Habitat: Attribution de 1.330 unités de logement "AADL" et "LPP"    Le capital du Groupe Télécom Algérie triplé    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    Real Madrid: le verdict tombe pour Hazard    Opep-Non Opep : Arkab participe à la 17ème réunion du JMMC à Vienne    Tottenham: Mourinho voit grand pour Alli    Colère et indignation des Algériens    «L'Etat fera face à toute tentative d'entraver les élections»    Marche contre l'ingérence européenne    «J'ai fait une campagne propre»    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    7 responsables de Sonelgaz de Tipasa sous mandat de dépôt    Imposante marche des syndicats autonomes à Tizi Ouzou    Le Raja pour le vainqueur MCA-Forces aériennes    L'inévitable saignée ?    Deux médailles d'or et une en argent pour les Algériens    Mahrez, Bennacer et Belaïli retenus dans la liste finale    54 appareils distribués aux handicapés    Le transport scolaire fait défaut    4 300 fuites d'eau colmatées depuis janvier    ACTUCULT    "Muhend U Yehya est un artiste profondément universel"    À quoi ressemble le paradis dans la tête d'un musulman !?    La pièce "GPS" retenue en compétition    Accidents de la route: 15 morts et 310 blessés en une semaine en zones urbaines    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    CAF Awards 2019 : Trois Algériens dans le top 10    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Souk Naâmane (Oum El Bouaghi) : Démantèlement d'un réseau international de trafic de voitures    Bouira: Campagne de sensibilisation sur la drogue    Le procès s'est ouvert hier: Sellal et Ouyahia à la barre    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    Tébessa: Détournement de fonds dans une société, un cadre sous contrôle judiciaire    Sidi Bel-Abbès: Le maire dépose sa démission, son successeur connu aujourd'hui    Henry Kissinger Ex-secrétaire d'Etat américain Les Etats-Unis et la Chine devraient régler leurs désaccords pour le bien de l'avenir du monde    Zimbabwe : La fortune de Robert Mugabe dévoilée par le gouvernement    Déficit de la balance commerciale Une situation économique et sociale préoccupante    Sécurité alimentaire Une priorité pour sortir de la crise    Chine : Hausse de l'IDA du secteur manufacturier en novembre    Bourse : Le Nikkei à Tokyo finit en baisse de 0,64%    Belaïd plaide pour "l'équilibre régional dans le développement"    Iran : Le chef de la diplomatie omanaise en Téhéran, après une visite à Washington    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    "Chronologie de l'Histoire de l'Algérie" le 7 décembre à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béjaïa fait son film
8es rencontres cinématographiques
Publié dans Le Midi Libre le 01 - 06 - 2010

Devenu un événement phare dans la capitale des Hammadites, Bejaïa accueille pour la huitième année consécutive les rencontres cinématographiques depuis samedi dernier.
Le coup d'envoi de cette manifestation a vu la projection de deux films, un court et un long métrage, Le dernier passage, d'une durée de six minutes de Mounès Khemmar (qui a participé au dernier Festival de Cannes) et Le Voyage d'Alger d'Abdelkrim Bahloul (une production réalisée dans le cadre «d'Alger, capitale de la culture arabe 2007» ).
Durant ces journées, organisées par l'association Project'heurts, les Boujiotes pourront apprécier, jusqu'au 4 juin, au Théâtre régional de Bejaïa, des œuvres artistiques de divers pays : Maroc, Tunisie, Belgique et la France.
En plus du traditionnel Café-Ciné, l'édition de cette année consacre une large place à la formation.
Un atelier de réécriture de scénarios de courts métrages de fiction (environ 15 minutes) intitulé «Coté courts», a été mis en place. Il est ouvert aux jeunes réalisateurs algériens chaque matinée. L'atelier est encadré par quatre professionnel du cinéma : Tahar Chikhaoui, critique ciné et enseignant (Tunisie), Stéphanie Durand-Barracand, responsable de développement et script-doctor (France), Mounès Khammar producteur et réalisateur (Saphina Productions - Algérie) et Jean-Pierre Morillon, directeur littéraire (France).
Il est à rappeler que ces journées cinématographiques de Béjaïa sont nées d'une rencontre entre deux associations : l'association Project'heurts, basée à Bejaïa ayant pour objectif l'animation des espaces de diffusion cinématographiques, notamment à travers un ciné-club Allons voir un film, et l'association Kaina cinéma, basée à Paris. Celle-ci existe depuis mars 2003, et a comme objectif le soutien des initiatives visant à faire revivre la filière cinématographique en Algérie, le raffermissement et le développement des liens de coopération et d'échanges avec les professionnels français et plus largement européens qui souhaitent soutenir des actions en Algérie.
Depuis juin 2003, date de la première édition, l'événement est devenu une tradition et commence à s'ancrer.
Les rencontres cinématographiques de Béjaïa sont donc devenues une vitrine du jeune cinéma algérien. Les deux équipes tentent, à travers une programmation sous le signe de la diversité des genres (courts, longs, fictions, documentaires...), de donner à voir la richesse des regards que des jeunes cinéastes portent sur leurs pays et sur le monde.
Devenu un événement phare dans la capitale des Hammadites, Bejaïa accueille pour la huitième année consécutive les rencontres cinématographiques depuis samedi dernier.
Le coup d'envoi de cette manifestation a vu la projection de deux films, un court et un long métrage, Le dernier passage, d'une durée de six minutes de Mounès Khemmar (qui a participé au dernier Festival de Cannes) et Le Voyage d'Alger d'Abdelkrim Bahloul (une production réalisée dans le cadre «d'Alger, capitale de la culture arabe 2007» ).
Durant ces journées, organisées par l'association Project'heurts, les Boujiotes pourront apprécier, jusqu'au 4 juin, au Théâtre régional de Bejaïa, des œuvres artistiques de divers pays : Maroc, Tunisie, Belgique et la France.
En plus du traditionnel Café-Ciné, l'édition de cette année consacre une large place à la formation.
Un atelier de réécriture de scénarios de courts métrages de fiction (environ 15 minutes) intitulé «Coté courts», a été mis en place. Il est ouvert aux jeunes réalisateurs algériens chaque matinée. L'atelier est encadré par quatre professionnel du cinéma : Tahar Chikhaoui, critique ciné et enseignant (Tunisie), Stéphanie Durand-Barracand, responsable de développement et script-doctor (France), Mounès Khammar producteur et réalisateur (Saphina Productions - Algérie) et Jean-Pierre Morillon, directeur littéraire (France).
Il est à rappeler que ces journées cinématographiques de Béjaïa sont nées d'une rencontre entre deux associations : l'association Project'heurts, basée à Bejaïa ayant pour objectif l'animation des espaces de diffusion cinématographiques, notamment à travers un ciné-club Allons voir un film, et l'association Kaina cinéma, basée à Paris. Celle-ci existe depuis mars 2003, et a comme objectif le soutien des initiatives visant à faire revivre la filière cinématographique en Algérie, le raffermissement et le développement des liens de coopération et d'échanges avec les professionnels français et plus largement européens qui souhaitent soutenir des actions en Algérie.
Depuis juin 2003, date de la première édition, l'événement est devenu une tradition et commence à s'ancrer.
Les rencontres cinématographiques de Béjaïa sont donc devenues une vitrine du jeune cinéma algérien. Les deux équipes tentent, à travers une programmation sous le signe de la diversité des genres (courts, longs, fictions, documentaires...), de donner à voir la richesse des regards que des jeunes cinéastes portent sur leurs pays et sur le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.