Distribution de plus de 50.000 logements au niveau national le 1er novembre    Tunisie: le scrutin présidentiel s'est déroulé dans la sérénité et sans failles    Feghouli «Belmadi, c'est du très haut niveau»    MCA -USMA : L'USMA perd le derby sur tapis vert    Carlos Queiroz «Il ne faut pas oublier qu'on va affronter le champion d'Afrique en titre»    SIDI BEL-ABBES : Le policier auteur d'un quadruple crime se donne la mort    Gaïd Salah relève les efforts "soutenus" de l'ANP pour faire sortir l'Algérie de sa crise    Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter sur les plaintes relatives aux souscriptions de signatures    Offensive turque contre la Syrie: nouvelle réunion mercredi du Conseil de sécurité de l'ONU    Création de start-up: sept incubateurs seront opérationnels en 2020    Gaïd Salah: l'Algérie aiguillée sur la bonne voie    Les instituteurs reviennent à la charge    Rassemblement hier à la faculté de médecine de Tizi Ouzou    Mandat de dépôt renouvelé pour 6 détenus    Le RCD, le FFS et le PT appellent au retrait du projet    VFS Global reprend le traitement des demandes    Pleins pouvoirs à la police judiciaire    Batelli convoque 23 joueurs    Algérie-France en septembre 2020 à Oran    Les leaders à l'aise    Sécurité renforcée à Lille    L'Opep maintient le cap    L'autre dossier brûlant pour le gouvernement    L'émigration clandestine en recrudescence    Fondant au chocolat au micro-ondes    11e Fcims à Alger: La Corée du Sud, l'Italie, la Turquie et l'Autriche à l'honneur    La chanson kabyle, vecteur des idées militantes    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Araba oua hikayat, une nouvelle comédie musicale en montage    L'Alternative démocratique dénonce la poursuite des «arrestations» de militants    Mostaganem : Des élevages illicites s'implantent en milieu urbain    Vérité et justice, réclament des associations et organisations syndicales et politiques    Proche-Orient : Moscou et Riyad refondent leur coopération    Une urbanisation désordonnée    Chlef : Neuf sages-femmes en renfort dans les maternités    Université d'Oran : Mohamed Moulfi présente son ouvrage sur la philosophie et la civilisation    Une belle exploration dans une œuvre majeure    «Une programmation professionnelle pour un festival de proximité»    Recouvrement de la fiscalité: Les chiffres «erronés» du gouvernement    LE DICTAT DU TEMPS    Brexit : "Il reste beaucoup de travail à faire", prévient Barnier    Bordj-Bou-Arreridj : Une stratégie de création de richesses et d'emplois    SNTF: Lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Cyclisme (Tour de France): Le voile se lève après le départ de Nice    Pologne : Les conservateurs remportent les élections législatives avec 45 % des voix    Oran : Intégration de l'aquaculture en agriculture: la ferme "Moulay Abdelaziz" réalise un franc succès    François Aissa Touazi : " Les Saoudiens ont pris conscience que l'instabilité régionale menace leur économie "    Le parti conservateur PiS largement favori    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Palais Rahat Eddey : Un joyau livré à l'usure du temps
Publié dans El Watan le 17 - 04 - 2008

Niché au milieu d'une végétation du côté de la Vallée des consuls, surplombant la baie ouest d'Alger, le palais Rahat Eddey, une belle demeure fahs du XVIIIe siècle avec des parois crépies, nous édifie sur l'opération de réhabilitation, mais le maître de l'ouvrage a levé le pied depuis plus d'une année.
Plusieurs demeures somptueuses de l'ère ottomane font l'objet et ce, depuis plusieurs années, de travaux de restauration d'urgence, à l'image de Dar Djenane Lakhdar (Madania), la villa Mahieddine, Djenane Raïs Hamidou (dite villa du Traité, sise à El Biar), le fort de Bordj El Kiffan, le palais du dey Hussein, le palais Boulkine (daïra d'Hussein-Dey), la villa Abdelatif... Mais faute de ressources financières conséquentes et de spécialistes en restauration, les travaux de réhabilitation de certains monuments classés patrimoine national vont, faut-il souligner, cahin-caha, au point de nous interroger si ces bâtisses, qui revêtent un caractère historique, ne sont pas abandonnées à leur triste sort. La direction de la culture de wilaya s'est mobilisée en annonçant, en 2005, le lancement des travaux d'urgence sur les sites historiques évoqués. Tant mieux ! Le palais Rahat Eddey (Bologhine) ou Djenane Eddey (jardin de repos du dey) n'échappe pas à la « règle » de la liste du patrimoine et à sortir de l'anonymat. Cette demeure datant du XVIIIe siècle, une des plus anciennes villas extra-muros d'Alger (fahs), fait partie de cet ensemble de sites historiques que certains responsables et le comité du Vieil-Alger n'ont eu de cesse d'appeler — durant les années cinquante et soixante — de leurs vœux pour la sauver de la décrépitude, lit-on dans certaines correspondances. Niché au milieu d'une végétation dans l'enceinte du lycée Djillali Ghanen qui s'ouvre sur une vue imprenable du côté de la Vallée des consuls, surplombant la baie ouest, cet édifice ottoman, dont les parois crépies sur lesquels est dressé un échafaudage, nous édifie sur l'opération de réhabilitation, mais depuis plus d'une année, le maître d'ouvrage a levé le pied. Le bâtiment est livré, une nouvelle fois, à l'outrage du temps. Un monticule de remblai et de feuilles mortes bouchent l'entrée du palais. Des étais consolident le porche ogival ainsi que les voûtes du patio et quelques portiques en tuf qui donnent sur une galerie à deux travées. Quelques carreaux de faïence (zâlaïdj), prêts à céder, tapissent encore les colonnes qui ont peine à supporter les claveaux, dont les lézardes laissent échapper la lumière du jour. On nous apprend que Son Excellence l'ex-ambassadeur des E tats-Unis venait prendre le pouls de l'avancée de l'opération de restauration, il y a deux ans. Nous n'osons pas nous aventurer davantage. Le second niveau n'est pas assez solide pour supporter notre charge, nous avertit-on. Des pans de mur du second niveau menacent ruine. Dans les abords de l'édifice, ce sont les herbes folles qui, couvrant nos pieds, envahissent les lieux. Aucune carte ni une source historique ne permettent de connaître avec exactitude l'origine de sa réalisation. Les archives se montrent « chiches » à ce sujet. « Seule une analyse architecturale poussée et une étude comparative permet de penser, selon un attaché de recherche, M. Messelem — en poste en 1969 dans l'établissement technique —, que sa fondation remonte aux environs de 1775 », lit-on dans une correspondance rangée dans un pan d'archives au niveau de la bibliothèque du Centre des arts et de la culture. Ni la bibliothèque du CNEH ni celle du Bardo n'assouvissent notre curiosité sur cette villa mauresque qui, après avoir été érigée par un des deys comme une demeure de campagne, servit en 1780 de résidence au consul de France, Dubois Thinville, puis de 1800 à 1827 comme résidence au consul britannique, Blanckley, avant qu'elle ne devienne, à l'époque coloniale propriété de la famille du général Laquière. Les ouvrages disponibles des historiens Lucien Golvin, Henri Delmas de Grammont, Albert Devoulx, Henri Klein, Georges Marçais, Charles André Julien... que nous avons furetés ne pipent mot sur cette maison de campagne bâtie à l'endroit le plus élevé de la falaise dominant la mer, que M. Broughton qualifie, pourtant, de « pur joyau » dans son livre édité en 1839, Six ans de résidence à Alger, (1806-1812).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.