Man United - Cavani : "J'ai développé une grande affection pour le club"    Après des tensions avec Madrid et Berlin, le Maroc en brouille avec Téhéran    Palestine: l'artillerie israélienne bombarde deux sites au Nord de la bande de Ghaza    Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Barça : Piqué envoie une pique au Real Madrid    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Les marches soumises à autorisation    La siesta    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    L'éviction de listes charme l'opinion    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'araignée en question (...)
Publié dans Le Maghreb le 30 - 12 - 2019

Aussi longtemps, que le peuple algérien ne réussira pas, grâce une action conjuguée, coordonnée, à se dresser contre les desseins inavoués ou non de ses ennemis, aventuriers, à déjouer leurs plans réels ou potentiels, les manœuvres et efforts de ces derniers continueront à se déployer à se faire pour mettre sur pied, à court et moyen terme, la division de l'unité nationale, le spectre de la méfiance entre les enfants de la même religion, de la même patrie. Manœuvres que relient ceux qui sont dans le giron des ennemis du pays et dont les objectifs se fixent dans un cadre conforme aux intérêts stratégiques de certains qui poussent dans l'ombre à déclencher un conflit interalgérien lourd de conséquences, de telle façon qu'un bouleversement de la situation intérieure de l'Algérie post-élection présidentielle facilite le chaos et piétine tout ce qui a été acquis pendant dix mois comme support à la démocratie, à la stabilité du pays et de la société. Le climat explosif des dernières marches populaires, vendredi dernier particulièrement a été alimenté par de vigoureuses et dangereuses menaces sur la cohésion nationale avec comme perspective de certain acteurs, la progressive substitution de la violence aux marches pacifiques et à l'autorité de l'Etat. L'Etat qui doit encore jouer son rôle prépondérant, qui doit demeurer la puissance principale de la Loi et qui doit faire obligation à tout le monde à se retirer de ces espaces d'anarchie et de désordre public. L'autorité de l'Etat au regard de la conjoncture difficile nationale et régionale doit se mettre en mouvement, être plus présent sur le terrain avec bien sûr, le soutien et la collaboration des citoyens afin de barrer la route aux aventuriers et ceux qui ont été qualifiés par le défunt général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah d' " outranciers " qui se sont incrustés dans les rangs de la société et même dans les universités. Ils sont en train de refaire le nid provocateur de la régionalisation, le tribalisme, une agitation d'instabilité et d'inadaptation qui viennent délibérément de la volonté destructive de certaines parties qui visent un dépaysement, une incompréhension, un déséquilibre de la société. Sinon comment comprendre cette nouvelle trouvaille, ce nouveau slogan appelant à " la primauté du civil sur le militaire ", c'était du temps de la lutte de Libération nationale. Aujourd'hui, c'est une clameur qui n'a pas de sens. Le peuple l'a prouvé en s'alliant à la stratégie de sortie de crise proposée par le Haut commandent de l'ANP qui par la voix officielle du défunt vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah a depuis le début de la crise reconnu au Hirak du 22 février dernier l'auteur de la renaissance de l'Algérie. Il n'y a pas eu de saccage, de violence, aucune goutte de sang n'a coulé. Ce civisme-là a été salué par tout l'état-major de l'ANP. Le défunt Ahmed Gaïd Salah dans ses différentes allocutions d'orientation s'est engagé à accompagner le peuple dans ses revendications légitimes. C'était l'indice que l'Armée algérienne a réuni les conditions pour l'avènement d'une nouvelle Algérie, d'une démocratie participative largement ouverte et émancipatrice.
Aberrant ? Inconcevable ? Irréaliste dans la conjoncture difficile actuelle au niveau national et régional que ces individus pensent à faire reculer le pays vers le tunnel sombre des années de la tragédie nationale, vers le pouvoir méprisant subi par le peuple pendant une vingtaine d'années. Il faut que certains parmi les plus radicaux qui visent la déstabilisation du pays, la fitna entre les Algériens, se mettent en tête que les rapports de forces ont changé, que le peuple est désormais, seul maître du jeu politique, économique et social. Il ne permettra plus qu'on ramène le pays aux temps révolus de la grande et contagieuse misère politique, économique et sociale. Le même peuple algérien dans sa volonté de vivre en paix et de s'épanouir tranquillement n'hésitera pas encore une énième fois à rappeler et à s'allier à l'Armée nationale populaire (ANP) pour garantir la stabilité du pays et dont le Haut commandement sait comme toujours que les progrès de la Nation dépendent dans une large mesure de la préservation de l'Unité nationale qui est aujourd'hui indivisible. Depuis l'investiture du nouveau président de la République, Monsieur Abdelmadjid Tebboune, l'Algérie est en train de changer. Chacun et tous dans l'intérêt suprême de la Patrie devraient marquer une pause durable avant d'aller trop vite et trop loin dans leurs desseins de diviser la société algérienne. La situation actuelle exige plus que jamais l'unité nationale, le respect de la Loi et des institutions, un Etat fort et la cohésion de l'armée. L'araignée qui a tissé certains slogans défavorables à la cohésion nationale vise aussi à l'affaiblissement de l'Armée. Une araignée composée d'individus manipulés pour qui ce n'est pas le primat du civil sur le militaire qui les intéresse .C'est plutôt ces privilèges politiques qui leur permettront de tisser un réseau d'influence, de clientélisme qui leur assure pouvoir et dinars…

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.