Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Ouverture tous azimuts !    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés près de Sidi Ghiles    Baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet    Le saviez-vous... ?    Installation d'une commission d'évaluation des dégâts    Le meurtrier de Djabanet-Lihoud placé sous mandat de dépôt    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Constantine: Deux morts et quatre blessés dans une collision    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?
Publié dans Le Maghreb le 17 - 06 - 2019

Suite à l'incident du 13 juin en mer d'Oman, près du détroit d'Ormuz, lequel a impliqué deux pétroliers et dont la responsabilité est attribuée par les États-Unis à l'Iran, Seyyed Saeed Mirtorabi Hosseini, membre du collège scientifique de l'université Kharazmi, a exposé à Sputnik son hypothèse sur le véritable intéressé par cet acte de sabotage.
Compte tenu du fait que les actions des compagnies énergétiques américaines ont grimpé jeudi après deux jours de chute libre, soit tout de suite après des "attaques" contre deux pétroliers en mer d'Oman, près du détroit d'Ormuz, on peut comprendre à qui profite cet incident, a déclaré à Sputnik Seyyed Saeed Mirtorabi Hosseini, spécialiste de l'économie politique et de l'énergie de l'université Kharazmi à Téhéran.
"Quant à l'Iran, il n'est aucunement intéressé à un nouveau conflit d'envergure dans la région. Un tel acte de sabotage ne lui profiterait absolument pas, ni politiquement ni économiquement. Et comme l'incident impliquant deux pétroliers s'est produit au plus fort d'une visite historique du Premier ministre japonais en Iran, pour notre pays, perpétrer une telle attaque aurait relevé d'une vraie folie", a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.
Et de rappeler que l'Iran avait récemment proposé des négociations sur les problèmes de sécurité avec la participation de pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), en les invitant par ailleurs à signer un pacte de non-agression.
"Tout cela témoigne de l'impossibilité pour l'Iran de perpétrer un tel acte de sabotage. Par contre, Téhéran a plus d'une fois mis en garde contre des provocations dans le Golfe qui pourraient être fomentées par certaines forces qui profitent des conflits et du chaos dans la région pour promouvoir leurs intérêts politiques. Le principal enseignement à tirer de cet incident est que les pays de la région doivent penser sérieusement à des négociations sur la sécurité pour minimiser la possibilité de tels incidents à l'avenir", a résumé l'expert.
Deux pétroliers, le Front Altair et le Kokuka Courageous, respectivement sous pavillon des îles Marshall et du Panama, ont été vraisemblablement attaqués jeudi 13 juin en mer d'Oman, près du détroit d'Ormuz, ont fait savoir leurs compagnies maritimes. 44 membres d'équipage ont été repêchés par des secouristes iraniens, puis débarqués dans un port de la République islamique, selon l'agence de presse officielle Irna.
Les États-Unis ont attribué la responsabilité de l'incident à l'Iran, qui a rejeté ces accusations en les qualifiant de non fondées.
Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Abbas Moussavi, a déclaré que son pays était "responsable pour assurer la sécurité dans le détroit d'Ormuz", rappelant que Téhéran était rapidement venu "en aide" aux navires en détresse et avait "sauvé" les équipages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.