Communiqué de Liberté    Hakim Bensafia, nouveau chef de sûreté    Des partis dénoncent des malversations    Les travailleurs de l'ETRHB veulent sauvegarder leur entreprise    La Badr s'ouvre au public    Un sans-papiers algérien expulsé de France    Le Maroc commande 13 drones turcs, le régime rattrapé par la guerre au Sahara occidental    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    L'AUTRE COUP BAS DE LA CAF    Derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    La mercuriale en roue libre    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    La musique algérienne orpheline de l'une de ses ambassadrices    Création d'un baccalauréat des arts à l'étude    SEAAL : Vers la non-reconduction du contrat avec le partenaire français    El-Menfi valorise le rôle de l'Algérie dans la sécurité et la stabilité de la Libye    FAF - Coupe de la Ligue: La hiérarchie sera-t-elle respectée ?    Le procès en appel de Karim Tabou reporté au 28 juin    Saignée de capital humain    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Europe - Les grands clubs lancent la «Super League»: L'UEFA promet des sanctions    LE RAMADHAN A BON DOS    Algérie-France: Macron qualifie les propos de Djaâboub d'«inacceptables»    Le butin de la mémoire    La dernière ligne droite    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Brèves    Une AGE à refaire    Le programme dévoilé    Révolution dans le football européen    Boumala victime de son paradoxe    Le baril fait du yoyo    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    Les chantiers de Khaldi    Le dossier sera s'implifié    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    Le repère incontournable    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Toujours pas sur la même longueur d'onde
Grève des médecins résidents
Publié dans Le Midi Libre le 05 - 06 - 2011

Invités, hier, à l'émission Service public de Salim Saâdoune à la Chaîne III, le représentant du ministère de la Santé, M. Bouchenak, ceux du Collectif autonome des médecins résidents algériens ainsi que les premiers responsables du Syndicat national des praticiens de la santé public SNPSP et le Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique SNPSSP, n'ont pas cessé de se rejeter la balle. La tutelle insiste sur «l'impossibilité» de l'abrogation du service civil qui reste pourtant «l'unique et principale revendication des médecins résidents». Selon le docteur Merabet, président du SNPSP ; «la problématique du service civil telle que présentée aujourd'hui ne permet pas d'avancer en matière de réflexions et de solutions». Pour l'intervenant il faut que les gens comprennent que le service civil veut
dire : «Le droit du citoyen à l'accès au soin qui est consacré par la Constitution». Selon lui, «la solution du problème réside au niveau de la répartition des moyens, de la carte sanitaire telle que projetée dans le système de santé national». Il faut dire que l'Algérie enregistre un manque flagrant en matière d'infrastructures sanitaires. «Les CHU, qui existent, sans érigés uniquement au nord du pays, donc on est dans une situation inéquitable et ne répondant pas aux besoin du citoyen donc nous pourrons aller vers cette politique d'équité en matière d'accessibilité aux soins et en matière du fonctionnement du système de la santé», a-t-il expliqué. Au deuxième plan, il y a aussi la répartition des ressources humaines dans le corps médical et paramédical. On n'est toujours pas dans une équité et une structuration qui permette le soin à tous les citoyens et à tous les niveaux. Avant de parler de l'obligation du service civil, il faudrait revoir, l'organisation du système de santé totalemnt déséquilibré, informe le docteur Merabet. D'autre part ce dernier propose de trouver des solutions pour instaurer un équilibrer entre les secteurs privé et public. «Le secreur privé propose aujourd'hui plus de 50% du service en matière de soins, il faut donc l'inciter et lui donner les moyens pour s'installer davantage au Sud et dans les Hauts-Plateaux». Dans son intervention, le docteur Zirizère, porte-parole du Camra, a tenu à dénoncer «la répression féroce dont ont été victime les résidents au cours de la manifestation pacifique de mercredi dernier ». L'intervenant a rappelé la détermination des résidents à maintenir leur pression afin d'arriver à l'établissement d'un réel projet de santé. La coercition « n'a jamais été une politique de santé» affirme-t-il. Le Pr Bouchenak a rappelé, quant à lui, que le service civil est un problème national, « si nous l'abrogeons nous mettrons en difficulté l'ensemble du secteur public de santé». Il avouera, par ailleurs, qu'il y a un manque en matière d'infrastructures ; «Nous avons 15 CHU qui n'arrivent pas à former l'ensemble des médecins pour couvrir tous les besoins en matière de prise en charge, il faut une adéquation entre besoin et formation». Le représentant du ministère a expliqué qu'un plan national spécial Sud et Hauts-Plateau prévoit la création de trois écoles de médecine dans le Sud qui seront adossées à des CHU du Nord pour former les ées étudiants de la région. De son côté le représentant des résident a tenu à rappeler l'existence de l'ordonnance présidentielle de 2006 qui porte organisation et modalité du service civil «mais qui n'a jamais été appliquée». Le représentant du ministère a invité, en direct, les grévistes à se rendre dans le Sud pour visiter les infrastructures de santé qui sont, a-t-il assuré, «bien équipées et modernes». Intervenant en dernier, le docteur Youssfi a rappelé que le problème du service civil se pose déjà pour les spécialistes en exercice. «Nous avons proposé des solutions depuis déjà 10 ans. Il faut revoir toute la politique de santé, et surtout établir la politique d'accompagnent des jeunes spécialistes. Il y a un grande faille en termes de formation ; il faut qu'il y ait des jumelages entre les hôpitaux du Nord et du Sud».En conclusion et en l'absence de coordination et de communication entre la tutelle et les grévistes, le blocage perdure.
Invités, hier, à l'émission Service public de Salim Saâdoune à la Chaîne III, le représentant du ministère de la Santé, M. Bouchenak, ceux du Collectif autonome des médecins résidents algériens ainsi que les premiers responsables du Syndicat national des praticiens de la santé public SNPSP et le Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique SNPSSP, n'ont pas cessé de se rejeter la balle. La tutelle insiste sur «l'impossibilité» de l'abrogation du service civil qui reste pourtant «l'unique et principale revendication des médecins résidents». Selon le docteur Merabet, président du SNPSP ; «la problématique du service civil telle que présentée aujourd'hui ne permet pas d'avancer en matière de réflexions et de solutions». Pour l'intervenant il faut que les gens comprennent que le service civil veut
dire : «Le droit du citoyen à l'accès au soin qui est consacré par la Constitution». Selon lui, «la solution du problème réside au niveau de la répartition des moyens, de la carte sanitaire telle que projetée dans le système de santé national». Il faut dire que l'Algérie enregistre un manque flagrant en matière d'infrastructures sanitaires. «Les CHU, qui existent, sans érigés uniquement au nord du pays, donc on est dans une situation inéquitable et ne répondant pas aux besoin du citoyen donc nous pourrons aller vers cette politique d'équité en matière d'accessibilité aux soins et en matière du fonctionnement du système de la santé», a-t-il expliqué. Au deuxième plan, il y a aussi la répartition des ressources humaines dans le corps médical et paramédical. On n'est toujours pas dans une équité et une structuration qui permette le soin à tous les citoyens et à tous les niveaux. Avant de parler de l'obligation du service civil, il faudrait revoir, l'organisation du système de santé totalemnt déséquilibré, informe le docteur Merabet. D'autre part ce dernier propose de trouver des solutions pour instaurer un équilibrer entre les secteurs privé et public. «Le secreur privé propose aujourd'hui plus de 50% du service en matière de soins, il faut donc l'inciter et lui donner les moyens pour s'installer davantage au Sud et dans les Hauts-Plateaux». Dans son intervention, le docteur Zirizère, porte-parole du Camra, a tenu à dénoncer «la répression féroce dont ont été victime les résidents au cours de la manifestation pacifique de mercredi dernier ». L'intervenant a rappelé la détermination des résidents à maintenir leur pression afin d'arriver à l'établissement d'un réel projet de santé. La coercition « n'a jamais été une politique de santé» affirme-t-il. Le Pr Bouchenak a rappelé, quant à lui, que le service civil est un problème national, « si nous l'abrogeons nous mettrons en difficulté l'ensemble du secteur public de santé». Il avouera, par ailleurs, qu'il y a un manque en matière d'infrastructures ; «Nous avons 15 CHU qui n'arrivent pas à former l'ensemble des médecins pour couvrir tous les besoins en matière de prise en charge, il faut une adéquation entre besoin et formation». Le représentant du ministère a expliqué qu'un plan national spécial Sud et Hauts-Plateau prévoit la création de trois écoles de médecine dans le Sud qui seront adossées à des CHU du Nord pour former les ées étudiants de la région. De son côté le représentant des résident a tenu à rappeler l'existence de l'ordonnance présidentielle de 2006 qui porte organisation et modalité du service civil «mais qui n'a jamais été appliquée». Le représentant du ministère a invité, en direct, les grévistes à se rendre dans le Sud pour visiter les infrastructures de santé qui sont, a-t-il assuré, «bien équipées et modernes». Intervenant en dernier, le docteur Youssfi a rappelé que le problème du service civil se pose déjà pour les spécialistes en exercice. «Nous avons proposé des solutions depuis déjà 10 ans. Il faut revoir toute la politique de santé, et surtout établir la politique d'accompagnent des jeunes spécialistes. Il y a un grande faille en termes de formation ; il faut qu'il y ait des jumelages entre les hôpitaux du Nord et du Sud».En conclusion et en l'absence de coordination et de communication entre la tutelle et les grévistes, le blocage perdure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.