Comment faire du Bouteflika sans Bouteflika    Référendum sur la constitution en Egypte : Un plébiscite pour renforcer le pouvoir d'Al Sissi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    On vous le dit    Jijel : Des aigles retrouvés morts dans la nature    Décès de l'historienne Annie-Rey Goldzeiguer    Réconciliation historique    Musique : Amgud ula ahriq nouvel album d'Idir Akfadou    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Football - Ligue 1: Des enjeux énormes pour tout le monde    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    UAFA - Incident entre Raouraoua et Bahloul: La FAF réagit et exige des excuses    Tizi Ouzou, Bouira: Imposantes marches pour le printemps berbère    Une mascarade de plus au détriment de l'intérêt national    Le choix des armes    51 morts sur les routes en une semaine    Pour réclamer leur dû auprès de l'APC d'Oran: Des entreprises privées, chargées des démolitions des habitations protestent    Plusieurs quartiers et cités ciblés par l'opération: Vers la réhabilitation des façades de 433 immeubles    Rencontre des Fédérations de wilaya, aujourd'hui, à Alger: L'UGTA à l'heure du changement    128 millions de mètres cubes: Situation rassurante des réserves en eau    RND: Des dizaines de militants demandent le départ de Ouyahia    Le quart de rôle de Bensalah    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    En soutien aux revendications du Hirak populaire : Les avocats poursuivent le boycott des audiences    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Transition politique : Me Brahimi plaide pour la mise en place d'une commission souveraine    Création de zones de pêche réglementées : Pour une exploitation durable de la ressource halieutique    Bourses : L'Europe finit en légère hausse avant le week-end de Pâques    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    CAN-2019 (préparation): Algérie - Mali le 16 juin à Abu Dhabi    FAC : L'AG élective fixée pour le 27 avril    13 présumés auteurs de crimes et délits interpellés    Légère baisse des importations    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    Ould Abbès obtient l'autorisation    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    Un 39e anniversaire particulier    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    La semaine du titre pour le Barça ?    Papicha sur la croisette    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Changement à la tête de l'Etat : Abderrahmane Mebtoul énonce les scénarios possibles pour éviter un blocage des institutions
Publié dans Le Maghreb le 18 - 03 - 2019

A un moment où se confirme le départ à la tête de l'Etat du président Bouteflika, après quatre mandats successifs, se pose la question de savoir s'il n'existe pas de sérieux risques de blocage institutionnels. Approché, ce dimanche, par l'émission L'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, le spécialiste en questions économiques et stratégiques, Abderahmane Mebtoul, avance cinq scénarios possibles dont il tient à observer qu'ils " ne demandent pas de solutions juridiques ".
De 1963 à 2016, rappelle-t-il, les différentes constitutions ont été " rarement appliquées ", tout comme, souligne-t-il, nous avons assisté à des suspensions de Constitutions, de 1965 à 1975, raison pour laquelle, souligne-t-il, il faut éviter le juridisme, " la crise étant avant tout politique ".
Présentant son premier scénario, il note que celui-ci favoriserait l'institution d'un " Etat d'exception ", ce qui, indique-t-il, n'est pas souhaitable, " sauf crise majeure visant à préserver l'unité de l'ANP et des services de sécurité ". La symbiose de l'Armée avec le peuple algérien, pourrait, souligne-t-il, contribuer à éviter les " drames des années passées ".
Le second scénario, poursuit-il, consisterait à aller vers l'élection présidentielle, après la démission de l'actuel chef de l'Etat, le président du Senat étant chargé de la transition, après analyse de tous les impacts de cette option et en privilégiant la sécurité nationale.
Pour ce qui concerne le troisième scénario, M. Mebtoul fait appel à l'article 102 de la Constitution donnant le pouvoir au président du Sénat d'organiser cette élection.
Pour ce qui a trait au quatrième scénario, l'invité de la rédaction met en avant le report d'élections qui doivent être fixées à une date précise, " ne dépassant pas une année ", avec une période de transition et la promesse de l'actuel président de ne pas briguer un cinquième mandat.
Ce dernier, indique-t-il, doit être entouré d'un Comité des sages " non partisans, émanant de la société (...) qui était dans la rue ", ainsi que d'une instance de surveillance des élections composée de divers partis de la société civile, le ministère de l'Intérieur se chargeant des seuls aspects logistiques.
Après le départ de l'ancien président, l'intervenant met en avant la constitution d'un gouvernement de technocrates, avec la mise sur table de toutes les revendications populaires, " afin de réaliser la transition politique et économique ".
En conclusion, il appartiendra, relève-il, au nouveau président de réviser la Constitution, de dissoudre les assemblées élues et de s'attacher à entreprendre la transition démocratique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.