REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?
Publié dans Le Maghreb le 18 - 06 - 2019

Les militaires de la Royal Navy ont été déployés dans le golfe d'Oman à la suite d'un incident au cours duquel deux pétroliers ont été pris pour cible près du détroit d'Ormuz le 13 juin, a annoncé le Daily Star en citant des sources anonymes.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a jugé vendredi 14 juin "presque certain" que l'Iran était derrière les attaques des pétroliers en mer d'Oman, malgré les dénégations de Téhéran, et a appelé l'Iran a cesser toute "activité déstabilisatrice". Le lendemain, le tabloïd Daily Star a annoncé le déploiement de fusiliers marins britanniques dans le golfe d'Oman.
Ces troupes seraient censées assurer la sécurité des navires britanniques en localisant des "vaisseaux d'attaque rapide iraniens" et en les "éliminant" si nécessaire.
"Nous avons des fusiliers marins dans la région pour des opérations antipirates et antiterroristes depuis un certain temps. Si la situation actuelle se dégrade, je prévois que davantage de personnel sera déployé pour renforcer l'opération", a déclaré le tabloïd en citant une source.
Selon ce dernier, les militaires seront équipés de fusils de précision et de mitrailleuses légères, mais ils ont reçu pour instruction de ne les utiliser qu'en dernier recours.
Environ 120 soldats d'une unité de la Royal Marines 3 Commando se dirigent vers Bahreïn dans le cadre de cette opération. Ils ont été surnommés le Groupe de travail spécial 19, d'après le Daily Star.
Le ministère de la Défense n'a pas encore commenté ces informations.
Alors que le gouvernement britannique alimente la version américaine des faits en pointant du doigt l'Iran pour les attaques menées contre les bateaux, le PDG de la société japonaise qui exploite le pétrolier Kokuka Courageous a réfuté leur version des événements, déclarant que l'équipage avait vu un tir peu avant l'explosion.
Deux pétroliers, le Front Altair et le Kokuka Courageous, respectivement sous pavillon des îles Marshall et du Panama, ont été vraisemblablement attaqués jeudi 13 juin en mer d'Oman, près du détroit d'Ormuz, ont fait savoir leurs compagnies maritimes. 44 membres d'équipage ont été repêchés par des secouristes iraniens puis débarqués dans un port de la République islamique, selon l'agence de presse officielle Irna.
Les États-Unis ont attribué la responsabilité de l'incident à l'Iran, qui a rejeté ces accusations en les qualifiant de non fondées. La Navy a publié jeudi 13 juin une vidéo très floue, où selon les responsables américains on peut voir un équipage iranien retirer après coup une mine "limpet" qui était posée sur la coque mais n'a pas explosé. L'Iran assure que son équipage était là pour porter secours au pétrolier.
Moscou a appelé pour sa part à "s'abstenir de conclusions hâtives".

Téhéran convoque l'ambassadeur britannique
Les autorités de la République islamique ont convoqué l'ambassadeur du Royaume-Uni en poste à Téhéran, rapporte samedi l'agence de presse iranienne ISNA.
L'ambassadeur britannique à Téhéran a été convoqué par les autorités iraniennes après que Londres a fait porter sur l'Iran la responsabilité de la probable attaque visant des pétroliers dans le golfe d'Oman, selon l'agence ISNA.
"Pendant la réunion avec un responsable du ministère iranien des Affaires étrangères, l'Iran a fermement critiqué la position inacceptable du Royaume-Uni concernant les attaques dans le golfe d'Oman", a indiqué l'agence. Plus tôt dans la semaine, deux pétroliers ont été la cible d'attaques dans le golfe d'Oman, à proximité du détroit d'Ormuz, que Washington a imputées à l'Iran. Téhéran a démenti toute responsabilité dans ces événements qui ont exacerbé les tensions dans la région.
Selon ISNA, le Royaume-Uni est le seul pays à soutenir les accusations américaines visant l'Iran. Le gouvernement britannique avait en effet déclaré vendredi soir qu'il était "presque certain" que l'Iran était responsable des deux attaques.

Abou Dhabi ne peut pas encore citer d'"État particulier dans l'affaire"
Les Émirats arabes unis ne possèdent "pas encore suffisamment de preuves" pour "citer un État particulier" comme responsable de l'attaque de deux pétroliers au large de leurs côtes, a déclaré le ministre émirati des Affaires étrangères, soulignant que son pays souhaitait que le transport des ressources "se fasse dans la sécurité".
Pour l'instant, les Émirats arabes unis n'ont pas de faits prouvant l'implication d'un pays concret dans l'attaque de deux pétroliers dans le golfe d'Oman, a indiqué à la chaîne Al-Arabiya le ministre émirati des Affaires étrangères, Abdallah ben Zayed Al Nahyane. "Jusqu'à présent, nous n'avons pas encore suffisamment de preuves pour citer un État particulier dans l'affaire de l'attaque des pétroliers au large des Émirats arabes unis", a-t-il souligné. Dans ce contexte, il a noté que "la sécurité et la stabilité régionales réelles ne pourraient être atteintes que si tous les acteurs régionaux travaillent ensemble".
"Nous habitons une région complexe qui dispose de nombreuses ressources, que ce soit le gaz ou le pétrole. Nous souhaitons que le transport de ces ressources se fasse dans la sécurité pour assurer la stabilité de l'économie mondiale", a fait remarquer Abdallah ben Zayed Al Nahyane.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.