Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan
Publié dans Le Maghreb le 23 - 05 - 2019

British Steel, le repreneur de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord), est sous la menace d'une faillite s'il n'obtient pas du gouvernement britannique un prêt d'urgence de 30 millions de livres (33,6 millions d'euros) ce mardi, a-t-on appris de deux sources proches de la situation.

Deuxième producteur d'acier en Grande-Bretagne, British Steel est détenu par la société de capital investissement Greybull Capital, qui a racheté l'entreprise déficitaire à Tata Steel en 2016 pour une livre symbolique. Le groupe emploie 5.000 personnes, essentiellement à Scunthorpe, dans le nord de l'Angleterre. Il a été désigné début mai par la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg comme repreneur d'Ascoval, qui était en redressement judiciaire depuis novembre 2017. British Steel avait demandé au départ au gouvernement britannique un prêt de 75 millions de livres, avant de ramener cette somme à 30 millions, Greybull ayant accepté d'augmenter sa contribution, a déclaré l'une des sources proche des négociations.
Si le prêt n'est pas accordé dans l'après-midi, des administrateurs pourraient être nommés pour gérer British Steel dès mercredi, a précisé la source.
Selon la deuxième source, British Steel a perdu ce mardi le soutien de l'un de ses quatre grands créanciers, tandis que d'autres se sont déjà retirés. British Steel a déclaré mardi que des négociations se poursuivaient.
"British Group a récemment été confronté à divers défis commerciaux. Pour y répondre, nous avons travaillé en étroite collaboration avec les parties prenantes pour examiner les différentes options de financement disponibles", a-t-il déclaré.
"Ces négociations ne sont pas terminées et nous continuons à travailler avec toutes les parties pour parvenir à un résultat garantissant le succès futur de British Steel." Une porte-parole du groupe a assuré qu'il disposait des fonds nécessaires pour verser les salaires du mois de mai, une information confirmée par le gouvernement britannique.
Andrew Stephenson, secrétaire d'Etat aux Entreprises, a déclaré devant le Parlement que le gouvernement discutait avec British Steel et qu'il "examinerait toutes les possibilités".

Un secteur fragmenté
Thyssenkrupp a annoncé ce mois-ci qu'il renonçait à fusionner ses activités de sidérurgie en Europe avec ceux de l'indien Tata Steel, un projet qui aurait donner naissance au numéro deux du secteur, derrière ArcelorMittal.
L'abandon de ce projet laisse le secteur sidérurgique européen fragmenté et exposé à des retournements économiques. Cela remet aussi en cause l'avenir de la plus grande aciérie britannique à Port Talbot, au Pays de Galles, qui appartient à Tata Steel.
Les entreprises sidérurgiques britanniques s'acquittent des taxes "vertes" parmi les plus élevées d'Europe et sont également confrontées à d'importants coûts en main-d'oeuvre, en énergie et en logistique, tout en faisant face à des incertitudes sur le Brexit.
Si British Steel venait à se déclarer en faillite et surtout si Port Talbot finissait par mettre la clé sous la porte, ce serait la fin d'un secteur qui a autrefois largement contribué à l'économie britannique. La production moderne d'acier est née en Grande-Bretagne.
British Steel a supprimé l'an dernier environ 400 emplois, en raison notamment de la faiblesse de la livre.
"La sidérurgie britannique est essentielle à notre base de production et revêt une importance stratégique pour l'industrie britannique. Le gouvernement doit intervenir", a déclaré Gill Furniss, porte-parole du Parti travailliste (opposition).
"Un placement sous administration serait dévastateur pour les milliers de travailleurs et leurs familles qui dépendent de cette industrie clé dans une région du pays qui n'a pas bénéficié du soutien et des investissements suffisants du gouvernement depuis des décennies", a ajouté le Labour.
Selon une deuxième source, le gouvernement britannique est réticent à mettre plus d'argent dans British Steel, au-delà du prêt initial de 120 millions de livres accordé ce mois, car les fonds pourraient se retrouver dans les mains de Greybull en cas de faillite.
Les syndicats ont également réclamé au gouvernement d'accorder un nouveau prêt à British Steel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.