COVID-19: fabrication et commercialisation des masques de protection à partir de juin    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    DECES D'EL-YOUSSOUFI : Le président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ALGERIE POSTE : Disponibilité du réseau de l'ordre de 97.3% durant le Ramadhan    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    ORAN : Le wali booste les projets en cours    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    TISSEMSILT : Saisie de stupéfiant dans deux affaires différentes    Accidents de la route: 5 morts et 294 blessés durant les dernières 48 heures    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Le député FLN Abdelmalek Sahraoui bientôt devant le juge    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Covid-19: 360 cas guéris ont quitté les hôpitaux depuis l'apparition de la pandémie    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise au Venezuela : L'Arabie saoudite évalue l'impact sur le marché pétrolier
Publié dans Le Maghreb le 13 - 02 - 2019

Selon le ministre saoudien de l'énergie, Khalid al-Falih, la situation politique au Venezuela, l'un des plus grands pays exportateurs de pétrole, ne se reflète pas sur le marché pétrolier qui reste toujours "très stable".

Pour le moment, la crise au Venezuela n'affecte pas le marché pétrolier mondial, sans inciter non plus à aucune action supplémentaire, a déclaré le ministre saoudien de l'énergie, Khalid al-Falih, dans un entretien avec Sputnik. "L'impact sur le marché est nul pour l'instant. Le marché du pétrole est très stable. Aucune action n'est nécessaire maintenant", a indiqué à Sputnik Khalid al-Falih. Il a également ajouté qu'il n'avait pas discuté de la situation du Venezuela avec ses collègues de l'OPEP. Selon les estimations de la BP Statistical Review of World Energy, les réserves prouvées de pétrole au Venezuela s'élèvent à 300,9 milliards de barils (17,6% des réserves mondiales). À titre de comparaison, les réserves de l'Arabie saoudite avoisinent les 266,5 milliards de barils.

Le cours du baril grimpe
La tentative de coup d'État au Venezuela pourrait avoir des conséquences imprévues pour le marché pétrolier. Une partie de son pétrole pourrait quitter le marché si de nouvelles sanctions US étaient introduites. De l'autre côté, en cas de changement de régime, le Venezuela risquerait d'accroître la production, ce qui entraînerait un excès d'offre. La crise politique au Venezuela a figé le marché pétrolier mondial, écrit le site d'information Gazeta.ru. Les investisseurs et les spéculateurs ont marqué une pause, et la première réaction des cours pétroliers a été assez retenue: les cours ont légèrement fléchi avant de remonter. On ignore comment la situation révolutionnaire au Venezuela, l'un des plus grands pays exportateurs de pétrole, se reflétera sur sa production pétrolière, déclare l'expert du Centre financier international Vladimir Rojankovski. Cependant, dans la soirée du 24 janvier, le baril de Brent a même perdu 1,67% pour descendre à 60,56 dollars. Le lendemain matin, son prix est remonté à 61,67 dollars. Toutefois, ce calme pourrait n'être que temporaire. La production pétrolière au Venezuela est réduite, mais ses réserves sont immenses. Selon les estimations de la BP Statistical Review of World Energy, les réserves prouvées de pétrole au Venezuela s'élèvent à 300,9 milliards de barils (17,6% des réserves mondiales). A titre de comparaison, les réserves de l'Arabie saoudite avoisinent les 266,5 milliards de barils. En 2018, les États-Unis sont restés les plus grands acheteurs de pétrole lourd vénézuélien, dont ils importaient en moyenne plus de 500.000 barils par jour. Reuters avait déjà rapporté que l'administration de Donald Trump comptait décréter des sanctions pétrolières contre le Venezuela dès cette semaine si la situation politique continuait de s'aggraver dans le pays. Selon l'agence, le dirigeant américain étudie même la possibilité de durcir les sanctions allant jusqu'à l'embargo total sur les importations pétrolières de ce pays. Mais pour l'instant, le marché réagit modérément à ces rumeurs. L'éventuel impact négatif de la crise politique intérieure sur la production pétrolière dans le pays est déjà pris en compte dans les cours pétroliers. De plus, en cas de forte diminution de la production au Venezuela, la situation pourrait être stabilisée par l'Opep+ grâce à une augmentation des quotas pour les pays membres de l'accord, ce qui compenserait la baisse des fournitures vénézuéliennes.

"L'Inde reste l'un des plus gros importateurs de pétrole brut du Venezuela"
La crise politique au Venezuela, l'un des plus grands pays exportateurs de pétrole, ne se reflète pas sur les échanges entre Caracas et New Delhi. L'Inde reste l'un des plus gros importateurs de pétrole vénézuélien, a déclaré à Sputnik une source au sein du ministère indien des Affaires étrangères.
L'Inde reste l'un des plus gros acheteurs du pétrole brut vénézuélien, les importations de matières premières sur fond de crise dans ce pays d'Amérique latine n'ont pas cessé, a déclaré à Sputnik une source informée au sein du ministère indien des Affaires étrangères. "Selon nos données, l'Inde reste l'un des plus gros importateurs de pétrole brut du Venezuela. Les raffineries indiennes achètent quotidiennement plus de 400.000 barils de matières premières. Naturellement, nous suivons de près l'évolution de la situation, mais notre coopération n'a pas cessé", a déclaré le diplomate.
Selon lui, le partenariat entre New Delhi et Caracas dans le secteur de l'énergie se développe de manière dynamique: de plus en plus de sociétés indiennes manifestent un intérêt pour l'achat de pétrole brut vénézuélien. "Nous espérons que ces plans se réaliseront lorsque la situation se stabilisera", a ajouté l'interlocuteur de l'agence. Auparavant, le ministre saoudien de l'énergie, Khalid al-Falih, avait déclaré dans une interview accordée à Sputnik, que la situation politique au Venezuela, l'un des plus grands pays exportateurs de pétrole, ne se reflétait pas sur le marché pétrolier qui restait toujours "très stable". Le Trésor américain a annoncé lundi de nouvelles sanctions qui interdisent à la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne PDVSA de faire du commerce avec des entités américaines et gèlent ses avoirs à l'étranger. Ce geste est censé, selon Washington, faire pression sur Nicolas Maduro. Celui-ci a interprété les restrictions américaines comme une tentative de saisir la filiale états-unienne du raffineur. L'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain "Président en exercice" du pays et a prêté serment pendant une manifestation à Caracas. Donald Trump l'a reconnu comme "Président par intérim". Nicolas Maduro a estimé que les États-Unis avaient essayé d'organiser un coup d'État au Venezuela et a rompu les relations diplomatiques avec ce pays le 23 janvier. M. Maduro a qualifié M.Guaido de Président non constitutionnel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.