Révision des listes électorales et dépôt de candidatures    Tliba en prison à El Harrach    Adaptation de la loi des hydrocarbures de 2013 et urgence d'un nouveau management stratégique de Sonatrach    Exportation de 30.000 tonnes de rond à béton vers le Canada    Ooredoo présente ses offres et solutions innovantes aux professionnels de la santé    29.000 cibles terroristes detruites par l'aviation russe dans 9.500 sorties    Les Algériens à pied d'oeuvre à Berkane    Probable forfait de Ferhat face à Amiens    «Ma préoccupation, c'est le niveau des joueurs locaux»    Un mort et quatre blessés dans un accident de la route    Arrestation de 5 trafiquants de faux billets en dinars    La «harga» vers l'Europe, la malédiction qui accable la plèbe !    L'oralité dans la culture traditionnelle africaine    L'Algérie est-elle le nouveau «berceau de l'humanité» ?    Tipasa : « libérez nos enfants détenus »,    Biskra : « Non à la zizanie, les Kabyles sont nos frères »    Jijel : » Il n'y aura pas de vote ! «    RETRAIT DE TEBBOUNE DE LA COURSE ELECTORALE : Mohamed Lagab dément    BORDJ BADJI MOKHTAR : Découverte d'une cache d'armes et de munitions    LEVEE D'IMMUNITE DE ALI TALBI ET AHMED OURAGHI : La Commission juridique du Sénat examine les procédures    ECOLE SUPERIEURE DES DOUANES D'ORAN : Sortie de 81 officiers de brigade dont neufs femmes    MAHDIA (TIARET): Une présumée liste des bénéficiaires de logements provoque la colère    SIDI BEL ABBES : Le 58ème anniversaire du 17 octobre 61 commémoré à Dhaya    ADRAR : Saisie de yaourt et de fromage avariés    MOSTAGANEM : 1000 tonnes de pomme de terre bientôt déstockées    Chakib Khelil sera sur le devant de la scène    Liverpool: Van Dijk n'est pas obnubilé par le titre    Real Madrid: Zidane réagit au report du Clasico    Officiel: le Clasico reporté    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    De nouvelles charges contre Donald Trump    «On peut faire encore plus mal»    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des études menées pour sa restauration
Palais Rahet Ed-Dey
Publié dans Le Midi Libre le 03 - 07 - 2010

la Direction de la culture de la wilaya d'Alger, maître de l'ouvrage, annonce que des études sont menées pour la restauration de l'une des plus anciennes demeures, en l'occurence s'agissant du palais Rahet Ed-Dey (Repos du dey).
Ces études de restauration, rapporte l'APS, financées sur budget de l'Etat, "font suite aux travaux de consolidation réalisées en 2005 sur le budget de la wilaya et qui ont porté sur la mise hors d'eau, l'étaiement des éléments porteurs déstabilisés, le démontage des éléments architecturaux menaçant ruine, le nettoyage du site et la mise en place de témoins au niveau des fissures". Situé dans la commune de Bologhine, Rahet Ed-De ou Djenane Ed-Dey, explique-t-on, "est un palais datant du XVIIIè siècle, niché au milieu
d'une végétation dans l'enceinte du lycée Djillali-Ghanem". Surplombant la baie ouest d'Alger, "Rahet Ed-Dey" est une villa de style arabo-mauresque construite comme résidence d'été et qui servait de maison de campagne au Dey.
La villa est organisée autour d'un patio avec deux niveaux et une terrasse accessible. Le rez-de-chaussée est composé de plusieurs pièces de service et le premier étage est constitué de chambres avec une galerie donnant sur le patio.
Rahet Ed-Dey, monument classé, a servi de résidence en 1780 au consul de France et de 1800 à 1827 à celui de Grande-Bretagne. Durant la période coloniale, elle devint la propriété d'une famille française et à l'indépendance du pays transformée en logements d'astreinte du collège d'enseignement technique jusqu'à la construction de nouveaux appartements au sein de l'établissement. Depuis quelques années, elle est prise en charge par la wilaya d'Alger, qui a entamé une opération de confortement puis maintenant de restauration, dans le cadre de la sauvegarde du patrimoine.
R. A.
la Direction de la culture de la wilaya d'Alger, maître de l'ouvrage, annonce que des études sont menées pour la restauration de l'une des plus anciennes demeures, en l'occurence s'agissant du palais Rahet Ed-Dey (Repos du dey).
Ces études de restauration, rapporte l'APS, financées sur budget de l'Etat, "font suite aux travaux de consolidation réalisées en 2005 sur le budget de la wilaya et qui ont porté sur la mise hors d'eau, l'étaiement des éléments porteurs déstabilisés, le démontage des éléments architecturaux menaçant ruine, le nettoyage du site et la mise en place de témoins au niveau des fissures". Situé dans la commune de Bologhine, Rahet Ed-De ou Djenane Ed-Dey, explique-t-on, "est un palais datant du XVIIIè siècle, niché au milieu
d'une végétation dans l'enceinte du lycée Djillali-Ghanem". Surplombant la baie ouest d'Alger, "Rahet Ed-Dey" est une villa de style arabo-mauresque construite comme résidence d'été et qui servait de maison de campagne au Dey.
La villa est organisée autour d'un patio avec deux niveaux et une terrasse accessible. Le rez-de-chaussée est composé de plusieurs pièces de service et le premier étage est constitué de chambres avec une galerie donnant sur le patio.
Rahet Ed-Dey, monument classé, a servi de résidence en 1780 au consul de France et de 1800 à 1827 à celui de Grande-Bretagne. Durant la période coloniale, elle devint la propriété d'une famille française et à l'indépendance du pays transformée en logements d'astreinte du collège d'enseignement technique jusqu'à la construction de nouveaux appartements au sein de l'établissement. Depuis quelques années, elle est prise en charge par la wilaya d'Alger, qui a entamé une opération de confortement puis maintenant de restauration, dans le cadre de la sauvegarde du patrimoine.
R. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.