Galatasaray : Falcao est attendu demain    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    Le pouvoir d'achat des citoyens sera préservé    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    Un match contre ses détracteurs    Le FC Barcelone va faire une offre de prêt pour Neymar    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Les habitants revendiquent la délocalisation de la décharge    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    L'activité commerciale peine à reprendre    Gros marché    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Les fausses peurs des «experts»    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Le ministère de la Santé nous écrit    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    La citoyenneté en débat    Convergence à Ifri pour un ressourcement    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Une campagne vouée a l'échec    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    17.200 Seat vendues en 7 mois    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance économique durable
Publié dans Le Maghreb le 19 - 02 - 2019

La stratégie de relance et de développement industriel s'inscrit dans un processus économique global qui repose sur une vision nouvelle du devenir de l'économie et de la société, et qui est fondée sur la liberté d'entreprise, la rationalisation économique et le renforcement du système de solidarité sociale .La paix, la stabilité et la cohésion sociales sont des déterminants essentiels de la croissance économique et constituent, avec le rétablissement des grands équilibres macro-économiques et la réhabilitation de la paix et de la sécurité, le socle sur lesquels peuvent se consolider la démocratie et le développement économique et social.
Dans cette voie, la priorité de l'Algérie est allée tout d'abord à la réconciliation et au rétablissement de l'entente nationale. La paix revenue, il était nécessaire de renforcer la cohésion sociale. Mais comme, le développement économique exige des bases stables pour l'économie nationale, la seconde priorité a donc été la mise en place des conditions d'une stabilité macro-économique dans une perspective de moyen terme et ainsi éviter à la population des retournements et une situation de crise. Cette politique a nécessité au cours de ces derrières années un plan efficient en dépit de la crise du baril de pétrole. L'Etat a été rétabli dans son statut de " responsable " des objectifs économiques à moyen et long termes et dans son rôle d'initiateur et promoteur du programme de transformation et de développement de l'économie nationale, la mise en place d'un cadre et des mécanismes de concertation tel que le Pacte économique et social avec les opérateurs économiques
Cette stratégie nationale de croissance économique a naturellement pris en considération les grandes mutations de l'économie mondiale ; l'innovation et l'expertise distinguent, désormais, économie nationale capable de soutenir une croissance endogène et celle qui est dans une situation de fragilité permanente, même si elle dispose, par ailleurs, de ressources naturelles ou financières importantes. Et ainsi un nouveau clivage s'est dessiné : le monde compte des économies dominantes et efficientes du fait de la maîtrise de l'innovation (économies développées et économies émergentes) et des économies non efficientes, en transition permanente.
"Notre paradoxe est que notre économie bénéficie d'un taux d'investissement qui a été et qui reste encore un des plus élevés alors que ses performances sont insuffisantes pour assurer un décollage définitif. L'explication d'un tel paradoxe est à rechercher dans la structuration du cadre de fonctionnement de l'économie.
Nous devons transformer notre système économique si nous voulons que les investissements nationaux s'accroissent, que nos entreprises deviennent plus efficientes, et notre taux de croissance atteigne les niveaux nécessaires pour un développement durable. C'est là, que réside le cœur de notre stratégie de croissance économique. La réussite des politiques de profonde transformation que nous avons engagées pour lever les rigidités de notre économie est, absolument, nécessaire. Je rappelle que ces politiques, toutes mises en œuvre maintenant, concernent l'émergence d'un marché financier diversifié et intégré, la constitution et la consolidation d'un marché transparent du foncier économique, le renforcement de la transparence et du caractère concurrentiel du marché. La création et le développement de ces marchés sont étroitement liés à la mise en œuvre des initiatives prises en ce qui concerne la modernisation du système judiciaire.
Cette mise en œuvre doit être accompagnée du développement significatif des ressources humaines et du développement des infrastructures nationales inscrites et la réhabilitation des rouages administratifs de l'Etat.
A travers cette politique, la finalité première est d'assurer une croissance économique durable, de résorber le chômage et de relever le niveau de vie et de bien-être de la population. Une voie qui est à la mesure des atouts du pays et de la volonté politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.