Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les ambitions optimistes du Creg
Energies renouvelables
Publié dans Le Midi Libre le 01 - 08 - 2011

La production d'électricité à partir des différentes sources d'énergies renouvelables que l'Algérie compte développer sur la période 2011-2030 serait de presque 22.000 mégawartts à l'horizon 2030, indiquent des prévisions de la commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg).
La production d'électricité à partir des différentes sources d'énergies renouvelables que l'Algérie compte développer sur la période 2011-2030 serait de presque 22.000 mégawartts à l'horizon 2030, indiquent des prévisions de la commission de régulation de l'électricité et du gaz (Creg).
Dans sa dernière lettre d'information, la Creg indique que ce programme porte sur la production de 22.000 MW d'électricité d'origine renouvelable d'ici à 2030, dont 10.000 MW pourraient être destinés à l'exportation et 12.000 MW au marché national. Il comporte la réalisation de 67 projets, dont 27 centrales photovoltaïques, 27 centrales hybrides diesel et TG, six centrales solaires thermiques et sept centrales éoliennes, selon les détails de ce régulateur, publiées dans le dernier numéro de sa lettre d'information, rapporte l'APS . Pour le marché national, la concrétisation de ces projets permettra à l'horizon 2030 de produire à partir des énergies renouvelables 40% des besoins de l'Algérie en électricité, a avancé la Creg.
Les plus grandes centrales que l'Algérie va réaliser seront de type solaire thermique qu'elle compte notamment installer dans les régions du sud. La plus puissante centrale de ce type aura une capacité de 400 MW pour la partie solaire seulement, selon la Creg qui ne fournit pas de détails sur le lieu de son implantation.
Toujours dans le solaire thermique, il est prévu trois centrales de 150 MW chacune pour la partie solaire, dont deux seront construites à El Oued et Béchar.
Les 27 centrales photovoltaïques, quant à elles, seront raccordées au réseau interconnecté nord, dont la plus importante (48 MW) sera implantée dans la wilaya de Djelfa, suivie de la centrale de M'sila qui aura une capacité de 44 MW.
Les autres centrales photovoltaïques seront réalisées notamment à Ouargla (39 MW), Tolga (35MW), El-Bayadh (30 MW), Mghair (28 MW), Ain Beida (27MW), Naama et Saida (25 MW chacune).
Les centrales diesel et TG vont alimenter, quant à elle, les réseaux isolés du Sud. Le programme comporte pour ce segment de production de l'électricité des petites centrales pour fournir de l'électricité aux localités mal alimentées de cette région comme Tin Alkoum (0,02 MW), Tin Zaouatine (0,4 MW), M'Guiden (0,14 MW), Idless (0,44 MW), Deb Deb (1 MW). La plus puissante centrale diesel sera implantée à Adrar (20MW). La CREG ne fournit pas dans sa note les lieux d'installation des sept éoliennes prévues dans ce programme mais précise que quatre d'entre elles auront une capacité de 50 MW chacune alors que les trois autre auront une puissance de 20 MW chacune.
Le coût global de ces projets n'a pas été en revanche donné par la CREG. Des estimations de responsables de Sonelgaz tablent sur une facture de plus de 20 milliards de dollars.
Dans sa dernière lettre d'information, la Creg indique que ce programme porte sur la production de 22.000 MW d'électricité d'origine renouvelable d'ici à 2030, dont 10.000 MW pourraient être destinés à l'exportation et 12.000 MW au marché national. Il comporte la réalisation de 67 projets, dont 27 centrales photovoltaïques, 27 centrales hybrides diesel et TG, six centrales solaires thermiques et sept centrales éoliennes, selon les détails de ce régulateur, publiées dans le dernier numéro de sa lettre d'information, rapporte l'APS . Pour le marché national, la concrétisation de ces projets permettra à l'horizon 2030 de produire à partir des énergies renouvelables 40% des besoins de l'Algérie en électricité, a avancé la Creg.
Les plus grandes centrales que l'Algérie va réaliser seront de type solaire thermique qu'elle compte notamment installer dans les régions du sud. La plus puissante centrale de ce type aura une capacité de 400 MW pour la partie solaire seulement, selon la Creg qui ne fournit pas de détails sur le lieu de son implantation.
Toujours dans le solaire thermique, il est prévu trois centrales de 150 MW chacune pour la partie solaire, dont deux seront construites à El Oued et Béchar.
Les 27 centrales photovoltaïques, quant à elles, seront raccordées au réseau interconnecté nord, dont la plus importante (48 MW) sera implantée dans la wilaya de Djelfa, suivie de la centrale de M'sila qui aura une capacité de 44 MW.
Les autres centrales photovoltaïques seront réalisées notamment à Ouargla (39 MW), Tolga (35MW), El-Bayadh (30 MW), Mghair (28 MW), Ain Beida (27MW), Naama et Saida (25 MW chacune).
Les centrales diesel et TG vont alimenter, quant à elle, les réseaux isolés du Sud. Le programme comporte pour ce segment de production de l'électricité des petites centrales pour fournir de l'électricité aux localités mal alimentées de cette région comme Tin Alkoum (0,02 MW), Tin Zaouatine (0,4 MW), M'Guiden (0,14 MW), Idless (0,44 MW), Deb Deb (1 MW). La plus puissante centrale diesel sera implantée à Adrar (20MW). La CREG ne fournit pas dans sa note les lieux d'installation des sept éoliennes prévues dans ce programme mais précise que quatre d'entre elles auront une capacité de 50 MW chacune alors que les trois autre auront une puissance de 20 MW chacune.
Le coût global de ces projets n'a pas été en revanche donné par la CREG. Des estimations de responsables de Sonelgaz tablent sur une facture de plus de 20 milliards de dollars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.