Que se passe-t-il si vous mangez 4 amandes par jour ?    Un Boulaya des grands soirs et un Oukidja déterminant permettent à Metz de s'imposer face à Lyon    OL : Pour ses débuts, Slimani n'a pas caché sa déception    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    Troubles nocturnes, pillage et arrestations: Nuit chaotique en Tunisie    Chanegriha: Mettre en échec tous les «desseins hostiles»    LA TRITURE    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Volleyball - Ligue de wilaya de Sidi Bel-Abbès: Sekrane Lahcene réélu à l'unanimité    Covid-19: Des dispositions trop lourdes pourraient entraver l'opération de vaccination    Indemnisation de l'expérience professionnelle des enseignants: Vers un nouveau bras de fer entre le Snapest et l'Académie    Un homme retrouvé pendu à un olivier    Est-ce la bonne statue?    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    La colère de la classe démunie    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    Ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    Trois morts et une blessée dans un accident    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    La Lamborghini des bourdes !    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Relance des travaux    Le lait en sachet, une denrée rare    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Le schiste américain remonte la pente    300 millions de centimes dérobés    Les avocats plaident l'innocence    Situation politique et questions régionales au menu    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    LOURDE CHARGE    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité
Publié dans Le Maghreb le 12 - 12 - 2019


Nos problèmes économiques et sociaux sont en train de s'aggraver de plus en plus chaque jour. Mais jusqu'à cette date, la Tunisie ne semble pas encore retrouver une stabilité politique. Visiblement, le calcul politicien prime systématiquement sur le bon sens économique et social amenant les acteurs socio-économiques à faire valoir leurs intérêts corporatistes au détriment de l'intérêt général. Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité, d'autant que le régime politique en place les a mis au centre des décisions. Les élus du peuple doivent mettre en place des réformes pour assurer la stabilité financière de l'Etat via le renforcement de ses ressources propres, la maîtrise des dépenses publiques (surtout les salaires et la dette publique) et l'impulsion de l'activité économique surtout que l'année 2019 est marquée par un faible taux de croissance. Il faut viser sur les potentialités de notre pays à se développer grâce à ses propres forces. Sinon, notre pays risque de perdre sa souveraineté économique surtout que l'année 2020 marquera la fin du programme quinquennal (2016-2020) de facilité élargie de crédit accordé à la Tunisie par la FMI et la banque mondiale. Reste à espérer que les parties politiques se mettent d'accord en privilégiant l'intérêt général à l'appartenance politique au lieu de se plaire dans les palabres politiques stériles et sans intérêt pour la majorité de la population et surtout pour nos jeunes et nos acteurs économiques. Car ce qui attend le prochain gouvernement, c'est un pays en profonde crise économique et sociale, avec un lourd fardeau de dettes, où le chômage et l'inflation alimentent la grogne d'une population aux attentes déçues.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.