Ménès : "La déclaration de Le Graet sur Benzema est déplacée"    Qualifs CAN 2021 : Le Sénégal enchaine bien face à l'Eswatini    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dévoile son programme électoral    SONATRACH : Kamel-Eddine Chikhi prend ses fonctions    CAMPAGNE ELECTORALE : Les médias signent la charte d'éthique    ORAN : Une marche de soutien à l'élection présidentielle    SIDI BEL ABBES : 30083 doses de vaccin antigrippal remises aux établissements de santé    Karaté/Coupe de France 2019 l'Algérienne Inès Abid en or    Sahara occidental: grande manifestation en Espagne contre la déclaration de Madrid    Des averses de pluie, parfois orageuses, annoncées au Centre et à l'Ouest du pays    Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants    Syrie: les USA s'efforcent de faire obstacle aux négociations entre le gouvernement et les Kurdes    CHU d'Oran : 100 cas d'intoxications aiguës aux pesticides enregistrés annuellement    Iran: 40 arrestations durant les manifestations contre le prix de l'essence    Marches populaires à Aokas et à Kherrata    20 morts dans une attaque contre un village    Manifestation pour le départ du Premier ministre    RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"    Entrée en service avant fin 2019 de l'Agence nationale pour le développement de la numérisation    La planche du naufrage !    Mellal : "La JSK aura besoin d'Al-Tubal en championnat"    Le Mouloudia pour oublier la dernière déconvenue    Les douze premiers qualifiés à l'Euro-2020    Ronaldo veut un 100e but, une qualif' et une revanche    La grande improvisation    «L'usine RAP a respecté tous ses engagements»    Le MNEA se mobilise    La France va revoir sa politique des visas    9 morts et 14 blessés en 48 heures    Le saviez-vous… ?    César Manrique, l'homme qui a fait de Lanzarote une œuvre d'art    Grande affluence aux Journées de la chanson bédouine et de la poésie populaire    Accord de partenariat pour l'entretien des sites archéologiques    16e édition de Dimajazz : inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    Le débat sur l'Islam est une provocation politique    Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»    Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?    Iran : Découverte d'un énorme gisement de pétrole, quel avenir pour son développement ?    Intempéries: De nombreux dégâts déplorés à Béjaïa    Oran Le projet de la "gestion intégrée des déchets ménagers" en débat    Liga: Villarreal - Atlético Madrid ne se jouera pas à Miami    Boumerdes Un projet de jumelage signé entre la wilaya et la province chinoise de Hainan    Chine La Chine porte un coup dur à la première puissance économique européenne    Bolivie: La sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim, Morales dénonce "un coup d'Etat"    Liban: Un nouveau gouvernement après huit mois de blocage    2e Journée d'Art Contemporain de Carthage : 57 artistes à "L'Internationale à l'Œuvre"    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    Cinéma : "Yuli" et "Karma" projetés à l'avant dernier jour du FICA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zone euro : Le départ de Draghi complique l'évolution du discours de la BCE
Publié dans Le Maghreb le 07 - 02 - 2019

Certains responsables de la Banque centrale européenne (BCE) sont réticents à l'idée de modifier le discours de l'institution sur l'évolution future des taux d'intérêt car cela risquerait de lier les mains du prochain président de l'institution avant même sa nomination, a-t-on appris de quatre sources proches du dossier.

Alors que l'économie de la zone euro montre des signes de ralentissement, le discours de la BCE en vigueur depuis l'an dernier, selon lequel elle s'achemine vers une hausse de taux, est de plus en plus déconnecté des anticipations des marchés. Mais ses dirigeants ont jusqu'à présent pris soin de ne pas donner d'indices sur l'évolution possible des taux après le départ du président, Mario Draghi, dont le mandat s'achèvera le 31 octobre.
Cette attitude prudente suggère que la BCE optera en priorité pour d'autres mesures, comme des prêts à long terme aux banques de la zone euro, pour soutenir le crédit et l'activité, tout en conservant la possibilité de modifier son discours sur les taux si la conjoncture se dégrade encore.
"Le fait de ne pas savoir qui sera le prochain président est vraiment la raison qui explique notre hésitation", a dit l'une des sources à Reuters.
"Normalement, ce ne serait pas un problème mais Draghi est une personnalité tellement puissante qu'il est assez difficile de s'engager au-delà de son mandat."
Le successeur de Mario Draghi doit être nommé après les élections européennes de la fin du mois de mai. Parmi les noms des personnalités données comme favorites pour prendre la présidence de la BCE figurent ceux de François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, et de Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, dont les opinions en matière de politique monétaire sont très différentes.
Ces divergences de vues compliquent la donne car le Conseil des gouverneurs de la BCE a pour tradition de s'aligner sur le discours du président, ses membres n'ayant pas pour habitude de contester publiquement celui-ci.

Prudence sur les signaux au-delà d'octobre
"Mais nous sommes pragmatiques et nous prendrons la décision si c'est nécessaire", a dit une autre source. "Simplement, nous devons être très prudents en matière de signaux au-delà du 31 octobre tant que nous ne savons qui va arriver."
Cette attitude prudente implique une probabilité faible d'un changement de discours lors de la prochaine réunion de politique monétaire, en mars, si la situation économique reste telle qu'elle est aujourd'hui, ont dit les sources.
La BCE a refusé de commenter ces informations.
La majorité des économistes interrogés par Reuters avant la réunion de politique monétaire du 24 janvier avaient dit s'attendre à une hausse du taux de dépôt (actuellement fixé à -0,40%) en décembre prochain alors que les contrats à terme sur les marchés monétaires n'intègrent aucun relèvement de taux avant la mi-2020.
Mario Draghi a simplement pris acte de ces anticipations lors de sa conférence de presse du 24 janvier, renvoyant à la réunion de mars, lors de laquelle la BCE présentera ses nouvelles prévisions de croissance et d'inflation.
L'assurance de Mario Draghi et sa tendance à prendre parfois des décisions sans recourir à des consultations larges et prolongées ont eu des avantages par le passé, notamment en 2012, en pleine crise de la zone euro, avec son discours promettant de défendre la monnaie unique "quoi qu'il en coûte" ("whatever it takes").
Mais ces traits de caractère risquent de devenir une contrainte à l'approche de la fin de son mandat, ont estimé plusieurs des responsables de la BCE interrogés.
Mardi, l'euro cédait un peu de terrain face au dollar vers 13h40 GMT, autour de 1,1420. Sur le marché des emprunts d'Etat, les informations de Reuters sur le recours possible à de nouveaux prêts à long terme aux banques (TLTRO) ont brièvement favorisé la baisse des rendements obligataires italiens: celui des emprunts d'Etat italiens à dix ans est revenu à 2,735% avant de remonter à 2,762%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.