POUR DISSIPATION ET RECEL D'ARMES ET DE MUNITIONS DE GUERRE : Mandat d'arrêt contre les généraux Saïd Bey et Chentouf    AG des fédérations sportives.. Les défis de l'heure    Il s'est mal comporté avec Bahloul à l'AG de l'UAFA.. Raouraoua déclare la guerre à la FAF    Championnat de Ligue 2.. Mobilis Le WAT et l'ASO à 3 points de l'élite    El Tarf.. Un réseau de cambrioleurs démantelé    Vol de véhicules.. Arrestation d'un groupe de malfaiteurs    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Baromètre.. En Baisse : Seddik Chihab    Baromètre.. En Hausse : Mokrane Aït Larbi    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    C'était une spécialiste de l'Algérie.. L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer est morte    AEROPORT D'ALGER : Le nouveau terminal mis en service lundi prochain    DOUANES ET BANQUE D'ALGERIE : Le Chef de l'Etat nomme de nouveaux responsables    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    Bekkouche forfait pour la finale du 400 m/haies    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    L'avis de trois personnalités    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Prochainement sur Google traduction    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    "Trop tard, M.Bensalah..."    Un sit-in de commémoration a été tenu    L'Algérie fortement représentée    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Football - Ligue 1: Des enjeux énormes pour tout le monde    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Palais Rahat Eddey : Un joyau livré à l'usure du temps
Publié dans El Watan le 17 - 04 - 2008

Niché au milieu d'une végétation du côté de la Vallée des consuls, surplombant la baie ouest d'Alger, le palais Rahat Eddey, une belle demeure fahs du XVIIIe siècle avec des parois crépies, nous édifie sur l'opération de réhabilitation, mais le maître de l'ouvrage a levé le pied depuis plus d'une année.
Plusieurs demeures somptueuses de l'ère ottomane font l'objet et ce, depuis plusieurs années, de travaux de restauration d'urgence, à l'image de Dar Djenane Lakhdar (Madania), la villa Mahieddine, Djenane Raïs Hamidou (dite villa du Traité, sise à El Biar), le fort de Bordj El Kiffan, le palais du dey Hussein, le palais Boulkine (daïra d'Hussein-Dey), la villa Abdelatif... Mais faute de ressources financières conséquentes et de spécialistes en restauration, les travaux de réhabilitation de certains monuments classés patrimoine national vont, faut-il souligner, cahin-caha, au point de nous interroger si ces bâtisses, qui revêtent un caractère historique, ne sont pas abandonnées à leur triste sort. La direction de la culture de wilaya s'est mobilisée en annonçant, en 2005, le lancement des travaux d'urgence sur les sites historiques évoqués. Tant mieux ! Le palais Rahat Eddey (Bologhine) ou Djenane Eddey (jardin de repos du dey) n'échappe pas à la « règle » de la liste du patrimoine et à sortir de l'anonymat. Cette demeure datant du XVIIIe siècle, une des plus anciennes villas extra-muros d'Alger (fahs), fait partie de cet ensemble de sites historiques que certains responsables et le comité du Vieil-Alger n'ont eu de cesse d'appeler — durant les années cinquante et soixante — de leurs vœux pour la sauver de la décrépitude, lit-on dans certaines correspondances. Niché au milieu d'une végétation dans l'enceinte du lycée Djillali Ghanen qui s'ouvre sur une vue imprenable du côté de la Vallée des consuls, surplombant la baie ouest, cet édifice ottoman, dont les parois crépies sur lesquels est dressé un échafaudage, nous édifie sur l'opération de réhabilitation, mais depuis plus d'une année, le maître d'ouvrage a levé le pied. Le bâtiment est livré, une nouvelle fois, à l'outrage du temps. Un monticule de remblai et de feuilles mortes bouchent l'entrée du palais. Des étais consolident le porche ogival ainsi que les voûtes du patio et quelques portiques en tuf qui donnent sur une galerie à deux travées. Quelques carreaux de faïence (zâlaïdj), prêts à céder, tapissent encore les colonnes qui ont peine à supporter les claveaux, dont les lézardes laissent échapper la lumière du jour. On nous apprend que Son Excellence l'ex-ambassadeur des E tats-Unis venait prendre le pouls de l'avancée de l'opération de restauration, il y a deux ans. Nous n'osons pas nous aventurer davantage. Le second niveau n'est pas assez solide pour supporter notre charge, nous avertit-on. Des pans de mur du second niveau menacent ruine. Dans les abords de l'édifice, ce sont les herbes folles qui, couvrant nos pieds, envahissent les lieux. Aucune carte ni une source historique ne permettent de connaître avec exactitude l'origine de sa réalisation. Les archives se montrent « chiches » à ce sujet. « Seule une analyse architecturale poussée et une étude comparative permet de penser, selon un attaché de recherche, M. Messelem — en poste en 1969 dans l'établissement technique —, que sa fondation remonte aux environs de 1775 », lit-on dans une correspondance rangée dans un pan d'archives au niveau de la bibliothèque du Centre des arts et de la culture. Ni la bibliothèque du CNEH ni celle du Bardo n'assouvissent notre curiosité sur cette villa mauresque qui, après avoir été érigée par un des deys comme une demeure de campagne, servit en 1780 de résidence au consul de France, Dubois Thinville, puis de 1800 à 1827 comme résidence au consul britannique, Blanckley, avant qu'elle ne devienne, à l'époque coloniale propriété de la famille du général Laquière. Les ouvrages disponibles des historiens Lucien Golvin, Henri Delmas de Grammont, Albert Devoulx, Henri Klein, Georges Marçais, Charles André Julien... que nous avons furetés ne pipent mot sur cette maison de campagne bâtie à l'endroit le plus élevé de la falaise dominant la mer, que M. Broughton qualifie, pourtant, de « pur joyau » dans son livre édité en 1839, Six ans de résidence à Alger, (1806-1812).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.