Zerouati participe jeudi et vendredi en Afrique du Sud à la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement    Emploi au Sud: Un plan d'action pour définir les entraves    La Ligue arabe condamne les nouvelles agressions israéliennes sur Ghaza    Port de l'emblème Amazigh : Le tribunal de Bab El Oued relaxe cinq jeunes détenus    Foot/Qualifications CAN-2021: Algérie-Zambie: éviter de trébucher d'entrée    Phase de Poules de la CAF : Le Paradou AC dans un groupe difficile    LFP – Sanctions : Huis clos pour le MCO et l'USMAn    Mise à jour. MC Alger – JS Kabylie : Le Mouloudia pour prendre le large    Accidents de la route: 5 morts et 2 blessés en 24 heures    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 : les Algériennes Saifi en argent et Djelal en bronze    La charte d'éthique des pratiques électorales signée samedi    Les campus au rendez-vous    Morales se réfugie au Mexique    Le SG de l'ONU appelle à "une coopération internationale"    La question des réfugiés sahraouis examinée lors de la Conférence parlementaire régionale pour l'Afrique    Six contrats gaziers renouvelés par Sonatrach    Un collège fermé "à titre préventif" à Sétif    Rupture et montée en gamme    Séance surréaliste à l'APN    Que reste-t-il du grand clasico ?    Amrouche convoque 25 joueurs    Algérie-Chine: appel à la promotion des relations de coopération dans le domaine du tourisme    Les étudiants ont marché pour le 38e mardi    La criminalité en hausse    Un mort et un sauvetage miraculeux de trois personnes    Diabète : la guerre des chiffres    Vivre avec et contre le passé    L'UE valide l'étiquetage «colonies israéliennes»    Ecole de journalisme d'Alger : Quelle place pour la production amazighe dans les médias ?    Parc national du Djurdjura : Découverte d'ossements d'un ours brun    Album Live de Hakim Hamadouche : Hommage funky à M'hamed El Anka    ACCUSER L'HIVER ET LES SAISONS    Le pari gagnant de l'Algérie    38ème mardi de mobilisation: Les étudiants réclament «une justice indépendante»    Economie: L'Algérie «dans le rouge»    Un conclave consacré aux dossiers du logement: Des instructions pour accélérer les travaux et l'affichage des listes    Lancement des Rencontres internationales du cinéma d'Oran: La phase des projections programmée pour février prochain    Place aux entreprises algériennes    Personnes interdites de stade : Les modalités d'établissement du fichier national fixées    Le prononcé du jugement renvoyé au 19 novembre    Un nouveau recours au " financement non conventionnel " est possible    Matérialisation des légitimes revendications populaires Les fondements directeurs de l'état de droit    Sidi Bel-Abbès: Marche de soutien à la présidentielle    Tunisie : Le Premier ministre Youssef Chahed à Paris et Rome    Maroc-MCC : Accord de coopération pour la mise en œuvre du projet de gouvernance du foncier    CONSTANTINE : Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    10e Fica : Projection de "L'envers de l'histoire", parcours d'une militante en Serbie    La situation de la femme créatrice dans le domaine de l'industrie cinématographique en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





François Aissa Touazi : " Les Saoudiens ont pris conscience que l'instabilité régionale menace leur économie "
Publié dans Le Maghreb le 15 - 10 - 2019

Malgré le bombardement d'installations pétrolières saoudiennes revendiqué par les Houthis, les prix du baril sont revenus à leurs niveaux d'avant l'attaque. Mais sur le plan géopolitique, les incertitudes restent importantes. Entretien avec François Aissa Touazi, expert des enjeux économiques et financiers du Golfe et co-fondateur du cercle de réflexion CAPMENA.

Comment expliquez-vous la chute du prix du baril trois semaines après l'attaque sur les sites stratégiques d Aramco, qui avait entraîné une hausse significative ?
François Aissa Touazi.- Il est vrai que le prix du baril est aujourd'hui nettement inférieur qu'à la veille des frappes. Cela s'explique tout d'abord par un retour à la normale plutôt que prévu. Les Saoudiens disposent d'un système de production flexible et efficace qui leur a permis de relancer leurs exportations. La seconde raison concerne la conjoncture économique et le ralentissement de l'économie mondiale qui impacte la demande mondiale. De nombreuses crises politiques et signes de ralentissement économique alimentent cette tendance à la baisse comme la guerre commerciale sino-américaine qui fragilise le commerce international, la baisse de la production manufacturière aux États-Unis ou les risques de récession en Allemagne notamment et dans certains pays émergents asiatiques. Toutefois, on ne peut exclure une remontée des cours compte tenu de l'instabilité au Moyen Orient ou d'une baisse de la production américaine.

Comment expliquez-vous l'absence de réactions fortes suite à ces frappes alors que la plupart des pays occidentaux ont clairement accusé l'Iran?
Ces frappes ont clairement mis en lumière la vulnérabilité des infrastructures pétrolières du Royaume et mis à l'épreuve l'alliance stratégique saoudo-américaine. L'importante présence américaine dans le Golfe et les équipements militaires très sophistiqués dont dispose l'Arabie (plus de 60 milliards de dollars dépensés chaque année en équipements militaires) n'ont pas été en mesure de protéger des installations stratégiques du pays.
Compte tenu des réserves de Donald Trump de s'engager militairement dans la région et des risques d'embrasement lourds de menaces pour l'économie mondiale, d'éventuelles représailles américaines ne pourraient être que limitées ou prendre des formes moins directes.
Les marges de manœuvre de Riyad demeurent limitées. Les Saoudiens sont conscients qu'ils doivent sortir par le haut du bourbier yéménite. Le contexte et la pression internationale incitent les parties à privilégier la retenue et les solutions politiques même si celles-ci s'avèrent très difficiles à mettre en œuvre compte tenu du manque de confiance et de la profondeur des divergences. Il faut néanmoins espérer que les considérations intérieures poussent les parties à des concessions. Étouffés par les sanctions, les Iraniens doivent parvenir à un allègement, et les Saoudiens ont clairement pris conscience que l'instabilité régionale menace fortement leur économie et leur plan de diversification à l'instar de la privatisation d'Aramco récemment relancée. Des médiations seraient même mises en œuvre pour permettre des négociations entre Iraniens et Saoudiens. On peut même penser que les Américains ne dévoileront sûrement pas le résultat de leurs enquêtes sur les attaques donnant ainsi la chance à toutes les tractations en cours, notamment au Yémen.

La crise actuelle fragilise-t-elle Mohammed ben Salmane (MBS) ?
Ces frappes interviennent à un moment où MBS s'efforce d'insuffler une nouvelle dynamique économique et faire oublier l'affaire Khashoggi qui a mis le royaume en difficulté. Le pays se prépare activement à assurer la présidence du G20 et le prochain forum des investissements, le Davos du désert, prévu à Riyad à la fin du mois devrait voir la participation des grands acteurs mondiaux de la finance et de nombreux chefs d'Etat notamment d'Asie et des pays émergents.
MBS demeure populaire auprès des femmes, des jeunes et des classes moyennes à qui il a promis une nouvelle Arabie. C'est pourquoi il a besoin de ses partenaires pour réussir son ambitieux plan de diversification Vision 2030. Or l'aggravation des tensions risque d'impacter son plan de transformation sur lequel il joue une partie de son avenir politique et de sa crédibilité.
La nouvelle stratégie de son allié émirati au Yémen et les réactions de Washington qui n'ont, clairement, ni l'envie ni même les moyens de s'engager dans un conflit dévastateur pour la région et l'économie mondiale à un an des élections présidentielles américaines, devraient l'inciter à s'engager clairement dans la résolution des crises régionales. MBS a récemment affirmé son intention de privilégier le dialogue appelant même à un dialogue direct entre les États-Unis et l'Iran.

Quel peut être le rôle de la France ?
L'Arabie saoudite est un partenaire stratégique de la France, nos relations sont fortes et anciennes et nos échanges économiques avoisinent les 10 milliards d'euros. Les entreprises françaises sont très présentes et lorgnent sur les opportunités du plan de transformation Vision 2030.
Dès le début de son quinquennat, le président Macron a souhaité s'engager en faveur de la stabilité de la région et se poser comme un médiateur incontournable. L'aggravation de la situation l'a incité à prendre des initiatives importantes lors du dernier sommet du G7 à Biarritz ou à l'occasion de la dernière assemblée générale des Nations unies. D'autres pays de la région comme Oman, le Koweït ou l'Irak partagent aussi cette préoccupation et œuvrent pour une désescalade et des négociations entre les deux rivaux du Golfe. La Chine, qui dépend fortement de la région pour ses approvisionnements énergétiques, pourrait également s'impliquer. Le plus difficile sera surtout de convaincre tant le Président Trump qui vient d autoriser le déploiement de 3.000 soldats américains en Arabie pour rassurer Riyad que les durs du régime iranien qui cultivent la fermeté pour se renforcer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.