REVISION DE LA CONSTITUTION : Talaia El Hourriyet exige ‘'la parole au peuple''    NOMINATION DE CERTAINS CADRES DE L'ETAT : Le président transfert le pouvoir au premier ministre    Tebboune: interdire l'importation des produits fabriqués localement    PROCESSUS DE PAIX EN LIBYE : L'Algérie s'emploie à convaincre les belligérants    OUVERTURE DE REPRESENTATIONS CONSULAIRES A LAAYOUNE : L'Algérie recadre sévèrement la Guinée et le Gabon    SITUATION FINANCIERE : La commune d'Oran peine à retrouver ses entrées    TIGDITT (MOSTAGANEM) : Les parents d'élèves demandent la réhabilitation de l'école ‘'Benkhedda''    Interdiction du téléphone et des rassemblements dans les hôpitaux    Le Président de la République reçoit à Berlin le président du Conseil européen    Drame routier à El-Oued: les ministres de l'Intérieur et de la Santé au chevet des blessés    Le Real fixe une condition pour le départ de James Rodriguez    Football/CAN-2021 et Mondial-2022: des changements au programme de la sélection algérienne    Une mosquée, et le tour est joué !    Les producteurs de pomme de terre ferment la RN5 et l'autoroute    Sit-in aujourd'hui au tribunal de Sidi M'hamed    Le PT exige la libération des manifestants du hirak    15 militants devant le juge ce matin    Attentat déjoué contre la veuve du militant Brahmi    Cinq civils tués dans un présumé raid aérien russe    Les banques ciblées par les protestataires    Tebboune revoit le protocole officiel    Sahel-Algérie : le brasier méridional    Non, le Hirak n'a pas échoué !    «Tous les détenus politiques doivent être libérés»    Six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    Maya    À tout jamais…    Le PAD appelle à une adhésion massive    La quadrature du cercle    Desertec veut renaître de ses cendres    La Cnas de Relizane passe à l'offensive    Le saviez-vous… ?    ACTUCULT    Tizi Ouzou : coup d'envoi de la 12e édition du salon du livre    Vibrant hommage à Didouche Mourad    Et zut ! C'est raté pour cette année ! Tant pis ! L'année prochaine, inch'Allah, pitet' !    Alger-Paris en continuel aller-retour    L'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal-classés à Magra    Sept Algériens visent les minimas des JO-2020 et des championnats d'Afrique    Protection civile : Le nombre d'interventions en «léger» recul    La FAF s'oppose à la domiciliation du tournoi dans la ville de Laâyoune occupée    La pièce GPS du TNA primée    Ouverture en présence de nombreux intellectuels    Biens waqfs mis au profit de la science    NCA Rouiba conclu un accord avec le groupe français Castel    Bouira: De 3 ans de prison à la perpétuité pour trafic international de drogue    Santé, agriculture et tourisme: Des investisseurs étrangers intéressés par le marché algérien    El-Bayadh: Enfin la liste des logements sociaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité
Publié dans Le Maghreb le 12 - 12 - 2019


Nos problèmes économiques et sociaux sont en train de s'aggraver de plus en plus chaque jour. Mais jusqu'à cette date, la Tunisie ne semble pas encore retrouver une stabilité politique. Visiblement, le calcul politicien prime systématiquement sur le bon sens économique et social amenant les acteurs socio-économiques à faire valoir leurs intérêts corporatistes au détriment de l'intérêt général. Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité, d'autant que le régime politique en place les a mis au centre des décisions. Les élus du peuple doivent mettre en place des réformes pour assurer la stabilité financière de l'Etat via le renforcement de ses ressources propres, la maîtrise des dépenses publiques (surtout les salaires et la dette publique) et l'impulsion de l'activité économique surtout que l'année 2019 est marquée par un faible taux de croissance. Il faut viser sur les potentialités de notre pays à se développer grâce à ses propres forces. Sinon, notre pays risque de perdre sa souveraineté économique surtout que l'année 2020 marquera la fin du programme quinquennal (2016-2020) de facilité élargie de crédit accordé à la Tunisie par la FMI et la banque mondiale. Reste à espérer que les parties politiques se mettent d'accord en privilégiant l'intérêt général à l'appartenance politique au lieu de se plaire dans les palabres politiques stériles et sans intérêt pour la majorité de la population et surtout pour nos jeunes et nos acteurs économiques. Car ce qui attend le prochain gouvernement, c'est un pays en profonde crise économique et sociale, avec un lourd fardeau de dettes, où le chômage et l'inflation alimentent la grogne d'une population aux attentes déçues.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.