L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Abdelaziz Belaïd officiellement partant    Le clan de Djemaï ne cède pas les commandes    Des acteurs de la révolution du 22 février tentent de s'organiser    Imminent changement à la tête des médias publics    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Vers la fermeture de l'usine Renault    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Le GSP (Dames) et le CRBBA (Messieurs) sacrés    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Le labyrinthe    Le wali délégué de Draâ Errich installé    Grave incendie dans une école primaire    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Deux foires commerciales ravagées par les flammes    Sit-in des souscripteurs AADL    Découverte d'une microplantation de cannabis    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    ...sortir ...sortir ...sortir ...    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Les maires de Béjaïa tournent le dos au scrutin    Béjaïa : Les manifs continuent    Procès de Louisa Hanoune : L'Alternative démocratique réclame sa «relaxe»    Indices    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Coupe arabe : La JS Saoura prépare Al Shabab    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    FAF - Frais d'engagement des clubs: Délai prolongé jusqu'au 31 décembre    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'Algérie à la croisée des chemins : Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Google Pixel 4 et Pixel 4 XL attendus pour la mi-octobre    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Horreur à Oum El-Bouaghi    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Changement à la tête de l'Etat : Abderrahmane Mebtoul énonce les scénarios possibles pour éviter un blocage des institutions
Publié dans Le Maghreb le 18 - 03 - 2019

A un moment où se confirme le départ à la tête de l'Etat du président Bouteflika, après quatre mandats successifs, se pose la question de savoir s'il n'existe pas de sérieux risques de blocage institutionnels. Approché, ce dimanche, par l'émission L'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, le spécialiste en questions économiques et stratégiques, Abderahmane Mebtoul, avance cinq scénarios possibles dont il tient à observer qu'ils " ne demandent pas de solutions juridiques ".
De 1963 à 2016, rappelle-t-il, les différentes constitutions ont été " rarement appliquées ", tout comme, souligne-t-il, nous avons assisté à des suspensions de Constitutions, de 1965 à 1975, raison pour laquelle, souligne-t-il, il faut éviter le juridisme, " la crise étant avant tout politique ".
Présentant son premier scénario, il note que celui-ci favoriserait l'institution d'un " Etat d'exception ", ce qui, indique-t-il, n'est pas souhaitable, " sauf crise majeure visant à préserver l'unité de l'ANP et des services de sécurité ". La symbiose de l'Armée avec le peuple algérien, pourrait, souligne-t-il, contribuer à éviter les " drames des années passées ".
Le second scénario, poursuit-il, consisterait à aller vers l'élection présidentielle, après la démission de l'actuel chef de l'Etat, le président du Senat étant chargé de la transition, après analyse de tous les impacts de cette option et en privilégiant la sécurité nationale.
Pour ce qui concerne le troisième scénario, M. Mebtoul fait appel à l'article 102 de la Constitution donnant le pouvoir au président du Sénat d'organiser cette élection.
Pour ce qui a trait au quatrième scénario, l'invité de la rédaction met en avant le report d'élections qui doivent être fixées à une date précise, " ne dépassant pas une année ", avec une période de transition et la promesse de l'actuel président de ne pas briguer un cinquième mandat.
Ce dernier, indique-t-il, doit être entouré d'un Comité des sages " non partisans, émanant de la société (...) qui était dans la rue ", ainsi que d'une instance de surveillance des élections composée de divers partis de la société civile, le ministère de l'Intérieur se chargeant des seuls aspects logistiques.
Après le départ de l'ancien président, l'intervenant met en avant la constitution d'un gouvernement de technocrates, avec la mise sur table de toutes les revendications populaires, " afin de réaliser la transition politique et économique ".
En conclusion, il appartiendra, relève-il, au nouveau président de réviser la Constitution, de dissoudre les assemblées élues et de s'attacher à entreprendre la transition démocratique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.