Le Tribunal militaire de Blida rejette la demande de libération provisoire de Louisa Hanoune    Le Barça n'avait jamais laissé le Real aussi loin derrière    CRISE POLITIQUE EN ALGERIE : Gaïd Salah insiste sur la tenue de la présidentielle    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Le procès d'Ali Haddad reporté    En bref…    Juventus : Allegri donne la raison de son départ    Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    EXAMENS DE FIN D'ANNEE A MASCARA : Plus de 45.000 candidats face aux épreuves    Les pharmaciens d'officine protestent    Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    L'appui de Benflis    Quelques vérités bonnes à dire    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    Appel à un dialogue "franc" avec l'institution militaire    ACTUCULT    Les antiquités en péril recherchent désespérément un nouveau musée    Tajine malsouka au poulet    Cheveux d'ange au miel    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Du talent à revendre    On vous le dit    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Les joueurs en grève    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Gaïd Salah peaufine sa réponse    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ
Publié dans Le Maghreb le 21 - 04 - 2019

La Banque du Japon (BoJ) devrait annoncer la semaine prochaine que l'inflation restera sans doute inférieure à son objectif de 2% jusqu'à la fin de l'exercice budgétaire clos le 31 mars 2022, ont déclaré des sources jeudi, ce qui implique que la banque centrale restera ultra-accommodante durant tout ce temps.
Cette faiblesse de l'inflation oblige la banque centrale à garder des taux proches de zéro, avec tout ce que cela implique pour les marges des banques, en particulier les banques régionales, confrontées au vieillissement de la population et à un exode des clients vers les grandes villes.
Dans un rapport semestriel sur le secteur bancaire publié mercredi, l'institut d'émission observe que près de 60% des banques régionales risquent d'être en déficit dans une dizaine d'années si le crédit aux entreprises continue de diminuer.
Dans ses nouvelles prévisions trimestrielles, qui paraîtront la semaine prochaine, la BoJ pourrait légèrement réduire ses projections de croissance et de prix sur l'exercice en cours, qui sera clos le 31 mars 2020, en raison du ralentissement de la croissance externe, ont ajouté les sources au fait de ses délibérations.
La BoJ donnera également ses premières projections pour l'exercice budgétaire 2021, avec une inflation qui dépasserait 1,5% sans pour autant atteindre son objectif.
"L'inflation tient mais n'accélère pas beaucoup", a dit l'une des sources. "L'inflation évoluera peu à peu vers les 2% mais la cadence sera au mieux modérée."
Avec un objectif d'inflation hors de portée et une conjoncture mondiale morose, la BoJ, à l'instar des autres grandes banques centrales, doit remettre à plus tard la normalisation de sa politique monétaire.
Au terme de sa réunion de politique monétaire de deux jours le 25 avril, la BoJ confirmera sans doute sa politique de pilotage des taux courts vers le seuil de -0,1% et des taux longs autour de zéro, politique dite de contrôle de la courbe des rendements.
Elle devrait également répéter que l'économie japonaise renouera avec une expansion modérée au second semestre 2019.
"Tant que l'économie est en bonne forme et qu'il n'y a pas de choc extérieur de grande ampleur, la BoJ peut rester sans rien faire même si l'inflation n'est pas à 2%", a expliqué l'une des sources.
Au vu des prévisions publiées en janvier, la BoJ prévoit une inflation de base de 1,1% sur l'exercice en cours et de 1,5% sur le prochain, avec des taux de croissance respectifs de 0,9% et 1,0%.

Contraction du PMI manufacturier
L'activité du secteur manufacturier au Japon s'est contractée en avril pour le troisième mois consécutif, sous l'effet d'un ralentissement des nouvelles commandes à l'exportation dont dépend fortement l'économie nippone, montrent les résultats préliminaires publiés jeudi de l'enquête réalisée par Markit/Nikkei auprès des directeurs d'achats.
La version "flash" de l'indice PMI manufacturier s'est établi à 49,5 en avril en données corrigées des variations saisonnières, marquant un léger rebond par rapport à mars (49,2 en lecture définitive) mais restant pour un troisième mois consécutif sous le seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité.
"Le secteur manufacturier japonais s'est enlisé au début du deuxième trimestre à cause de facteurs ayant empêché toute croissance, tels que les relations sino-américaines et les inquiétudes liées à la croissance en Chine", souligne Joe Hayes, économiste chez IHS Markit, le cabinet d'études qui réalise l'enquête.
Symbole des dangers qui menacent l'économie japonaise, le déclin des nouvelles commandes à l'exportation, tombées à un plus bas depuis juillet 2016, à 47,1 après 48,1 en lecture définitive en mars.
Aux yeux de nombreux analystes, il est nécessaire que les Etats-Unis et la Chine parviennent à conclure enfin un accord commercial pour alléger les pressions qui pèsent sur l'économie japonaises. Les deux pays sont les deux premiers marchés du Japon à l'exportation.

Baisse des exportations
Les exportations japonaises ont connu en mars un déclin pour le quatrième mois consécutif, sous l'effet d'un ralentissement de la demande extérieure dans un contexte de tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, les deux principaux marchés du Japon à l'exportation.
Les statistiques officielles publiées mercredi alimentent les inquiétudes autour de l'impact que pourrait avoir le recul de la demande extérieure sur les bénéfices des entreprises et leurs investissements, avec des conséquences néfastes pour les salaires et la consommation.
D'après les données du ministère des Finances, les exportations du Japon ont diminué le mois dernier de 2,4% en rythme annuel, après une chute de 1,2% en lecture définitive en février.
Les économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une diminution de 2,7%.
En mars, les exportations du Japon vers la Chine - son principal partenaire commercial - ont diminué de 9,4% sur un an, alors qu'elles avaient progressé de 5,6% le mois précédent.
Les exportations japonaises à destination des Etats-Unis ont pour leur part augmenté de 4,4% en mars en rythme annuel, portées par les livraisons d'automobiles.
Les importations en provenance des Etats-Unis ont reculé de 0,2%.
En conséquence, l'excédent commercial du Japon avec les Etats-Unis s'est creusé, progressant de 9,8% pour s'établir à 683,6 milliards de yens (5,4 milliards d'euros environ).
Ces données ont été publiées à la conclusion d'un premier cycle de discussions commerciales entre représentants américains et japonais, lundi et mardi à Washington.
Donald Trump dénonce les pratiques commerciales du Japon, estimant que Tokyo agit de manière déloyale à l'égard des Etats-Unis en exportant des millions d'automobiles sur le territoire américain tout en bloquant les importations de voitures américaines.
Le président américain a menacé à plusieurs reprises d'instaurer des droits de douane de 25% aux automobiles importées aux Etats-Unis, notamment en provenance du Japon.
Selon les statistiques du ministère japonais des Finances, les exportations de voitures vers les Etats-Unis - qui comptent pour près des deux-tiers de l'excédent commercial annuel du Japon avec les Etats-Unis - ont augmenté de 5,1% en mars en rythme annuel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.