Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    [Vidéos] Les manifestants exigent la libération des détenus d'opinion    Alger : Manif matinale face à une marée bleue    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Les compositions probables    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Des noms et des questions    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Compromis fraternel
Publié dans Le Maghreb le 23 - 06 - 2019

Quand le peuple sort dans la rue, c'est qu'il s'agit de toute évidence de revendications légitimes, c'est évidemment des réformes politiques, économiques et sociales qu'il est question et devant être le socle du changement à venir. Le mouvement citoyen qui se fait entendre depuis le mois de février dernier, entend à chaque vendredi, assumer le rôle qui est normalement le sien dans la concrétisation du changement radical du système et exige des décideurs du moment de lui donner un contenu concret et réalisable.
Les propositions ne manquent pas, qu'il s'agira d'affiner. Mais l'important, c'est qu'il s'agit, pour tout le monde d'apprendre à nouveau à écouter le peuple, la jeunesse au lieu pour certains de continuer à aller vers eux avec des discours stratifiés, ignorant la réalité profonde du pays, et en définitive, anesthésiant beaucoup plus que mobilisateurs. La sécurité, la paix et la stabilité pour lesquelles le peuple algérien s'est longtemps battu aux côtés de l'ANP et des autres forces de sécurité, tout le monde y tient. C'est le pivot autour duquel s'articulent les lignes forces du Hirak. Il va donc de soi que si le mouvement populaire demeure mobilisé dans ce même champ, le fondement de cette attitude, de cet engagement est parfaitement la préservation de l'unité nationale, le progrès, la prospérité et la démocratie ouvrant vers une nouvelle République sur laquelle repose le caractère progressiste de l'Etat de droit qui correspond aux besoins de la nation.
Cela est clair. Ce qui n'est pas en contradiction avec la poursuite de la lutte contre la corruption et autres maux sociaux qui rongent la société depuis un quart de siècle. Dans ce contexte, même si on pense qu'il est toujours possible et nécessaire d'arriver à des compromis sur tel ou tel dossier, sujets brûlants de la solution de la crise politique que traverse le pays, échéance politique, tout compromis devient impossible à concrétiser quand ce sont les principes, les dispositions de la Constitution qui sont en jeu ainsi que la légitimité des institutions de l'Etat
Il est clair, en effet, que la " bataille " actuelle consiste à regagner et à conserver, la confiance du peuple, la clarté et la rigueur des principes à mettre en évidence a été la règle sur laquelle le chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah et le vice-ministre de la Défense, M. Ahmed Gaïd Salah misent beaucoup à la recherche d'un consensus national qui aboutirait à la fin de cette crise. Le mouvement citoyen dans ses clameurs s'est dit n'accepter aucune démarche équivoque. C'est pourquoi on considère comme déplacées les positions de certains. Peut-on affirmer que la crise actuelle en Algérie a fini par clarifier certaines contradictions, certaines dérives ? Les récentes déclarations du général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP à partir du siège de la 3ème Région militaire (Béchar) ont révélé sans équivoque l'existence de tentatives visant à déstabiliser le pays et à porter atteinte à l'unité nationale.
D'où d'ailleurs ses appels répétés à tous les enfants du pays à s'unir pour barrer la route à tous ceux qui veulent attenter à la stabilité de l'Algérie et plonger la nation dans l'inconnu. C'est dire que les pouvoirs publics qui savent panacher leur mollesse républicaine de gestes de fermeté sont astreints à se servir de nouveau, à tout instant, contre ces acteurs dont les activités présentent trop de risques pour le pays car la décrispation de la vie socio-politique n'est pas totale. Le discernement des déclarations du chef d'état-major de l'ANP et des avertissements qu'il a lancés, laissent à penser sans le moindre doute qu'existent en Algérie des individus qui représentent des forces réactionnaires et d'autres intérêts contraires à l'intérêt national et qui n'hésitent pas à s'allier avec les ennemis de la nation, avec les forces occultes et contre la stabilité du pays.
Pour le mouvement citoyen, les patriotes sains qui au fur et à mesure que la crise persiste, l'objectif vital est de contraindre les pouvoirs publics à changer d'attitude contre ceux qui tentent le désordre et l'anarchie politique.
En effet, il y a tout un monde associé qui semble avoir retrouvé le chemin de repartir à la conquête du pouvoir sans l'aval du peuple, y compris en déstabilisant la cohésion nationale, avec de nombreux stratagèmes en main. Si certains peuvent agir de nouveau pour détranquilliser le quotidien de la société, dans une relative liberté de mouvement, ils restent sous la menace de la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.