L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Le procès de Zoukh, l'ex-wali d'Alger, reporté au 17 novembre    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    287 nouveaux cas en Algérie    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    LDC: Le Real arrache un nul inespéré à Gladbach    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Sélection algérienne: "Le contrat de Belmadi a déjà été prolongé"    Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Le gardien Donnarumma positif au Covid-19    Rahmoun Yazid en renfort    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une combinaison de traitements freine la progression du cancer ovarien
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 06 - 2010

L'Avastin, une thérapie ciblée empêchant la tumeur cancéreuse de développer des vaisseaux sanguins nourriciers, combiné à de la chimiothérapie prolonge nettement la période durant laquelle un cancer ovarien avancé cesse de progresser, selon une étude clinique publiée dimanche. "C'est le premier essai clinique de phase 3 qui montre que bloquer la formation de vaisseaux sanguins des tumeurs améliore notablement la survie sans progression de la maladie des femmes ayant un cancer ovarien ou péritonéal très difficile à traiter", a expliqué le Dr Robert Burger du Fox Chase Cancer Center à Philadelphie (Pennsylvanie, est), qui a conduit cette recherche. "Les résultats de cet essai clinique montrent que l'Avastin est un traitement initial acceptable pour les patientes souffrant d'un cancer avancé de l'ovaire", a-t-il ajouté en présentant les résultats à la conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASC0) réunie ce week-end à Chicago (Illinois, nord). L'Avastin, commercialisé par la firme américaine Genentech, partie du groupe pharmaceutique suisse Roche, est déjà autorisé par l'Agence américaine du médicament (Food and Drug Administration) pour le traitement de plusieurs cancers métastasiques dont celui du colon, du sein, du rein, du cerveau et du poumon. De petits essais cliniques conduits précédemment avec l'Avastin avaient déjà montré des résultats encourageants chez des femmes atteintes d'un cancer ovarien ou péritonéal récurrent. Ce dernier essai clinique international a porté sur 1.873 femmes récemment diagnostiquées d'un cancer avancé (stade 3 et 4) de l'ovaire, péritonéal et des tubes fallopiens ayant subi une intervention chirurgicale pour retirer la plus grande partie possible de la tumeur. Ces patientes ont été divisées en trois groupes. Dans le premier, les femmes ont été traitées avec une chimiothérapie standard (paclitaxel combiné à du carboplatine) plus un placebo. Dans le deuxième, elle ont reçu cette même chimiothérapie plus de l'Avastin. Dans le troisième groupe, les patiente ont également été traitées avec de la chimiothérapie plus de l'Avastin mais avec un suivi de dix mois avec de l'Avastin seul. Ce dernier groupe a eu une survie de 14 mois (valeur médiane) comparativement à 10 mois pour celles n'ayant eu de la chimiothérapie, une différence statistiquement significative, soulignent les auteurs de la recherche. Le cancer de l'ovaire se situe au sixième rang mondial par ordre de fréquence parmi les cancers gynécologiques et touche 230 millefemmes par an dont près de 140 mille en meurent. Il s'agit de la 8e cause de décès par cancer chez les femmes.
L'Avastin, une thérapie ciblée empêchant la tumeur cancéreuse de développer des vaisseaux sanguins nourriciers, combiné à de la chimiothérapie prolonge nettement la période durant laquelle un cancer ovarien avancé cesse de progresser, selon une étude clinique publiée dimanche. "C'est le premier essai clinique de phase 3 qui montre que bloquer la formation de vaisseaux sanguins des tumeurs améliore notablement la survie sans progression de la maladie des femmes ayant un cancer ovarien ou péritonéal très difficile à traiter", a expliqué le Dr Robert Burger du Fox Chase Cancer Center à Philadelphie (Pennsylvanie, est), qui a conduit cette recherche. "Les résultats de cet essai clinique montrent que l'Avastin est un traitement initial acceptable pour les patientes souffrant d'un cancer avancé de l'ovaire", a-t-il ajouté en présentant les résultats à la conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASC0) réunie ce week-end à Chicago (Illinois, nord). L'Avastin, commercialisé par la firme américaine Genentech, partie du groupe pharmaceutique suisse Roche, est déjà autorisé par l'Agence américaine du médicament (Food and Drug Administration) pour le traitement de plusieurs cancers métastasiques dont celui du colon, du sein, du rein, du cerveau et du poumon. De petits essais cliniques conduits précédemment avec l'Avastin avaient déjà montré des résultats encourageants chez des femmes atteintes d'un cancer ovarien ou péritonéal récurrent. Ce dernier essai clinique international a porté sur 1.873 femmes récemment diagnostiquées d'un cancer avancé (stade 3 et 4) de l'ovaire, péritonéal et des tubes fallopiens ayant subi une intervention chirurgicale pour retirer la plus grande partie possible de la tumeur. Ces patientes ont été divisées en trois groupes. Dans le premier, les femmes ont été traitées avec une chimiothérapie standard (paclitaxel combiné à du carboplatine) plus un placebo. Dans le deuxième, elle ont reçu cette même chimiothérapie plus de l'Avastin. Dans le troisième groupe, les patiente ont également été traitées avec de la chimiothérapie plus de l'Avastin mais avec un suivi de dix mois avec de l'Avastin seul. Ce dernier groupe a eu une survie de 14 mois (valeur médiane) comparativement à 10 mois pour celles n'ayant eu de la chimiothérapie, une différence statistiquement significative, soulignent les auteurs de la recherche. Le cancer de l'ovaire se situe au sixième rang mondial par ordre de fréquence parmi les cancers gynécologiques et touche 230 millefemmes par an dont près de 140 mille en meurent. Il s'agit de la 8e cause de décès par cancer chez les femmes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.