Azzedine Mihoubi nouveau SG du RND    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Un pétrolier algérien contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Un accueil triomphal aux champions d'Afrique    Savoir goûter à la vie    Equipe nationale: Une progression remarquable    Un mort et deux blessés sur le 4ème périphérique    Bouira: 49,99% le taux de réussite au baccalauréat    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Le festival de la chanson oranaise revient    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Initiative du Forum de la Société civile : Un panel pour piloter un dialogue national    Coïncidant avec la finale de la CAN : Les marches populaires dans une ambiance de stade    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    CAN-2019: En fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après    Distinction : L'Algérien Bennacer élu meilleur joueur du tournoi    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Alger: 90 établissements hôteliers réceptionnés au cours des 3 prochaines années    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    Hadj Ghermoul libéré    Quatre narcotrafiquants arrétés    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    L'onction qui trahit la manœuvre ?    Pas de représentant algérien à la CAF    Arrestation des voleurs de portables en série    Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    Téhéran évoque des "accusations délirantes"    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    sortir ...sortir ...sortir ...    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Un navet en salade    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Productions céréalières : Pour le professeur en agronomie, Fouad Chahat, il n'a jamais existé de stratégie clairement établie
Publié dans Le Maghreb le 12 - 06 - 2019

Ce mardi, marqué par le lancement officiel de la période des moissons, l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne recevait, le professeur en agronomie Fouad Chahat. Amené à commenter le phénomène de rétrécissement des superficies céréalières, cet ancien directeur de l'Institut national de recherche agronomique (INRA), explique qu'en réalité celles-ci sont restées durant de longues années " stagnantes ", se situant, dit-il, autour de 3 millions d'hectares ensemencés chaque année.
Il précise que ces étendues sont réservées pour une bonne partie à la production de blé dur et de blé tendre (2 millions d'hectares), le reste étant consacré à la culture d'orge et d'avoine.
Selon M. Chahat, ces productions sont, de plus, incertaines, en raison, explique-t-il des aléas climatiques, lesquels note-t-il, iront en s'aggravant " si des précautions nécessaires ne sont pas prises ".
Des mesures arrêtées précédemment pour contrer cette menace, l'intervenant déclare qu'il n'y a, à proprement parler, " jamais eu de stratégie " clairement établie, à laquelle tous les responsables en charge du domaine agricole devaient se conformer.
Mettant en avant " la forte emprise " de l'administration agricole sur ce secteur qu'elle est sensée organiser et développer, l'intervenant signale, par exemple, que les tentatives d'activer les conseils interprofessionnels de filières ont toutes échouées et n'ont donc pu jouer le rôle attendus d'eux.
Si on en croit, par ailleurs l'invité, l'agriculture ne s'est toujours pas stabilisée, des suites notamment de la mise en œuvre du principe de la concession agricole, une situation qui, d'après lui, a contribué à freiner l'investissement au bénéfice de cette activité, avec au final, dit-il, " des résultats mitigés ".
Des importantes subventions annuelles accordées depuis deux décennies au secteur agricole, M. Chahat affirme, d'autre part, que la moitié était utilisée, pour subventionner les produits de consommation et pour régler les factures d'importation de céréales et de poudre de lait, en particulier. Si l'on en croit ce dernier, ces subventions remises par le biais des banques, étaient toujours versées " aux mêmes agriculteurs ", environ 15% du total des exploitants, c'est-à-dire ceux qui pouvaient présenter des garanties suffisantes pour pouvoir en bénéficier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.