Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    Belfodil dans l'équipe type de la 30e journée    Le Nasr Es-senia vise la Ligue 2 à court terme    Ll'Algérie se plus chère sélection africaine présente en phase finale    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    Semaine de la critique riche en premiers films    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    Rassemblement des souscripteurs aux 200 LPA    Le discours de Gaïd Salah revu et corrigé    L'indépendance de la justice en question    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Le CC du FLN finit en queue de poisson    Les Belouizdadis visent la finale    Mellal, en "président" populaire du MCO    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Des habitants de la Casbah protestent devant la wilaya    Washington menace ses alliés    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Les étudiants toujours mobilisés    Mascara: Ils dépouillaient les voitures    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Les marchés couverts non exploités gérés par l'entreprise du marché de gros: La priorité aux jeunes activant dans l'informel    Oran : Les avocats marchent contre le système    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Tabbou fidèle à ses positions    Barbari Kheiredine seul candidat    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Le parcours de la 5e édition détaillé    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Un humoriste comédien à la tête de l'Ukraine    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    La solidarité en perspective du Ramadhan    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zone euro : Le départ de Draghi complique l'évolution du discours de la BCE
Publié dans Le Maghreb le 07 - 02 - 2019

Certains responsables de la Banque centrale européenne (BCE) sont réticents à l'idée de modifier le discours de l'institution sur l'évolution future des taux d'intérêt car cela risquerait de lier les mains du prochain président de l'institution avant même sa nomination, a-t-on appris de quatre sources proches du dossier.

Alors que l'économie de la zone euro montre des signes de ralentissement, le discours de la BCE en vigueur depuis l'an dernier, selon lequel elle s'achemine vers une hausse de taux, est de plus en plus déconnecté des anticipations des marchés. Mais ses dirigeants ont jusqu'à présent pris soin de ne pas donner d'indices sur l'évolution possible des taux après le départ du président, Mario Draghi, dont le mandat s'achèvera le 31 octobre.
Cette attitude prudente suggère que la BCE optera en priorité pour d'autres mesures, comme des prêts à long terme aux banques de la zone euro, pour soutenir le crédit et l'activité, tout en conservant la possibilité de modifier son discours sur les taux si la conjoncture se dégrade encore.
"Le fait de ne pas savoir qui sera le prochain président est vraiment la raison qui explique notre hésitation", a dit l'une des sources à Reuters.
"Normalement, ce ne serait pas un problème mais Draghi est une personnalité tellement puissante qu'il est assez difficile de s'engager au-delà de son mandat."
Le successeur de Mario Draghi doit être nommé après les élections européennes de la fin du mois de mai. Parmi les noms des personnalités données comme favorites pour prendre la présidence de la BCE figurent ceux de François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, et de Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, dont les opinions en matière de politique monétaire sont très différentes.
Ces divergences de vues compliquent la donne car le Conseil des gouverneurs de la BCE a pour tradition de s'aligner sur le discours du président, ses membres n'ayant pas pour habitude de contester publiquement celui-ci.

Prudence sur les signaux au-delà d'octobre
"Mais nous sommes pragmatiques et nous prendrons la décision si c'est nécessaire", a dit une autre source. "Simplement, nous devons être très prudents en matière de signaux au-delà du 31 octobre tant que nous ne savons qui va arriver."
Cette attitude prudente implique une probabilité faible d'un changement de discours lors de la prochaine réunion de politique monétaire, en mars, si la situation économique reste telle qu'elle est aujourd'hui, ont dit les sources.
La BCE a refusé de commenter ces informations.
La majorité des économistes interrogés par Reuters avant la réunion de politique monétaire du 24 janvier avaient dit s'attendre à une hausse du taux de dépôt (actuellement fixé à -0,40%) en décembre prochain alors que les contrats à terme sur les marchés monétaires n'intègrent aucun relèvement de taux avant la mi-2020.
Mario Draghi a simplement pris acte de ces anticipations lors de sa conférence de presse du 24 janvier, renvoyant à la réunion de mars, lors de laquelle la BCE présentera ses nouvelles prévisions de croissance et d'inflation.
L'assurance de Mario Draghi et sa tendance à prendre parfois des décisions sans recourir à des consultations larges et prolongées ont eu des avantages par le passé, notamment en 2012, en pleine crise de la zone euro, avec son discours promettant de défendre la monnaie unique "quoi qu'il en coûte" ("whatever it takes").
Mais ces traits de caractère risquent de devenir une contrainte à l'approche de la fin de son mandat, ont estimé plusieurs des responsables de la BCE interrogés.
Mardi, l'euro cédait un peu de terrain face au dollar vers 13h40 GMT, autour de 1,1420. Sur le marché des emprunts d'Etat, les informations de Reuters sur le recours possible à de nouveaux prêts à long terme aux banques (TLTRO) ont brièvement favorisé la baisse des rendements obligataires italiens: celui des emprunts d'Etat italiens à dix ans est revenu à 2,735% avant de remonter à 2,762%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.