COUR DE JUSTICE DE TIARET : Le nouveau procureur général installé    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    APC DE MERS EL KEBIR-ORAN : Des projets fantômes d'aménagement des écoles !    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    Al-Shabab: Benlamri met les points sur les i et explique son absence à l'entraînement    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    L'Opep pessimiste pour le marché pétrolier    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    La société civile veut un dialogue ouvert    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    Quatre médailles d'or, objectif des Algériens    Une entrée en matière en dilettante    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Pas de solution pour Neymar    Les judokas algériens décrochent neuf médailles dont deux en or    Rahabi dit non    Des professeurs de médecine dénoncent une ruse    Djemaï tire à boulets rouges sur ses détracteurs    Un mouvement de redressement pour destituer Djemaï    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Le présumé auteur du crime perpétré le second jour de l'Aïd arrêté    Des communes croulent sous les détritus    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    L'Algérie, invité d'honneur de la 42e édition    MC Alger : Le Doyen rate ses débuts    Texenna ( Jijel) : Une station monobloc pour améliorer l'AEP    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    Sarko and co    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine
Publié dans Le Maghreb le 17 - 02 - 2019

Le Nigeria a repoussé d'une semaine les élections générales (présidentielle et législatives) prévues ce samedi, a annoncé vendredi soir le président de la Commission nationale électorale indépendante.

"Pour pouvoir garantir la tenue d'élections libres, justes et crédibles, organiser le scrutin comme il était convenu n'est plus possible", a déclaré à la presse le président de cette Commission, Mahmood Yakubu, à l'issue d'une réunion en urgence dans la nuit.
La présidentielle et les législatives se dérouleront le samedi suivant, 23 février.
Les élections des gouverneurs, prévues le 2 mars, sont quant à elles reportées au 9 mars, "dans le but de garantir la bonne qualité de nos élections", a expliqué M. Yakubu.
La Commission électorale (INEC) s'est réunie en urgence vendredi dans la soirée.
Près de 84 millions d'électeurs étaient attendus dans les quelques 120.000 bureaux de vote qui devaient ouvrir dès 8H00, heure locale (7H00 GMT) à travers tout le pays.
Ils devaient élire un nouveau chef d'Etat, ainsi que les 360 sièges de la Chambre des représentants et les 109 du Sénat.

84 millions d'électeurs appelés aux urnes
Quelque 84 millions d'électeurs nigérians sont appelés aux urnes samedi prochain pour élire leurs nouveau président et Assemblée nationale dans un contexte marqué par une multitude de défis, alors que la population aspire à un changement à la mesure de leurs attentes.
Des scrutins régionaux auront lieu le 9 mars pour élire les gouverneurs des Etats et les membres des Assemblées locales, selon le calendrier électoral.
Pas moins de 73 candidats issus de 91 partis politiques sont en lice pour la présidentielle, dont le chef de l'Etat sortant, Muhammadu Buhari, qui affrontera son principal rival, de l'opposition l'ex vice-président Atiku Abubakar.
Selon les sondages, la concurrence s'annonce rude entre les deux candidats, le président sortant Buhari du parti du Congrès des progressistes (APC), au pouvoir depuis 2015 et l'ancien vice-président Abubakar, candidat du principal parti d'opposition nigérian, le Parti démocratique populaire (PDP).
Ces deux principales formations politiques s'accaparent la quasi-totalité des sièges dans les deux chambres du Parlement.

Insécurité, corruption, pauvreté... enjeux du scrutin
M. Buhari (76 ans) qui demeure le candidat favori de ce rendez-vous électoral a entamé sa campagne de réélection, en promettant de faire franchir une "nouvelle étape" au pays et de "construire un Nigeria plus fort".
Il a d'ores et déjà avancé cinq grandes promesses de campagne: créer des emplois, développer les infrastructures, faciliter les affaires, améliorer les ressources humaines, et renforcer l'inclusion politique, mettant l'accent sur la lutte contre la corruption - une campagne lancée en 2015 -, et qu'il a promis de poursuivre s'il était réélu en 2019.
Il a également promis de redoubler d'efforts en matière d'infrastructures, de relance économique et de lutte contre les rebelles en cas de réélection.
Ancien officier-Général, il est revenu au pouvoir en 2015 après avoir battu l'ancien président Goodluck Jonathan, devenant ainsi le premier candidat d'opposition à vaincre un président sortant dans une élection.
Face à lui, rivalise un adversaire redoutable, Atiku Abubakar (72 ans) ancien vice-président pendant huit ans (1999-2007), qui veut se placer comme le candidat favori du secteur privé et des jeunes pour remporter ce scrutin, la quatrième tentative pour lui d'accéder à la magistrature suprême.
Homme d'affaires multimillionnaire, Atiku Abubakar, a axé son programme lors de sa campagne électorale sur des sujets aussi variés que l'emploi, la sécurité nationale, la santé, l'éducation, les infrastructures et divers secteurs essentiels de l'économie.

Violences et tensions, appels au respect des résultats
Au terme d'une campagne marquée principalement par une vague de violences sans précédent et de tension, d'immenses rassemblements de dizaines de milliers de personnes ont eu lieu dans les différentes régions du pays. Des violences ont éclaté entre les sympathisants des deux camps, faisant plusieurs morts et blessés, provoquant des dégâts matériels dans certains bureaux de vote.
Trois bureaux de la Commission nationale indépendante électorale (INEC) ont été incendiés en moins de deux semaines alors que du matériel électoral ainsi que des milliers de lecteurs électroniques de cartes électorales ont été détruits. Les deux candidats ont appelé à éviter toute violence et à respecter le résultat.
Face à ces tensions MM. Buhari et Abubakar ont signé un texte d'un "accord de paix" passé entre plusieurs autres candidats qui appellent leurs partisans "à éviter toute violence ou acte qui puisse mettre en danger (le déroulement) d'élections libres, justes et crédibles" et s'engagent à en "respecter le résultat".
"Les élections ne constituent pas la démocratie à elles seules", a mis en garde le président sortant, soulignant l'importance de "l'engagement citoyen" pour atteindre "la bonne gouvernance".
Son adversaire Atiku Abubakar, ex-vice-président, a pour sa part appelé la commission électorale et les services de sécurité à rester neutres.
La campagne électorale a été marquée par l'arrivée de nombreux jeunes candidats, ils ont 25, 30 ans, et veulent être député ou président.
Profitant d'une loi, votée en mai 2018, qui a revu à la baisse l'âge des candidats aux élections, près de 1 500 jeunes briguent des postes aux niveaux des Assemblées fédérales et au Sénat, malgré leurs moyens financiers dérisoires.
Ces jeunes apportent des propositions concrètes, liées à leurs difficultés au quotidien. Ils proposent des lois pour éradiquer le chômage, promettant "l'accès à l'eau potable, de meilleurs services de santé ou encore une meilleure gestion du secteur de l'énergie".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.