Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Encore un corps repêché à El Tarf    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Ould Kaddour dans le collimateur    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Sans diagnostic point de remède !    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa fait son film
8es rencontres cinématographiques
Publié dans Le Midi Libre le 01 - 06 - 2010

Devenu un événement phare dans la capitale des Hammadites, Bejaïa accueille pour la huitième année consécutive les rencontres cinématographiques depuis samedi dernier.
Le coup d'envoi de cette manifestation a vu la projection de deux films, un court et un long métrage, Le dernier passage, d'une durée de six minutes de Mounès Khemmar (qui a participé au dernier Festival de Cannes) et Le Voyage d'Alger d'Abdelkrim Bahloul (une production réalisée dans le cadre «d'Alger, capitale de la culture arabe 2007» ).
Durant ces journées, organisées par l'association Project'heurts, les Boujiotes pourront apprécier, jusqu'au 4 juin, au Théâtre régional de Bejaïa, des œuvres artistiques de divers pays : Maroc, Tunisie, Belgique et la France.
En plus du traditionnel Café-Ciné, l'édition de cette année consacre une large place à la formation.
Un atelier de réécriture de scénarios de courts métrages de fiction (environ 15 minutes) intitulé «Coté courts», a été mis en place. Il est ouvert aux jeunes réalisateurs algériens chaque matinée. L'atelier est encadré par quatre professionnel du cinéma : Tahar Chikhaoui, critique ciné et enseignant (Tunisie), Stéphanie Durand-Barracand, responsable de développement et script-doctor (France), Mounès Khammar producteur et réalisateur (Saphina Productions - Algérie) et Jean-Pierre Morillon, directeur littéraire (France).
Il est à rappeler que ces journées cinématographiques de Béjaïa sont nées d'une rencontre entre deux associations : l'association Project'heurts, basée à Bejaïa ayant pour objectif l'animation des espaces de diffusion cinématographiques, notamment à travers un ciné-club Allons voir un film, et l'association Kaina cinéma, basée à Paris. Celle-ci existe depuis mars 2003, et a comme objectif le soutien des initiatives visant à faire revivre la filière cinématographique en Algérie, le raffermissement et le développement des liens de coopération et d'échanges avec les professionnels français et plus largement européens qui souhaitent soutenir des actions en Algérie.
Depuis juin 2003, date de la première édition, l'événement est devenu une tradition et commence à s'ancrer.
Les rencontres cinématographiques de Béjaïa sont donc devenues une vitrine du jeune cinéma algérien. Les deux équipes tentent, à travers une programmation sous le signe de la diversité des genres (courts, longs, fictions, documentaires...), de donner à voir la richesse des regards que des jeunes cinéastes portent sur leurs pays et sur le monde.
Devenu un événement phare dans la capitale des Hammadites, Bejaïa accueille pour la huitième année consécutive les rencontres cinématographiques depuis samedi dernier.
Le coup d'envoi de cette manifestation a vu la projection de deux films, un court et un long métrage, Le dernier passage, d'une durée de six minutes de Mounès Khemmar (qui a participé au dernier Festival de Cannes) et Le Voyage d'Alger d'Abdelkrim Bahloul (une production réalisée dans le cadre «d'Alger, capitale de la culture arabe 2007» ).
Durant ces journées, organisées par l'association Project'heurts, les Boujiotes pourront apprécier, jusqu'au 4 juin, au Théâtre régional de Bejaïa, des œuvres artistiques de divers pays : Maroc, Tunisie, Belgique et la France.
En plus du traditionnel Café-Ciné, l'édition de cette année consacre une large place à la formation.
Un atelier de réécriture de scénarios de courts métrages de fiction (environ 15 minutes) intitulé «Coté courts», a été mis en place. Il est ouvert aux jeunes réalisateurs algériens chaque matinée. L'atelier est encadré par quatre professionnel du cinéma : Tahar Chikhaoui, critique ciné et enseignant (Tunisie), Stéphanie Durand-Barracand, responsable de développement et script-doctor (France), Mounès Khammar producteur et réalisateur (Saphina Productions - Algérie) et Jean-Pierre Morillon, directeur littéraire (France).
Il est à rappeler que ces journées cinématographiques de Béjaïa sont nées d'une rencontre entre deux associations : l'association Project'heurts, basée à Bejaïa ayant pour objectif l'animation des espaces de diffusion cinématographiques, notamment à travers un ciné-club Allons voir un film, et l'association Kaina cinéma, basée à Paris. Celle-ci existe depuis mars 2003, et a comme objectif le soutien des initiatives visant à faire revivre la filière cinématographique en Algérie, le raffermissement et le développement des liens de coopération et d'échanges avec les professionnels français et plus largement européens qui souhaitent soutenir des actions en Algérie.
Depuis juin 2003, date de la première édition, l'événement est devenu une tradition et commence à s'ancrer.
Les rencontres cinématographiques de Béjaïa sont donc devenues une vitrine du jeune cinéma algérien. Les deux équipes tentent, à travers une programmation sous le signe de la diversité des genres (courts, longs, fictions, documentaires...), de donner à voir la richesse des regards que des jeunes cinéastes portent sur leurs pays et sur le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.