Météo.. Des pluies soutenues à l'Est    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine
Publié dans Le Maghreb le 17 - 02 - 2019

Le Nigeria a repoussé d'une semaine les élections générales (présidentielle et législatives) prévues ce samedi, a annoncé vendredi soir le président de la Commission nationale électorale indépendante.

"Pour pouvoir garantir la tenue d'élections libres, justes et crédibles, organiser le scrutin comme il était convenu n'est plus possible", a déclaré à la presse le président de cette Commission, Mahmood Yakubu, à l'issue d'une réunion en urgence dans la nuit.
La présidentielle et les législatives se dérouleront le samedi suivant, 23 février.
Les élections des gouverneurs, prévues le 2 mars, sont quant à elles reportées au 9 mars, "dans le but de garantir la bonne qualité de nos élections", a expliqué M. Yakubu.
La Commission électorale (INEC) s'est réunie en urgence vendredi dans la soirée.
Près de 84 millions d'électeurs étaient attendus dans les quelques 120.000 bureaux de vote qui devaient ouvrir dès 8H00, heure locale (7H00 GMT) à travers tout le pays.
Ils devaient élire un nouveau chef d'Etat, ainsi que les 360 sièges de la Chambre des représentants et les 109 du Sénat.

84 millions d'électeurs appelés aux urnes
Quelque 84 millions d'électeurs nigérians sont appelés aux urnes samedi prochain pour élire leurs nouveau président et Assemblée nationale dans un contexte marqué par une multitude de défis, alors que la population aspire à un changement à la mesure de leurs attentes.
Des scrutins régionaux auront lieu le 9 mars pour élire les gouverneurs des Etats et les membres des Assemblées locales, selon le calendrier électoral.
Pas moins de 73 candidats issus de 91 partis politiques sont en lice pour la présidentielle, dont le chef de l'Etat sortant, Muhammadu Buhari, qui affrontera son principal rival, de l'opposition l'ex vice-président Atiku Abubakar.
Selon les sondages, la concurrence s'annonce rude entre les deux candidats, le président sortant Buhari du parti du Congrès des progressistes (APC), au pouvoir depuis 2015 et l'ancien vice-président Abubakar, candidat du principal parti d'opposition nigérian, le Parti démocratique populaire (PDP).
Ces deux principales formations politiques s'accaparent la quasi-totalité des sièges dans les deux chambres du Parlement.

Insécurité, corruption, pauvreté... enjeux du scrutin
M. Buhari (76 ans) qui demeure le candidat favori de ce rendez-vous électoral a entamé sa campagne de réélection, en promettant de faire franchir une "nouvelle étape" au pays et de "construire un Nigeria plus fort".
Il a d'ores et déjà avancé cinq grandes promesses de campagne: créer des emplois, développer les infrastructures, faciliter les affaires, améliorer les ressources humaines, et renforcer l'inclusion politique, mettant l'accent sur la lutte contre la corruption - une campagne lancée en 2015 -, et qu'il a promis de poursuivre s'il était réélu en 2019.
Il a également promis de redoubler d'efforts en matière d'infrastructures, de relance économique et de lutte contre les rebelles en cas de réélection.
Ancien officier-Général, il est revenu au pouvoir en 2015 après avoir battu l'ancien président Goodluck Jonathan, devenant ainsi le premier candidat d'opposition à vaincre un président sortant dans une élection.
Face à lui, rivalise un adversaire redoutable, Atiku Abubakar (72 ans) ancien vice-président pendant huit ans (1999-2007), qui veut se placer comme le candidat favori du secteur privé et des jeunes pour remporter ce scrutin, la quatrième tentative pour lui d'accéder à la magistrature suprême.
Homme d'affaires multimillionnaire, Atiku Abubakar, a axé son programme lors de sa campagne électorale sur des sujets aussi variés que l'emploi, la sécurité nationale, la santé, l'éducation, les infrastructures et divers secteurs essentiels de l'économie.

Violences et tensions, appels au respect des résultats
Au terme d'une campagne marquée principalement par une vague de violences sans précédent et de tension, d'immenses rassemblements de dizaines de milliers de personnes ont eu lieu dans les différentes régions du pays. Des violences ont éclaté entre les sympathisants des deux camps, faisant plusieurs morts et blessés, provoquant des dégâts matériels dans certains bureaux de vote.
Trois bureaux de la Commission nationale indépendante électorale (INEC) ont été incendiés en moins de deux semaines alors que du matériel électoral ainsi que des milliers de lecteurs électroniques de cartes électorales ont été détruits. Les deux candidats ont appelé à éviter toute violence et à respecter le résultat.
Face à ces tensions MM. Buhari et Abubakar ont signé un texte d'un "accord de paix" passé entre plusieurs autres candidats qui appellent leurs partisans "à éviter toute violence ou acte qui puisse mettre en danger (le déroulement) d'élections libres, justes et crédibles" et s'engagent à en "respecter le résultat".
"Les élections ne constituent pas la démocratie à elles seules", a mis en garde le président sortant, soulignant l'importance de "l'engagement citoyen" pour atteindre "la bonne gouvernance".
Son adversaire Atiku Abubakar, ex-vice-président, a pour sa part appelé la commission électorale et les services de sécurité à rester neutres.
La campagne électorale a été marquée par l'arrivée de nombreux jeunes candidats, ils ont 25, 30 ans, et veulent être député ou président.
Profitant d'une loi, votée en mai 2018, qui a revu à la baisse l'âge des candidats aux élections, près de 1 500 jeunes briguent des postes aux niveaux des Assemblées fédérales et au Sénat, malgré leurs moyens financiers dérisoires.
Ces jeunes apportent des propositions concrètes, liées à leurs difficultés au quotidien. Ils proposent des lois pour éradiquer le chômage, promettant "l'accès à l'eau potable, de meilleurs services de santé ou encore une meilleure gestion du secteur de l'énergie".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.