POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan
Publié dans Le Maghreb le 23 - 05 - 2019

British Steel, le repreneur de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord), est sous la menace d'une faillite s'il n'obtient pas du gouvernement britannique un prêt d'urgence de 30 millions de livres (33,6 millions d'euros) ce mardi, a-t-on appris de deux sources proches de la situation.

Deuxième producteur d'acier en Grande-Bretagne, British Steel est détenu par la société de capital investissement Greybull Capital, qui a racheté l'entreprise déficitaire à Tata Steel en 2016 pour une livre symbolique. Le groupe emploie 5.000 personnes, essentiellement à Scunthorpe, dans le nord de l'Angleterre. Il a été désigné début mai par la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg comme repreneur d'Ascoval, qui était en redressement judiciaire depuis novembre 2017. British Steel avait demandé au départ au gouvernement britannique un prêt de 75 millions de livres, avant de ramener cette somme à 30 millions, Greybull ayant accepté d'augmenter sa contribution, a déclaré l'une des sources proche des négociations.
Si le prêt n'est pas accordé dans l'après-midi, des administrateurs pourraient être nommés pour gérer British Steel dès mercredi, a précisé la source.
Selon la deuxième source, British Steel a perdu ce mardi le soutien de l'un de ses quatre grands créanciers, tandis que d'autres se sont déjà retirés. British Steel a déclaré mardi que des négociations se poursuivaient.
"British Group a récemment été confronté à divers défis commerciaux. Pour y répondre, nous avons travaillé en étroite collaboration avec les parties prenantes pour examiner les différentes options de financement disponibles", a-t-il déclaré.
"Ces négociations ne sont pas terminées et nous continuons à travailler avec toutes les parties pour parvenir à un résultat garantissant le succès futur de British Steel." Une porte-parole du groupe a assuré qu'il disposait des fonds nécessaires pour verser les salaires du mois de mai, une information confirmée par le gouvernement britannique.
Andrew Stephenson, secrétaire d'Etat aux Entreprises, a déclaré devant le Parlement que le gouvernement discutait avec British Steel et qu'il "examinerait toutes les possibilités".

Un secteur fragmenté
Thyssenkrupp a annoncé ce mois-ci qu'il renonçait à fusionner ses activités de sidérurgie en Europe avec ceux de l'indien Tata Steel, un projet qui aurait donner naissance au numéro deux du secteur, derrière ArcelorMittal.
L'abandon de ce projet laisse le secteur sidérurgique européen fragmenté et exposé à des retournements économiques. Cela remet aussi en cause l'avenir de la plus grande aciérie britannique à Port Talbot, au Pays de Galles, qui appartient à Tata Steel.
Les entreprises sidérurgiques britanniques s'acquittent des taxes "vertes" parmi les plus élevées d'Europe et sont également confrontées à d'importants coûts en main-d'oeuvre, en énergie et en logistique, tout en faisant face à des incertitudes sur le Brexit.
Si British Steel venait à se déclarer en faillite et surtout si Port Talbot finissait par mettre la clé sous la porte, ce serait la fin d'un secteur qui a autrefois largement contribué à l'économie britannique. La production moderne d'acier est née en Grande-Bretagne.
British Steel a supprimé l'an dernier environ 400 emplois, en raison notamment de la faiblesse de la livre.
"La sidérurgie britannique est essentielle à notre base de production et revêt une importance stratégique pour l'industrie britannique. Le gouvernement doit intervenir", a déclaré Gill Furniss, porte-parole du Parti travailliste (opposition).
"Un placement sous administration serait dévastateur pour les milliers de travailleurs et leurs familles qui dépendent de cette industrie clé dans une région du pays qui n'a pas bénéficié du soutien et des investissements suffisants du gouvernement depuis des décennies", a ajouté le Labour.
Selon une deuxième source, le gouvernement britannique est réticent à mettre plus d'argent dans British Steel, au-delà du prêt initial de 120 millions de livres accordé ce mois, car les fonds pourraient se retrouver dans les mains de Greybull en cas de faillite.
Les syndicats ont également réclamé au gouvernement d'accorder un nouveau prêt à British Steel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.