La passion algérienne.    Real Madrid: Llorente part à l'Atletico (officiel)    Huis clos à l'entraînement d'hier : les vraies raisons    Louisa Hanoune reste en prison    Réouverture du dossier de l'autoroute Est-Ouest    À bas l'oligarchie !    La grande embrouille !    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    Petits rappels à l'attention lacrymale des Bekkayate d'ici !    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    Proposition de sortie de crise    Gaïd Salah met en garde les porteurs de l'emblème de l'amazighité    Que le spectacle commence !    Des referees européens pour superviser la VAR à partir du deuxième tour    Des finales disputées    Le procès Kamel Chikhi ajourné au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    L'affaire Tahkout devant la Cour suprême    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    sortir... ...sortir... ...sortir...    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    A votre bon cœur !    La taule à gogo    Assassinat du journaliste Jamal Khashoggi : Une experte des Nations unies demande une enquête sur le prince héritier saoudien    Une bien triste leçon égyptienne    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Beaucoup reste à faire
BOUMERDES, Cantines scolaires
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 02 - 2010

Le quotidien des écoliers dans la wilaya de Boumerdès devient de plus en plus dur en raison d'une multitude de carences signalées à travers plusieurs localités, notamment celles rurales. En effet, l'absence de cantines scolaires, qui touche plusieurs établissements scolaires, pénalise durement les écoliers, notamment en cette période hivernale.
Le quotidien des écoliers dans la wilaya de Boumerdès devient de plus en plus dur en raison d'une multitude de carences signalées à travers plusieurs localités, notamment celles rurales. En effet, l'absence de cantines scolaires, qui touche plusieurs établissements scolaires, pénalise durement les écoliers, notamment en cette période hivernale.
Les exemples ne manquent pas, au contraire, on sillonnant cette wilaya d'Est en Ouest, nous aurons à constater que le secteur de l'éducation va mal. De ce fait, des centaines d'élèves se sentent des laissés- pour-compte. A qui profite cette situation ? En tout cas, la dégradation des conditions de scolarité n'en bénéficie plus aux élèves. Et le résultat est bien connu : le taux de déperdition scolaire ne fait qu'augmenter. Au village Azaghar, dans la commune d'Afir, le problème se pose avec acuité, notamment lorsqu'on sait qu'une cantine scolaire a été réalisée dans le nouveau CEM de cette contrée mais tarde à ouvrir ces portes. De ce fait, les collégiens issus de differents horizons de la localité souffrent le martyre. «Nous passons des journées le ventre creux et nous trouvons des difficultés à saisir les cours», nous dira un collégien. N'était l'existence d'échoppes à proximité dudit établissement, la situation aurait été désastreuse, car les collégiens se permettent d'acheter de pain, du cachère et du fromage, mais souvent, la plupart des élèves ne peuvent pas se le permettre. Le calvaire des élèves ne s'arrête pas là, car, ils sont confrontés à un autre problème de taille, celui de l'absence de transport scolaire. Ils parcourent quotidiennement des dizaines de kilomètres pour rejoindre les bancs de l'école. A cela s'ajoute l'absence de chauffage dans plusieurs établissements scolaires de la commune. Ceux qui y existent ne répondent plus aux normes et ne sont plus dans la mesure d'offrir du confort aux élèves.
Dans la commune de Chabet El- Ameur, le déficit en matière de cantines scolaires se pose sérieusement. La quasi-totalité des établissements primaires et moyens ne sont pas dotés de cantines. C'est l'exemple du CEM du village Aït Saï, qui était une SAS à l'époque coloniale, reconvertie en CEM en 1986, qui n'est toujours pas doté d'une cantine. Les collégiens ne savent plus à quel saint se vouer. Ils prennent leur mal en patience. Les plus touchés par cette défaillance sont les élèves habitant le village Azzouza. Ces derniers parcourent également plus de 15 kilomètres à pied à cause de l'absence de bus de ramassage scolaire. «Nous avons sollicité à plusieurs reprises l'APC d'affecter des bus pour nos enfants, mais en vain», nous dira un délégué du village. L'APC dispose, selon des informations concordantes, de cinq minibus, ce qui est insuffisant pour satisfaire la demande de tous les villageois, nous dit-on. L'absence de cantine scolaire dans le nouveau CEM du chef-lieu, base 7, a contraint les collégiens à parcourir 1 kilomètre de marche pour prendre leurs déjeuner au CEM Si Rachid.
Dans la commune de Timezrit, sur sept établissements scolaires existants, deux uniquement sont dotés de cantines scolaires. Il s'agit de l'école primaire Aït Chaouch et celle d'Afir Azazna. Mais cela, reste insuffisant pour une localité comme Timezrit connue par son rude climat en hiver. Par contre, la cantine du CEM du chef-lieu tarde toujours à ouvrir ses portes, par conséquence, les collégiens sont punis par une condition qui ne dit toujours pas son nom. Par ailleurs, la construction d'un poulailler à proximité d'un établissement primaire au village Toursal envenime de plus en plus les conditions de scolarisation des écoliers et accentue leur calvaire.
T. O.
Les exemples ne manquent pas, au contraire, on sillonnant cette wilaya d'Est en Ouest, nous aurons à constater que le secteur de l'éducation va mal. De ce fait, des centaines d'élèves se sentent des laissés- pour-compte. A qui profite cette situation ? En tout cas, la dégradation des conditions de scolarité n'en bénéficie plus aux élèves. Et le résultat est bien connu : le taux de déperdition scolaire ne fait qu'augmenter. Au village Azaghar, dans la commune d'Afir, le problème se pose avec acuité, notamment lorsqu'on sait qu'une cantine scolaire a été réalisée dans le nouveau CEM de cette contrée mais tarde à ouvrir ces portes. De ce fait, les collégiens issus de differents horizons de la localité souffrent le martyre. «Nous passons des journées le ventre creux et nous trouvons des difficultés à saisir les cours», nous dira un collégien. N'était l'existence d'échoppes à proximité dudit établissement, la situation aurait été désastreuse, car les collégiens se permettent d'acheter de pain, du cachère et du fromage, mais souvent, la plupart des élèves ne peuvent pas se le permettre. Le calvaire des élèves ne s'arrête pas là, car, ils sont confrontés à un autre problème de taille, celui de l'absence de transport scolaire. Ils parcourent quotidiennement des dizaines de kilomètres pour rejoindre les bancs de l'école. A cela s'ajoute l'absence de chauffage dans plusieurs établissements scolaires de la commune. Ceux qui y existent ne répondent plus aux normes et ne sont plus dans la mesure d'offrir du confort aux élèves.
Dans la commune de Chabet El- Ameur, le déficit en matière de cantines scolaires se pose sérieusement. La quasi-totalité des établissements primaires et moyens ne sont pas dotés de cantines. C'est l'exemple du CEM du village Aït Saï, qui était une SAS à l'époque coloniale, reconvertie en CEM en 1986, qui n'est toujours pas doté d'une cantine. Les collégiens ne savent plus à quel saint se vouer. Ils prennent leur mal en patience. Les plus touchés par cette défaillance sont les élèves habitant le village Azzouza. Ces derniers parcourent également plus de 15 kilomètres à pied à cause de l'absence de bus de ramassage scolaire. «Nous avons sollicité à plusieurs reprises l'APC d'affecter des bus pour nos enfants, mais en vain», nous dira un délégué du village. L'APC dispose, selon des informations concordantes, de cinq minibus, ce qui est insuffisant pour satisfaire la demande de tous les villageois, nous dit-on. L'absence de cantine scolaire dans le nouveau CEM du chef-lieu, base 7, a contraint les collégiens à parcourir 1 kilomètre de marche pour prendre leurs déjeuner au CEM Si Rachid.
Dans la commune de Timezrit, sur sept établissements scolaires existants, deux uniquement sont dotés de cantines scolaires. Il s'agit de l'école primaire Aït Chaouch et celle d'Afir Azazna. Mais cela, reste insuffisant pour une localité comme Timezrit connue par son rude climat en hiver. Par contre, la cantine du CEM du chef-lieu tarde toujours à ouvrir ses portes, par conséquence, les collégiens sont punis par une condition qui ne dit toujours pas son nom. Par ailleurs, la construction d'un poulailler à proximité d'un établissement primaire au village Toursal envenime de plus en plus les conditions de scolarisation des écoliers et accentue leur calvaire.
T. O.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.