Golan occupé.. Les habitants du Golan dénoncent Washington    Eliminatoires CAN 2019 U23 (match aller).. Guinée Equatoriale 0 Algérie 0    ligue 1.. Lamine Kebir : «L'USMA a toujours son destin entre les mains»    Journée internationale des forêts.. Près d'un million d'arbres ont été plantés en Algérie    Festival «lire en fête» à Khenchela.. Grande affluence    Tébessa.. Deux bombes artisanales détruites    En amical hier à Paris.. La JSK s'incline face au Red Star (1-0)    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Trucs et astuces    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance économique durable
Publié dans Le Maghreb le 19 - 02 - 2019

La stratégie de relance et de développement industriel s'inscrit dans un processus économique global qui repose sur une vision nouvelle du devenir de l'économie et de la société, et qui est fondée sur la liberté d'entreprise, la rationalisation économique et le renforcement du système de solidarité sociale .La paix, la stabilité et la cohésion sociales sont des déterminants essentiels de la croissance économique et constituent, avec le rétablissement des grands équilibres macro-économiques et la réhabilitation de la paix et de la sécurité, le socle sur lesquels peuvent se consolider la démocratie et le développement économique et social.
Dans cette voie, la priorité de l'Algérie est allée tout d'abord à la réconciliation et au rétablissement de l'entente nationale. La paix revenue, il était nécessaire de renforcer la cohésion sociale. Mais comme, le développement économique exige des bases stables pour l'économie nationale, la seconde priorité a donc été la mise en place des conditions d'une stabilité macro-économique dans une perspective de moyen terme et ainsi éviter à la population des retournements et une situation de crise. Cette politique a nécessité au cours de ces derrières années un plan efficient en dépit de la crise du baril de pétrole. L'Etat a été rétabli dans son statut de " responsable " des objectifs économiques à moyen et long termes et dans son rôle d'initiateur et promoteur du programme de transformation et de développement de l'économie nationale, la mise en place d'un cadre et des mécanismes de concertation tel que le Pacte économique et social avec les opérateurs économiques
Cette stratégie nationale de croissance économique a naturellement pris en considération les grandes mutations de l'économie mondiale ; l'innovation et l'expertise distinguent, désormais, économie nationale capable de soutenir une croissance endogène et celle qui est dans une situation de fragilité permanente, même si elle dispose, par ailleurs, de ressources naturelles ou financières importantes. Et ainsi un nouveau clivage s'est dessiné : le monde compte des économies dominantes et efficientes du fait de la maîtrise de l'innovation (économies développées et économies émergentes) et des économies non efficientes, en transition permanente.
"Notre paradoxe est que notre économie bénéficie d'un taux d'investissement qui a été et qui reste encore un des plus élevés alors que ses performances sont insuffisantes pour assurer un décollage définitif. L'explication d'un tel paradoxe est à rechercher dans la structuration du cadre de fonctionnement de l'économie.
Nous devons transformer notre système économique si nous voulons que les investissements nationaux s'accroissent, que nos entreprises deviennent plus efficientes, et notre taux de croissance atteigne les niveaux nécessaires pour un développement durable. C'est là, que réside le cœur de notre stratégie de croissance économique. La réussite des politiques de profonde transformation que nous avons engagées pour lever les rigidités de notre économie est, absolument, nécessaire. Je rappelle que ces politiques, toutes mises en œuvre maintenant, concernent l'émergence d'un marché financier diversifié et intégré, la constitution et la consolidation d'un marché transparent du foncier économique, le renforcement de la transparence et du caractère concurrentiel du marché. La création et le développement de ces marchés sont étroitement liés à la mise en œuvre des initiatives prises en ce qui concerne la modernisation du système judiciaire.
Cette mise en œuvre doit être accompagnée du développement significatif des ressources humaines et du développement des infrastructures nationales inscrites et la réhabilitation des rouages administratifs de l'Etat.
A travers cette politique, la finalité première est d'assurer une croissance économique durable, de résorber le chômage et de relever le niveau de vie et de bien-être de la population. Une voie qui est à la mesure des atouts du pays et de la volonté politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.