Dans le respect de la Constitution et des lois républicaines : L'ANP fera face aux plans de la discorde    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    "L'aide de l'armée est capitale"    Le Hirak doit désigner une élite qui le représente    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Chakib Khelil devant la Cour suprême    l'ambassade de France dément officiellement    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Zone euro : Reflux de la dette en 2018 mais l'Italie fait tache    Pétrole : L'amélioration des fondamentaux du marché derrière l'ascension des cours    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    Coupe d'Algérie (demi-finales/retour), aujourd'hui, JSMB-ESS : Avantage pour Béjaia mais…    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    Les examens sont du ressort des universités    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Ain Lahdjer (Bouira).. Le non bénéficiaires de logement reviennent à la charge    Il sera poursuivi pour infraction à la législation.. Chakib Khelil devant la Cour suprême    Nouveau PDG de Sonatrach.. Rachid Hachichi prend ses fonctions    Après avoir critiqué l'opposition, il se dit ouvert à toute proposition constructive et initiative.. Le discours apaisant de Gaïd Salah    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    Coupe d'Algérie (1/2 finale retour) CRB 2 : CSC 0.. Le Chabab s'offre sa onzième finale    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    L'Algérie 5e plus chère sélection africaine présente en Egypte    L'atteinte au patrimoine peut conduire à l'effacement de l'identité civilisationnelle    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    Semaine de la critique riche en premiers films    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Golan syrien occupé: Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger
Publié dans Le Maghreb le 25 - 03 - 2019

La Syrie et l'ensemble de la communauté internationale ont vivement condamné les propos du président américain Donald Trump concernant la reconnaissance des Etats Unis de la souveraineté d'Israël sur le Golan syrien occupé, y voyant une "violation flagrante" par Washington des lois de la légitimité internationale.

Israël avait occupé le Golan syrien lors de la guerre des Six Jours en 1967 et l'a annexé en 1981, mais la communauté internationale n'a jamais reconnu cette annexion. Le président Trump a affiché l'intention de son pays de reconnaitre la souveraineté d'Israël sur ce territoire.
"Après 52 ans, il est temps pour les Etats-Unis de reconnaître pleinement la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan", a affirmé jeudi le président américain sur son compte Twitter.
Cette déclaration a été immédiatement critiquée par le gouvernement syrien.
Une source officielle du ministère des Affaires étrangères et des expatriés a assuré à l'agence de presse Sana que Damas "condamne avec les termes les plus sévères les déclarations irresponsables du président américain sur le Golan syrien occupé", affirmant que "ces déclarations ne changeront rien de la réalité que le Golan est toujours un territoire arabe syrien".
Cette position exprime, selon cette source, la violation flagrante par les Etats-Unis des lois de la légitimité internationale, notamment de la résolution du Conseil de sécurité n 497 de l'an 1981 qui rejette la décision du gouvernement d'occupation israélienne et ses mesures arbitraires concernant le Golan.
Les propos de Trump "confirment une nouvelle fois le parti pris aveugle des Etats-Unis en faveur de l'occupation et leur soutien à cette attitude agressive", a encore dénoncé la diplomatie syrienne.
Dans le même contexte, la Syrie a réclamé vendredi à l'ONU de faire respecter ses résolutions et de "condamner" la déclaration de Donald Trump sur le Golan syrien occupé.

Tollé régional et international
Sur le plan régional, les déclarations de Trump sur le Golan occupé ont été vivement critiquées notamment en Egypte qui a, dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, réaffirmé sa "position ferme" sur le statut du plateau du Golan, considéré comme un territoire arabe occupé.
"Du point de vue des résolutions internationales légitimes, la souveraineté légale et administrative d'Israël sur le plateau du Golan syrien occupé est une décision invalide et illégitime", indique le document.
L'Egypte confirme l'"importance pour tout un chacun de respecter les résolutions internationales légitimes et la Charte des Nations Unies aux yeux desquelles il est inacceptable d'acquérir des terres par la force", ajoute le communiqué.
Pour sa part, le secrétaire général de la Ligue arabe (LA) Ahmed Aboul Gheit a jugé "illégale et hors de propos" la reconnaissance de la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan par le président américain
"La Ligue arabe soutient entièrement les droits de la Syrie, notant que la manœuvre des Etats-Unis auraient de dangereuses répercussions sur le conflit israélo-arabe", a-t-il averti, réitérant le soutien de l'organisation à la Syrie pour la récupération de son territoire occupé.
La Jordanie a, elle aussi, exprimé son indignation face à la position américaine à l'égard du Golan occupé. "La paix durable et complète exige le retrait d'Israël de l'ensemble des territoires arabes occupés et le plateau du Golan fait partie de ces territoires occupés", a souligné dans ce sens, son ministre des Affaires étrangères, Ayman Safadi. Pour Téhéran, "les décisions personnelles de Donald Trump démontrent une fois de plus la réalité de la politique américaine, qui constitue une menace pour le monde entier et pourrait conduire à une série de crises graves et nouvelles dans la région.
Aux yeux du président turc, Recep Tayyip Erdogan, la déclaration de Donald Trump sur le plateau du Golan syrien occupé par Israël, mettra "la région au bord d'une nouvelle crise".
"Il est hors de question pour la Turquie et l'OCI (Organisation de la coopération islamique) de rester silencieuses devant un sujet aussi sensible", a-t-il souligné. "Nous n'autoriserons jamais la légitimation de l'occupation du plateau du Golan syrien", a ajouté Erdogan à l'ouverture vendredi d'une réunion de l'OCI à Istanbul.
A l'étranger, la diplomatie russe a affirmé que le changement du statut du Golan syrien sans l'autorisation du Conseil de sécurité de l'ONU constituerait "une violation directe de ses résolutions", et qualifié "la décision d'Israël d'étendre sa souveraineté à ce territoire d'"illégale".
De son côté, la Chine a appelé toutes les parties concernées à régler les différends territoriaux liés au plateau du Golan "selon les accords concernés des Nations unies".
La reconnaissance de la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan, évoquée par le président Trump, a aussi suscité l'indignation de la France qui a souligné que cette action "serait contraire au droit international".
Dans un communiqué de son porte-parole, le quai d'Orsay a rappelé que "le Golan est un territoire occupé par Israël depuis 1967. La France ne reconnaît pas l'annexion israélienne de 1981".
Et en Allemagne, le gouvernement a affiché sa détermination à continuer à considérer le plateau du Golan "comme un territoire occupé".

Damas condamne fermement les déclarations de Trump
La Syrie a condamné, vendredi, fermement les déclarations du président américain concernant la reconnaissance des Etats Unis de la souveraineté d'Israël sur le Golan syrien occupé, soulignant que ces déclarations ne changeront rien de la réalité que le Golan qui est toujours territoire syrien, ont rapporté des médias locaux.
Une source officielle du ministère des Affaires étrangères et des expatriés a assuré à l'agence Sana que "la République arabe syrienne condamne avec les termes les plus sévères les déclarations irresponsables du président américain sur le Golan syrien occupé", affirmant que "ces déclarations ne changeront rien de la réalité que le Golan qui est toujours arabe syrien".
"Cette position américaine quant au Golan syrien occupé exprime la violation flagrante par les Etats-Unis des lois de la légitimité internationale, notamment de la résolution du Conseil de sécurité N 497 de l'an 1981 qui rejette la décision du gouvernement d'occupation israélienne et ses mesures arbitraires concernant le Golan et la considère comme nulle et non avenue", a ajouté l'agence syrienne.
Israël avait occupé le Golan syrien lors de la guerre des Six Jours en 1967 et l'a annexée en 1981, mais la communauté internationale n'a jamais reconnu cette annexion.
Les déclarations du président américain "confirment une nouvelle fois le parti pris aveugle des Etats-Unis en faveur de l'occupation et leur soutien à cette attitude agressive", a dénoncé, en outre, la diplomatie syrienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.