Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La mer le sable dissimulent des ennemis urticants aux piqûres bénignes mais douloureuses
Les indésirables de la plage
Publié dans Le Temps d'Algérie le 30 - 07 - 2010

La plage n'est pas seulement un lieu de détente et de farniente. Elle peut être aussi une zone à risque, en dehors de l'abus de soleil. En effet, le sable, la mer, les rochers dissimulent de petites bêtes, discrètes mais redoutables.
A commencer par les méduses – et notamment les pelagia noctiluca – présentes cette année encore en Méditerranée. N'oubliez pas que même morte et échouée sur la plage, la méduse reste urticante. Sa piqûre, ou plutôt sa brûlure, se manifeste par une irritation cutanée, une abrasion rouge de la peau qu'il faut immédiatement rincer à l'eau de mer sans frotter après avoir enlevé avec un gant les filaments accrochés sur la peau. Il est aussi conseillé de traiter avec des antiseptiques locaux, antalgiques, antihistaminiques...
pour faciliter la disparition des lésions, qui peuvent parfois persister deux à trois semaines, voire plus d'un mois. Les méduses ne sont pas seules à être redoutables. Mettre le pied sur un oursin ou une vive déclenche immédiatement une réaction de défense de la part de la petite bête, très désagréable pour la victime.
Les épines du premier, fréquent à proximité des rochers, ne sont pas venimeuses, mais douloureuses. Les piquants pénètrent dans la peau, se cassent et s'implantent dans la plaie. Premiers réflexes :
les ôter à l'aide d'une pince à épiler (l'opération est complexe, les épines étant friables), puis désinfecter à l'alcool à 90° pour éviter les risques de surinfection, et notamment l'infection au bacille erysipelothrix rhusiopathiae, qui provoque, vingt-quatre heures après la piqûre, l'apparition d'un érythème. La vive, petit poisson de 10 à 15 centimètres de long, est un autre ennemi à surveiller.
Elle vit dans les mers tempérées, enfouie dans le sable ou dans l'eau peu profonde, et ne laisse entrevoir qu'une partie de sa tête. Or, son arme se situe sur ses nageoires dorsales, lesquelles sont dotées d'épines venimeuses. Le contact est très violent, jusqu'à provoquer parfois une syncope. Les premiers soins consistent à appliquer sur la zone atteinte une source de chaleur (eau chaude, compresses chaudes, air chaud d'un sèche-cheveux) pendant
une dizaine de minutes afin de neutraliser le venin, lequel est thermolabile. Des centres antipoison traitent ce type de piqûre en appliquant d'abord une source de chaleur sur la plaie pendant deux minutes, puis de la glace enveloppée dans un linge. Il faut évidemment nettoyer et désinfecter la plaie, et consulter un médecin si les douleurs persistent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.