Montpellier : Delort retourne le couteau dans la plaie du PSG    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Une délégation de l'APN prend part à la 14e session de l'APM à Athènes    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    LOGEMENTS AADL : Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    ORAN : Saisie de plus de 58 tonnes de tabac à chiquer    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Les Sang et Or n'y arrivent plus    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    À tout jamais…    Un an d'assiduité au hirak    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    La communauté indigène visée par un autre assassinat    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    Mandat d'arrêt contre 700 personnes pro-Gulen    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    Graeme Allwright : l'âme des «protest singers» en France    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    Plus de 207 km de fibre optique réalisés en 2019    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    Tebboune relence le débat sur lamémoire    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Paysage médiatique : Comment Belhimer compte révolutionner le secteur ?
Publié dans Le Maghreb le 08 - 01 - 2020

Le devenir du paysage médiatique et son rôle face aux transformations que traverse notre pays, doit être réactualisé avec beaucoup de pertinence par le président de la République Abdelmadjid Tebboune, et comme l'a promis notamment ! D'ailleurs, il s'est engagé à faire de la corporation une véritable institution.
Au premier Conseil des ministres, tenu dimanche dernier, sous la présidence d'Abdelmadjid Tebboune, a mis sur la table les axes importants dans le programme présidentiel pour faire inspirer le plan d'action de l'Exécutif dirigé par Abdelaziz Djerad. Ainsi, le Président compte apporter sa propre touche au secteur de la communication. Il s'agit précisément du paysage médiatique national avec tout ce qui implique comme la liberté d'expression, le respect de la sacro-règle de l'éthique et de la déontologie, en passant par la situation socioprofessionnelle prévalant dans les entreprises de presse.
Dans ses orientations, le Président a distingué le secteur de la communication des médias, relevant que "le président de la République a incité le gouvernement à mettre à la disposition du secteur de l'information toutes les conditions à même de renforcer le professionnalisme de l'ensemble des médias et des journalistes, en leur donnant les moyens qui leur permettent d'exercer au mieux leur profession en toute responsabilité et en toute liberté. Une liberté qui s'exerce dans le cadre de la loi et de la déontologie", rapporte le communiqué final du Conseil des ministres, qui a encouragé " la liberté d'expression, de la créativité et le rôle de la presse électronique".
À considérer la situation du secteur, beaucoup de travail attend l'actuel ministre de la Communication, Amar Belhimer, qui cumule également les fonctions de porte-parole du gouvernement. Pour voir un peu plus clair dans la vision du nouveau ministre, il y a à rappeler ses premiers mots tenus lors de la cérémonie de prise officielle de ses fonctions à la tête de ce secteur. L'ex-membre du Panel de dialogue et de médiation a mis en avant dans son allocution " sa volonté de travailler avec l'ensemble des acteurs pour donner un nouveau souffle au secteur de la communication et trouver des solutions aux problèmes professionnels, matériels et organisationnels à même de lui permettre d'accomplir sa noble mission de diffusion de l'information objective et d'être au diapason des exigences de l'heure et des développements que connaît le pays ". Bien évidemment le secteur de l'information et de la communication souffre de plusieurs problèmes. À commencer par le secteur de l'audiovisuel privé, qui évolue dans le flou et l'anarchie, avec des dizaines de chaînes satellitaires activant sous le droit étranger, hormis 5 à 6 médias autorisés de diffusion. Ce problème persiste depuis l'ouverture du champ audiovisuel au privé, notamment la création de chaînes de télévision, en 2017. Le gouvernement d'alors a décidé de "réétudier" le texte "en concertation avec les acteurs concernés, pour qu'il réponde aux exigences de développement du paysage médiatique audiovisuel algérien d'aujourd'hui". Mais, depuis cette annonce, le projet est mis à l'arrêt. Dans le même secteur, il y a encore le rôle de l'ARAV (Autorité de régulation de l'audiovisuel), qui n'avait pratiquement pas pesé de son poids dans sa mission, consistant à réguler et imposer les règles de l'exercice du métier, dans la diffusion des programmes télés, pour n'en rappeler que les fameuses "caméras cachées" du mois de Ramadhan, qui ont choqué les sensibilités et fait indigner les Algériens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.