Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Ils lancent un appel de détresse: 12 Algériens, dont 5 femmes, bloqués aux Maldives    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Blida: Course après les aliments et non-respect du confinement    Cours à distance en période de confinement: Un plus selon les syndicats mais...    Une instruction du Premier ministère: D'autres catégories de commerces autorisées à activer    RENAISSANCE HUMAINE    Le gouvernement fixe les types de commerce autorisés à ouvrir    Quand le besoin vital de masques vire à l'anarchie entre états    Report de la réunion de l'Opep+ au 8 ou 9 avril    L'infrangible lien…    Jijel : fausse pénurie d'huile et de sucre    Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    Le marché d'El-Graba à Relizane démantelé    Du carburant gratuit pour les ambulances à Médéa    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bourses : Début de semaine difficile pour les actions
Publié dans Le Maghreb le 22 - 05 - 2019

Les Bourses européennes ont terminé en net repli lundi, la crainte d'une nouvelle escalade dans le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, lié cette fois au groupe chinois Huawei, ayant fait reculer les secteurs les plus exposés, à commencer par celui des hautes technologies.
À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 1,46% (79,64 points) à 5.358,59 points. A Londres, le FTSE 100 a perdu 0,62% et à Francfort, le Dax a reculé de 1,61%.
L'indice EuroStoxx 50 a cédé 1,63%, le FTSEurofirst 300 1,15% et le Stoxx 600 1,06%.
L'entrée en vigueur du décret américain plaçant Huawei, le numéro un chinois des équipements de réseaux de télécommunications, sur une liste noire l'excluant de fait de tout marché aux Etats-Unis, fait craindre des représailles chinoises susceptibles de toucher de nombreuses entreprises de hautes technologies.
Citant des personnes au fait du dossier, le quotidien économique japonais Nikkei a rapporté que le fabricant allemand de puces Infineon avait décidé de suspendre ses livraisons à Huawei. Et selon Bloomberg, plusieurs fabricants de puces américains ont informé leurs employés qu'ils cessaient de lui fournir des composants et logiciels sensibles.
Par ailleurs, Pékin a dénoncé les "attentes extravagantes" de Washington en vue d'un hypothétique accord commercial entre les deux premières puissances économiques du monde.
"Constatant que les Etats-Unis ont adopté une position dure contre Huawei, les traders ne croient pas à une résolution rapide du conflit commercial USA-Chine", explique David Madden, analyste de CMC Markets UK.
"Le rally de la fin de la semaine dernière commence à ressembler à un rally de soulagement alors que le mouvement d'aujourd'hui pourrait marquer le début de la prochaine grande phase de baisse."
Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait elle aussi dans le rouge mais au-dessus de ses plus bas du début de séance, le Dow Jones cédant 0,23%, le Standard & Poor's 500 0,41% et le Nasdaq Composite 1,12% après avoir perdu jusqu'à 1,76%.
L'indice S&P des hautes technologies reculait de 1,25%.
Apple abandonnait 3,07%, la plus forte baisse du Dow. Le titre a touché en début de séance son plus bas niveau depuis le 12 mars, affecté entre autres par des craintes de boycott en Chine.

Valeurs & indicateurs
En Europe, l'indice Stoxx des hautes technologies a fini la journée en baisse de 2,84%, le repli sectoriel le plus marqué du jour et sa pire performance sur une séance depuis le 3 janvier.
Parmi les fabricants européens de semi-conducteurs, considérés comme des cibles de possibles représailles chinoises, AMS a chuté de 13,39% à Zurich, STMicroelectronics de 9,53% à Paris et Infineon de 4,8% à Francfort.
Le secteur automobile, également exposé aux tensions commerciales, a cédé quant à lui 1,95%.
Par ailleurs, Deutsche Bank (-2,89%) a touché un nouveau plus bas historique. UBS est passé à la vente sur la valeur et a abaissé son objectif de cours.
Seul secteur à finir en hausse, les télécoms ont gagné 0,76%.
Nokia, concurrent direct de Huawei, a pris 1,08%, la plus forte hausse de l'EuroStoxx 50.

Wall Street finit en baisse
La Bourse de New York a fini en baisse lundi, le décret excluant l'équipementier télécoms chinois Huawei du marché américain ayant aggravé les craintes d'une escalade du conflit commercial entre Washington et Pékin et pesé sur le secteur technologique.
L'indice Dow Jones a cédé 84,10 points, soit 0,33%, à 25.679,90. Le S&P-500, plus large, a perdu 19,30 points, soit 0,67%, à 2.840,23. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 113,91 points (-1,46%) à 7.702,38 points.
Après avoir atteint des niveaux record fin avril/début mai, les grands indices de Wall Street sont victimes d'un courant de ventes lié aux craintes croissantes d'une guerre commerciale prolongée entre Washington et Pékin. A ce jour, le S&P s'oriente vers sa plus forte baisse mensuelle depuis décembre, en retrait de près de 4% par rapport à son record historique.
L'entrée en vigueur du décret plaçant Huawei sur une liste noire l'excluant de tout marché aux Etats-Unis fait craindre des représailles chinoises susceptibles de toucher de nombreuses entreprises de hautes technologies. "Des réévaluations sont en cours sur les niveaux de stocks dans le secteur des semi-conducteurs et les entreprises cherchent à estimer l'impact de l'affaire Huawei sur la chaîne de valeurs mais ne prennent pas en compte le ralentissement mondial", dit Peter Cecchini, stratège chez Cantor Fitzgerald. "Tout cela va avoir un impact sur les résultats, les consommateurs vont probablement modifier leur comportement et en même temps la pression sur les Etats-Unis et la Chine pourrait monter en vue d'arriver à un accord plus rapide", selon Robert Pavlik, responsable de la stratégie chez SlateStone Wealth. Pékin a dénoncé les "attentes extravagantes" de Washington en vue d'un hypothétique accord commercial entre les deux premières puissances économiques du monde.

Valeurs
Apple a abandonné 3,13% et pesé lourdement sur la tendance. Le titre a touché en début de séance son plus bas niveau depuis le 12 mars, affecté entre autres par des craintes de boycott en Chine. L'indice des technologiques a perdu 1,75%, plus forte baisse sectorielle du jour. Les fournisseurs de Huawei, dont Qualcomm, Micron Technology et Broadcom, ont cédé 4 et 6%, et l'indice des semi-conducteurs de Philadelphie a reculé de 4% à son plus bas niveau en plus de deux mois. Alphabet a perdu 2,06%. Selon une source, sa filiale Google ne fournira plus de logiciels, de matériel informatique et de service technique à Huawei à l'exception des services disponibles en open source.
Le fabricant de composants pour téléphones mobiles Lumentum Holdings s'est replié de 4,10% après avoir fait savoir qu'il interromprait ses livraisons à Huawei et avoir revu en baisse sa prévision de chiffre d'affaires trimestriel.
A la hausse, Sprint a bondi de 18,77% et T-Mobile US a gagné 3,87% après avoir obtenu le soutien du président de la Federal Communications Commission (FCC) à leur projet de fusion de 26 milliards de dollars (23 milliards d'euros) suite à une série de modifications. Les deux titres ont néanmoins réduit leurs gains après une information de Bloomberg selon laquelle le département de la Justice, qui examine aussi ce projet, s'oriente vers un avis négatif.

Taux
Les rendements du Trésor américain sont remontés, celui des obligations à 10 ans s'étant rapproché de 2,42%, après un creux de 2,38%, dans un contexte d'aversion au risque.
Les rendements des emprunts d'Etat européens ont fini en hausse après avoir reculé en début de séance en réaction à la baisse des marchés actions. Celui du Bund allemand à dix ans, référence pour l'ensemble de la zone euro, a terminé la journée à -0,088% après être tombé en matinée à -0,106%.
La hausse a été plus marquée pour les rendements autrichiens après la chute de la coalition gouvernementale ce week-end, conséquence de la mise en cause du vice-chancelier d'extrême droite Heinz-Christan Strache dans une tentative de corruption. Certains observateurs y voient surtout la perspective d'une perte d'influence des populistes sur la politique économique du pays.
Les rendements américains remontent eux aussi, tout près de 2,40% après un plus bas à 2,38%.

Changes
Le dollar est en léger repli face à un panier de devises de référence mais conserve la majeure partie de ses gains de la semaine dernière.
Les mouvements sur la devise américaine restent toutefois limités dans l'attente de nouveaux développements concrets sur le dossier du commerce sino-américain et à deux jours de la publication du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale. L'euro s'apprécie légèrement aux dépens du billet vert, autour de 1,1170 dollar.
La hausse du dollar australien est bien plus marquée, de l'ordre de 0,6%, après la victoire inattendue des conservateurs aux législatives de samedi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.