Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Il y a tromperie sur la marchandise    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Université / Emploi : l'autopsie    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'accord sur le Brexit validé par les 27 Etats membres
Publié dans Le Maghreb le 22 - 10 - 2019

Ce fut en quelque sorte le jour de gloire de Boris Johnson. Le Premier ministre britannique a arraché un accord sur le Brexit, quelques heures avant ce qui pourrait devenir son seul et unique sommet européen. Ce compromis permet d'envisager la sortie du Royaume-Uni le 31 octobre, si la Chambre des Communes donne son aval. Pour les dirigeants européens c'est le soulagement sans euphorie. "Ce que je ressens aujourd'hui, honnêtement c'est de la tristesse", explique le président du Conseil européen, Donald Tusk, avant d'ajouter que "notre porte sera toujours ouverte".
'est un Premier ministre irlandais reconnaissant qui a salué l'unité européenne tout au long des négociations. "Je pense que l'unité que nous avons vu au cours des dernières années est une leçon pour nous à l'avenir, comment l'Europe peut atteindre ses objectifs si nous sommes unis", précise Leo Varadkar.
Pour Boris Johnson c'est la cohésion de son pays, "l'Angleterre, l'Ecosse, le pays de Galles et l'Irlande du Nord réunis", qui est en jeu à travers le Brexit. "Nous pouvons reprendre le contrôle, notre argent, nos frontières et nos lois", ajoute le Premier ministre.
Les partisans du maintien du Royaume-Uni apparaissent comme les grands perdants de cette journée. Leur souhait s'éloigne un peu plus.
La croissance mondiale n'a jamais été aussi faible depuis la crise financière
La croissance mondiale n'a jamais été aussi faible depuis la crise financière. D'après le FMI, elle devrait se situer à 3%, contre 3,2% lors des prévisions de juillet. Le FMI anticipe toutefois un rebond en 2020 à 3,4%.
Ces estimations ont été élaborées avant l'annonce prévue vendredi, d'un accord de principe entre les deux premières économies du monde. D'après le FMI, cette guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis joue un rôle non négligeable dans le ralentissement économique international.
"L'intensification des tensions commerciales et des tensions géopolitiques constitue le principal risque à la baisse des perspectives. Cela pourrait faire dérailler la reprise déjà fragile que nous projetons" explique Gita Gopinath, économiste en chef au fonds monétaire international.
Autre indicateur : le volume des biens et services échangés. Il ne devrait augmenter que d'1,1% en 2019 contre 3,6% l'année dernière. La plus plus faible progression depuis 2012.
Le FMI appelle donc les Etats à supprimer les barrières douanières. Si Washington et Pékin signent un accord, l'impact sur le PIB serait atténué de 0,1 à 0,2 points. Les tensions au Moyen-Orient et l'incertitude liée au Brexit jouent également un rôle dans le ralentissement économique international. Le FMI a été forcé d'abaisser pour la cinquième fois en un an sa prévision de croissance mondiale.
Le FMI exhorte également les Etats à s'attaquer aux risques du changement climatique, qui vont considérablement augmenter à l'avenir, de quoi ajouter un peu plus d'incertitude sur les marchés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.