Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Derbies à enjeux opposés, au Centre et à l'Ouest    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Une quarantaine d'exposants présents    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Tigounatine : Recueillement au village d'Ourida Meddad    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Neutralité écornée    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gouvernance vertueuse
Publié dans Le Maghreb le 17 - 01 - 2019

Désormais l'essor de l'économie nationale est tributaire de choix des meilleurs voies et moyens d'assumer l'avenir. Face au déséquilibre des marchés pétroliers et ses conséquences sur les équilibres macro-économiques, l'Algérie devrait s'impliquer davantage dans un processus de sortie de la dépendance de son économie des revenus des hydrocarbures, s'atteler à diversifier ses sources de revenus en créant de la richesse. Face à cette situation qu'impose l'économie mondiale, les Algériens doivent faire preuve de solidarité et plus que jamais se rassembler autour de l'essentiel à savoir s'adapter au changement en hissant l'économie nationale, les entreprises, les universités aux standards mondiaux d'excellence et de compétitivité et de rester fidèles à la doctrine en matière de politique sociale et de solidarité nationale. A ce sujet, le pays à ses propres capacités, le potentiel requis et l'ambition politique d'aller encore de l'avant. Rien et absolument rien ne doit remettre en cause ce vouloir d'aisance politique, démocratique, économique et sociale dans le respect des différences et des diversités car il y a cette fierté d'appartenir à la même patrie qui forme le ciment de la Nation et forge le destin commun.
Dans un de ses messages à la nation, le président de la République, Monsieur Abdelaziz Bouteflika a souligné : " Notre conviction est que la puissance des Etats repose désormais sur la faculté d'anticipation conjuguée à la compétitivité de leurs économies nationales, elles-mêmes articulées autour de la recherche et le développement. Seuls survivent les meilleurs, ceux en mesure d'anticiper le futur, de s'organiser pour le conquérir…Il nous incombe de régénérer la symbolique de Novembre de sorte que le patriotisme s'inscrive, dans l'esprit de notre jeunesse, dans une perspective d'innovation, de créativité ", de compétitivité et de quête de l'excellence. Le gouvernement a été instruit pour inscrire la relance de notre économie dans cette perspective et faire en sorte qu'elle fédère les forces vives de notre pays et repose sur l'énergie de notre jeunesse ".
Cette politique de relance a été associée au principe de la bonne gouvernance, et à l'équité sociale pour une nation forte et prospère. Une interpellation collective lancée par le Président Abdelaziz Bouteflika dès son premier mandat à la haute magistrature du pays pour une Algérie tournée vers une gouvernance vertueuse qui assure à tous et à chacun l'équité et la justice sociale. Le tout passe nécessairement par un changement de mentalité et de comportement. La réconciliation nationale avec ses corollaires positifs, la participation citoyenne, le dialogue inclusif, la prise en compte des valeurs nationales sont à ce sujet le socle de la paix, de la cohésion et la clef du succès national. L'atteinte d'un tel objectif pour lequel le Président Abdelaziz Bouteflika s'est engagé ; il est reconnu qu'en la matière, des défis importants restent à relever, si la société algérienne veut être en phase avec le besoin légitime de justice sociale et de transparence. C'est pourquoi le gouvernement, la société civile, les partis politiques, les partenaires économiques et sociaux ont été appelés à assurer chacun sa part de responsabilité pour faire de la bonne gouvernance et de l'équité, des réalités concrètes aux plans politiques, administratifs et économiques. Face à tous ces défis, l'Algérie ne peut prospérer dans le désordre, l'incivisme et la corruption qui sont des fléaux qui fragilisent la cohésion sociale et les efforts de développement pour le mieux-être des citoyens. De même que l'économie nationale ne peut se transformer sans une grande culture de l'effort, du sacrifice, du patriotisme, de l'intégrité et de l'action bien accomplie au service de tous, fondée sur l'Etat de droit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.