement a appelé, à travers les réseaux sociaux, à manifester sur "les places symboliques" à Paris, à Lyon, Bordeaux, Toulouse, Strasbourg, Besançon, Clermont-Ferrand ou encore Nice. A Paris, un rassemblement est prévu à 14h00 en face de l'hôtel de ville à 14h, où la lettre ouverte sera lue.
Les manifestants se dirigeront par la suite jusqu'au siège de l'Assemblée nationale française. Cette nouvelle mobilisation est considérée par nombre d'observateurs comme une démonstration de force pour montrer au gouvernement et aux médias, dont ces derniers sont jugés partiaux, que le mouvement n'a pas connu un affaiblissement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.