Covid-19: Le président Tebboune préside une séance de travail consacrée à la situation sanitaire dans le pays    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    El Tarf: la décision de confinement partiel dans les communes d'El Kala et El Chatt saluée par les citoyens    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Chelsea chasse Leicester du podium    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    En attendant un autre ordre de mission    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?
Publié dans Le Maghreb le 18 - 06 - 2019

Les militaires de la Royal Navy ont été déployés dans le golfe d'Oman à la suite d'un incident au cours duquel deux pétroliers ont été pris pour cible près du détroit d'Ormuz le 13 juin, a annoncé le Daily Star en citant des sources anonymes.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a jugé vendredi 14 juin "presque certain" que l'Iran était derrière les attaques des pétroliers en mer d'Oman, malgré les dénégations de Téhéran, et a appelé l'Iran a cesser toute "activité déstabilisatrice". Le lendemain, le tabloïd Daily Star a annoncé le déploiement de fusiliers marins britanniques dans le golfe d'Oman.
Ces troupes seraient censées assurer la sécurité des navires britanniques en localisant des "vaisseaux d'attaque rapide iraniens" et en les "éliminant" si nécessaire.
"Nous avons des fusiliers marins dans la région pour des opérations antipirates et antiterroristes depuis un certain temps. Si la situation actuelle se dégrade, je prévois que davantage de personnel sera déployé pour renforcer l'opération", a déclaré le tabloïd en citant une source.
Selon ce dernier, les militaires seront équipés de fusils de précision et de mitrailleuses légères, mais ils ont reçu pour instruction de ne les utiliser qu'en dernier recours.
Environ 120 soldats d'une unité de la Royal Marines 3 Commando se dirigent vers Bahreïn dans le cadre de cette opération. Ils ont été surnommés le Groupe de travail spécial 19, d'après le Daily Star.
Le ministère de la Défense n'a pas encore commenté ces informations.
Alors que le gouvernement britannique alimente la version américaine des faits en pointant du doigt l'Iran pour les attaques menées contre les bateaux, le PDG de la société japonaise qui exploite le pétrolier Kokuka Courageous a réfuté leur version des événements, déclarant que l'équipage avait vu un tir peu avant l'explosion.
Deux pétroliers, le Front Altair et le Kokuka Courageous, respectivement sous pavillon des îles Marshall et du Panama, ont été vraisemblablement attaqués jeudi 13 juin en mer d'Oman, près du détroit d'Ormuz, ont fait savoir leurs compagnies maritimes. 44 membres d'équipage ont été repêchés par des secouristes iraniens puis débarqués dans un port de la République islamique, selon l'agence de presse officielle Irna.
Les États-Unis ont attribué la responsabilité de l'incident à l'Iran, qui a rejeté ces accusations en les qualifiant de non fondées. La Navy a publié jeudi 13 juin une vidéo très floue, où selon les responsables américains on peut voir un équipage iranien retirer après coup une mine "limpet" qui était posée sur la coque mais n'a pas explosé. L'Iran assure que son équipage était là pour porter secours au pétrolier.
Moscou a appelé pour sa part à "s'abstenir de conclusions hâtives".

Téhéran convoque l'ambassadeur britannique
Les autorités de la République islamique ont convoqué l'ambassadeur du Royaume-Uni en poste à Téhéran, rapporte samedi l'agence de presse iranienne ISNA.
L'ambassadeur britannique à Téhéran a été convoqué par les autorités iraniennes après que Londres a fait porter sur l'Iran la responsabilité de la probable attaque visant des pétroliers dans le golfe d'Oman, selon l'agence ISNA.
"Pendant la réunion avec un responsable du ministère iranien des Affaires étrangères, l'Iran a fermement critiqué la position inacceptable du Royaume-Uni concernant les attaques dans le golfe d'Oman", a indiqué l'agence. Plus tôt dans la semaine, deux pétroliers ont été la cible d'attaques dans le golfe d'Oman, à proximité du détroit d'Ormuz, que Washington a imputées à l'Iran. Téhéran a démenti toute responsabilité dans ces événements qui ont exacerbé les tensions dans la région.
Selon ISNA, le Royaume-Uni est le seul pays à soutenir les accusations américaines visant l'Iran. Le gouvernement britannique avait en effet déclaré vendredi soir qu'il était "presque certain" que l'Iran était responsable des deux attaques.

Abou Dhabi ne peut pas encore citer d'"État particulier dans l'affaire"
Les Émirats arabes unis ne possèdent "pas encore suffisamment de preuves" pour "citer un État particulier" comme responsable de l'attaque de deux pétroliers au large de leurs côtes, a déclaré le ministre émirati des Affaires étrangères, soulignant que son pays souhaitait que le transport des ressources "se fasse dans la sécurité".
Pour l'instant, les Émirats arabes unis n'ont pas de faits prouvant l'implication d'un pays concret dans l'attaque de deux pétroliers dans le golfe d'Oman, a indiqué à la chaîne Al-Arabiya le ministre émirati des Affaires étrangères, Abdallah ben Zayed Al Nahyane. "Jusqu'à présent, nous n'avons pas encore suffisamment de preuves pour citer un État particulier dans l'affaire de l'attaque des pétroliers au large des Émirats arabes unis", a-t-il souligné. Dans ce contexte, il a noté que "la sécurité et la stabilité régionales réelles ne pourraient être atteintes que si tous les acteurs régionaux travaillent ensemble".
"Nous habitons une région complexe qui dispose de nombreuses ressources, que ce soit le gaz ou le pétrole. Nous souhaitons que le transport de ces ressources se fasse dans la sécurité pour assurer la stabilité de l'économie mondiale", a fait remarquer Abdallah ben Zayed Al Nahyane.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.