Groupe A : L'Ouganda et le Zimbabwe se neutralisent    Dernière séance d'entrainement pour les Verts avant le choc face au Sénégal    AHMED GAID SALAH : ‘'L'armée accompagnera le peuple au sens propre du terme''    TERRAINS NON EXPLOITES : Une enquête dévoile les faux investisseurs à Oran    Serdouk Samir, le supporteur algérien expulsé d'Egypte écroué à la prison d'El Harrach    Pacte politique pour une véritable transition démocratique    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Grève et sit-in des avocats à Béjaïa    20 hectares ravagés par les flammes    La prise en charge des malades à revoir    La Protection civile prend les devants    EN : Belmadi ne fait pas de différence entre Baldé et Mané    Heurts entre policiers et manifestants à Nouakchott    Houassi invite les actionnaires à une réunion    Kalu, victime de déshydratation, apte à rejouer    Le Caire, ville sous haute sécurité    Hanane Ashrawi dénonce    8 opérateurs ont la mainmise sur le marché du médicament en Algérie    Sonatrach revoit ses ambitions d'investissement à la baisse    «Il n'y a pas de volonté politique de lutter contre la drogue»    Plusieurs agresseurs d'automobilistes appréhendés    Côtelettes d'agneau marinées au four    Pèlerinage au village natal de Matoub Lounès    Qu'est-ce qu'être algérien aujourd'hui ? éloge du vivre-ensemble    Le vieil esthète n'est pas fatigué !    Un voyage à travers 600 ans d'art universel    La Fondation Casbah condamne    Plan bleu de l'ETUSA : 17 dessertes vers les plages de la capitale    Lutte contre la criminalité : Saisie de plus de 1100 comprimés de psychotropes    Les étudiants réclament une Algérie «libre et démocratique»    Le match Sénégal-Algérie dirigé par le Zambien Janny Sikazwe    Pour désigner un successeur à Ouyahia: Session extraordinaire du RND le 6 juillet    L'inflation à 3,6%    Blida: Sept arrestations pour un trafic de 1,5 million de dollars et 600.000 euros    D'énormes potentialités    Signature d'une charte d'exploitation des nappes souterraines    La SDO change de main : Un nouveau directeur installé    Le HCA plaide pour la suppression de l'aspect facultatif    Un art, un sport de compétition et une thérapie    Toufik Hamoum à la tête d'un conseil technique    Ecole supérieure des blindés de Oued Chaâba (Batna) : Sortie de six promotions    Crise anglophone au Cameroun : La difficile équation d'un dialogue à plusieurs inconnues    Guerre commerciale avec les USA : Comment pourrait répliquer la Chine à cette escalade ?    Transfert : Billel Dziri nouvel entraîneur de l'USM Alger    Djellab à Dakar: "L'Algérie continuera à jouer un rôle primordial pour l'intégration économique intra-africaine"    L'opposition en conclave le 6 juillet    Qui a trompé l'agence Sputnik ?    Deux nouvelles attaques meurtrières dans le Nord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise au Venezuela : L'Arabie saoudite évalue l'impact sur le marché pétrolier
Publié dans Le Maghreb le 13 - 02 - 2019

Selon le ministre saoudien de l'énergie, Khalid al-Falih, la situation politique au Venezuela, l'un des plus grands pays exportateurs de pétrole, ne se reflète pas sur le marché pétrolier qui reste toujours "très stable".

Pour le moment, la crise au Venezuela n'affecte pas le marché pétrolier mondial, sans inciter non plus à aucune action supplémentaire, a déclaré le ministre saoudien de l'énergie, Khalid al-Falih, dans un entretien avec Sputnik. "L'impact sur le marché est nul pour l'instant. Le marché du pétrole est très stable. Aucune action n'est nécessaire maintenant", a indiqué à Sputnik Khalid al-Falih. Il a également ajouté qu'il n'avait pas discuté de la situation du Venezuela avec ses collègues de l'OPEP. Selon les estimations de la BP Statistical Review of World Energy, les réserves prouvées de pétrole au Venezuela s'élèvent à 300,9 milliards de barils (17,6% des réserves mondiales). À titre de comparaison, les réserves de l'Arabie saoudite avoisinent les 266,5 milliards de barils.

Le cours du baril grimpe
La tentative de coup d'État au Venezuela pourrait avoir des conséquences imprévues pour le marché pétrolier. Une partie de son pétrole pourrait quitter le marché si de nouvelles sanctions US étaient introduites. De l'autre côté, en cas de changement de régime, le Venezuela risquerait d'accroître la production, ce qui entraînerait un excès d'offre. La crise politique au Venezuela a figé le marché pétrolier mondial, écrit le site d'information Gazeta.ru. Les investisseurs et les spéculateurs ont marqué une pause, et la première réaction des cours pétroliers a été assez retenue: les cours ont légèrement fléchi avant de remonter. On ignore comment la situation révolutionnaire au Venezuela, l'un des plus grands pays exportateurs de pétrole, se reflétera sur sa production pétrolière, déclare l'expert du Centre financier international Vladimir Rojankovski. Cependant, dans la soirée du 24 janvier, le baril de Brent a même perdu 1,67% pour descendre à 60,56 dollars. Le lendemain matin, son prix est remonté à 61,67 dollars. Toutefois, ce calme pourrait n'être que temporaire. La production pétrolière au Venezuela est réduite, mais ses réserves sont immenses. Selon les estimations de la BP Statistical Review of World Energy, les réserves prouvées de pétrole au Venezuela s'élèvent à 300,9 milliards de barils (17,6% des réserves mondiales). A titre de comparaison, les réserves de l'Arabie saoudite avoisinent les 266,5 milliards de barils. En 2018, les États-Unis sont restés les plus grands acheteurs de pétrole lourd vénézuélien, dont ils importaient en moyenne plus de 500.000 barils par jour. Reuters avait déjà rapporté que l'administration de Donald Trump comptait décréter des sanctions pétrolières contre le Venezuela dès cette semaine si la situation politique continuait de s'aggraver dans le pays. Selon l'agence, le dirigeant américain étudie même la possibilité de durcir les sanctions allant jusqu'à l'embargo total sur les importations pétrolières de ce pays. Mais pour l'instant, le marché réagit modérément à ces rumeurs. L'éventuel impact négatif de la crise politique intérieure sur la production pétrolière dans le pays est déjà pris en compte dans les cours pétroliers. De plus, en cas de forte diminution de la production au Venezuela, la situation pourrait être stabilisée par l'Opep+ grâce à une augmentation des quotas pour les pays membres de l'accord, ce qui compenserait la baisse des fournitures vénézuéliennes.

"L'Inde reste l'un des plus gros importateurs de pétrole brut du Venezuela"
La crise politique au Venezuela, l'un des plus grands pays exportateurs de pétrole, ne se reflète pas sur les échanges entre Caracas et New Delhi. L'Inde reste l'un des plus gros importateurs de pétrole vénézuélien, a déclaré à Sputnik une source au sein du ministère indien des Affaires étrangères.
L'Inde reste l'un des plus gros acheteurs du pétrole brut vénézuélien, les importations de matières premières sur fond de crise dans ce pays d'Amérique latine n'ont pas cessé, a déclaré à Sputnik une source informée au sein du ministère indien des Affaires étrangères. "Selon nos données, l'Inde reste l'un des plus gros importateurs de pétrole brut du Venezuela. Les raffineries indiennes achètent quotidiennement plus de 400.000 barils de matières premières. Naturellement, nous suivons de près l'évolution de la situation, mais notre coopération n'a pas cessé", a déclaré le diplomate.
Selon lui, le partenariat entre New Delhi et Caracas dans le secteur de l'énergie se développe de manière dynamique: de plus en plus de sociétés indiennes manifestent un intérêt pour l'achat de pétrole brut vénézuélien. "Nous espérons que ces plans se réaliseront lorsque la situation se stabilisera", a ajouté l'interlocuteur de l'agence. Auparavant, le ministre saoudien de l'énergie, Khalid al-Falih, avait déclaré dans une interview accordée à Sputnik, que la situation politique au Venezuela, l'un des plus grands pays exportateurs de pétrole, ne se reflétait pas sur le marché pétrolier qui restait toujours "très stable". Le Trésor américain a annoncé lundi de nouvelles sanctions qui interdisent à la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne PDVSA de faire du commerce avec des entités américaines et gèlent ses avoirs à l'étranger. Ce geste est censé, selon Washington, faire pression sur Nicolas Maduro. Celui-ci a interprété les restrictions américaines comme une tentative de saisir la filiale états-unienne du raffineur. L'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain "Président en exercice" du pays et a prêté serment pendant une manifestation à Caracas. Donald Trump l'a reconnu comme "Président par intérim". Nicolas Maduro a estimé que les États-Unis avaient essayé d'organiser un coup d'État au Venezuela et a rompu les relations diplomatiques avec ce pays le 23 janvier. M. Maduro a qualifié M.Guaido de Président non constitutionnel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.